La mobilisation est beaucoup plus forte en terre bretonne qu’en France. Pour les classes d’âge allant de 1870 à 1900, le taux atteint 65,4% des effectifs pour les populations bretonnes, contre 56,7% en France. 

Pertes humaines par régiment :

  • 48 RI de Guingamp : 2718
  • 74 RI de St Brieuc : 2590
  • 70 RI de Vitré : 2255
  • 41 RI de Rennes : 2623
  • 47 RI de St Malo : 2520
  • 64 RI de Ancenis : 2050
  • 65 RI de Nantes : 2439
  • 62 RI de Lorient : 1931
  • 116 RI de Vannes : 1927
  • 19 RI de Brest : 2524
  • 118 RI de Quimper : 2587
  • 73 RIT de Guingamp : 790
  • 74 RIT de St Brieuc : 688
  • 76 RIT de Vitré : 691

Source :

http://www.memorial-genweb.org/

137.000 bretons morts de Bretagne

Evolution_de_la_population_bretonne

Population de la Bretagne en 1911.

Il faut ajouter au chiffre de 2.601.800 du recensement de 1911 du tableau ci-dessus, la population de la Loire-Inférieure qui était de 669.920 habitants.

Soit un total de 3.271.200 habitants.

% de morts (137.000) par rapport à la population (3.271.200) = 4.19

MPF morts pour la fr

 Le département qui a payé le plus lourd tribut à la Première Guerre mondiale est la Lozère : 6 239 natifs du département sont tombés, soit 5,08% de la population de 1911. Suivent la Mayenne (4,48%), la Vendée (4,37%) puis les Côtes-d’Armor (4,26%), premier département de Bretagne. 

                                        Autres sources d'information

Pourcentage_morts_population

 

Mortalité Fr GG

592.916 Bretons seront mobilisés pendant les 5 années de guerre.

Plus d'un Breton mobilisé sur cinq, 23 % contre 17 % pour l'ensemble de la France n'est pas revenu du front.

51 fusillés "pour l'exemple" bretons n'ont toujours pas de réhabilitation  à ce jour.

% de morts (137.000) par rapport à la population mobilisée (592.916) = 23,10

  • Finistère : 23 %
  • Côtes-du-Nord : 24 %
  • Morbihan : 20 %
  • Ille et villaine : 21 %
  • Loire-Inférieure : 16%

Dépèche de Brest19189

 sacrifice breton1

Pertes bretonnes (Le sacrifice breton) publiées par la Dépêche de Brest et de l'Ouest le 31 décembre 1935 :

  • Finistère : 30.166, estimation d'avril 1933
  • Côtes-du-Nord : 23.989,  estimation juin 1933
  • Morbihan : 21.8581, estimation d'octobre 1919
  • Ille et villaine : 25.877, estimation avril 1934

Loire Inférieure : 25.000 environ, estimation de 1923

Soit un total de 137.000 morts

Lire les documents :

Le sacrifice breton

http://breizatao.com/2014/08/22/14-18-200-000-soldats-bretons-morts-par-la-france/

240.000 bretons morts en France

Cette estimation crée polémique.

De tout temps les bretons se sont expatriés pour gagner leur vie (soi-même).

De nombreux bretons issu de la diaspora du 19e et début 20e siècle explique la présence de nombreux bretons dans les régiments Normands, d'Anjou, de Vendée ou de Dordogne. On trouvera plus tard dès 1917 des Bretons dans les régiments américains venus prêtés main forte aux alliés.

Alors 240.000, estimation surévaluée ? 

Les Invalides

Plaque_invalide_Bretons_tu_s1

 Plaque commémorative des anciens combattants aux Invalides

St-Anne-d'Auray

St Anne d'Auray2

 Mémorial aux victimes de la 1ère guerre mondiale

 Bas relief St Anne d Auray

 Plaque_St_Anne_D_Auray

  Plaque commémorative se situant au Mémorial de St-Anne-d'Auray

 Monument aux morts St Anne d'Auray

Lire le document : 

Sainte Anne d'Auray

St Auray 1928

 

Auray 1932

Extrait de L'Ouest-Eclair du 24 Juillet 1932