Mots-clés :

alcool, Christophe Lucand, consommation, contenance, Dieu pinard, Henri Margot, Lutte contre l'alcoolisme, Marc Leclerc, production, vins, pinard, St Vincent,

Lire les articles :

La popote du Poilu

L'alcool pendant la Grande Guerre

La baionnette N 131 Georges Delaw

La Baïonnette N°131, dessin de Georges Delaw.

Jusqu’à la première guerre mondiale, le vin ne fait pas parti de l’ordinaire du soldat. La donne change dès le premier mois du conflit. Les viticulteurs du Languedoc offrent, tant par patriotisme que pour écouler leurs stocks, 200 000 hectolitres de vin à l’armée destinés aux soldats partis au front. Ils produisaient à l’époque autour de 22 millions d’hectolitres par an. Sur l’ensemble du territoire, la production annuelle s’élève à près de 65 millions d’hectolitres contre 42 millions aujourd’hui! Très vite, l’état et l’armée voient le parti qu’ils pourront tirer du vin dans une guerre qui va s’enliser et virer au carnage. Ils l’inscrivent au régime des soldats, et lui assignent des fonctions précises. Le vin va être présenté comme un fortifiant, parfait pour soutenir l’ardeur des poilus aux combats. Ses effets grisants et anesthésiants deviendront vite indispensables pour supporter les horreurs des tranchées : « L’attaque est prévue en fin de matinée il y aura une préparation d’artillerie avant, on commence à distribuer de l’alcool aux hommes dans les tranchées de 1ere ligne, les hommes sont ivres, ils n’attendent pas, montent à l’assaut… c’est un carnage! Devant moi un homme au sol hurle il n’a plus de jambes! » (extrait d’une lettre du soldat Anselme Martin). Le vin devient le Père Pinard, réconfort du soldat, ou le saint Pinard, patron des poilus qui l’invoquent par peur d’en manquer. 

Dès octobre 1914, chaque soldat reçoit un quart de vin quotidien. Cette ration vite jugée insuffisante est doublée à partir de janvier 1916. Au début de l’année 1918, elle passe à trois quarts de litres par jour et par soldat. Le pinard des poilus, vin médiocre, est obtenu à partir de l’assemblage de vins à faible degré d’alcool tels que le Maconnais, le Beaujolais et le vin des Charentes, avec des vins du Languedoc, du Maroc, d’Algérie et de Tunisie plus forts. L’objectif est que le vin atteigne les 9° degrés. Il faut que le breuvage « ravigote » le poilu.

Le transport du vin sur le front va requérir une logistique lourde impliquant trains et chevaux. La consommation massive qui va s’ensuivre aura pour contrepartie – nettement moins glorieuse – un alcoolisme élevé dans l’armée. Au sortie de la guerre, la situation est si préoccupante que des campagnes anti-alcoolisme vont voir le jour qui mettent femmes, épouses et mères de famille à contribution pour informer et dissuader les hommes revenus du front.  

Extrait du site : 

http://milguerres.unblog.fr/le-pinard-de-nos-poilus/

Grâce à la réquisition de près d’un tiers de la production vinicole nationale, les troupes reçoivent ainsi entre 10 et 15 millions d’hectolitres par an. Avant la guerre, le vin ne faisait pourtant pas partie du cadre règlementaire de l’armée. Ce n’est qu’en 1914 que les poilus ont reçu gratuitement un quart de vin (25 cl par jour), puis deux quarts en 1916, avant d’atteindre trois quarts deux ans plus tard. "Cela n’avait jamais été dans les habitudes de l’armée française. Les soldats n’avaient jamais été directement approvisionnés sauf à titre exceptionnel comme pendant la campagne du Maroc avec le maréchal Lyautey.

Production vinicole et consomation

Régions vin 1852

production vin 1914

importation vis algérie

 Evolution vin france

 pinard portugais

 L'Image de la guerre, septembre 1916 Distribution de vin 1915

Distribution de vin, 1915

Alcool Belges

 Distrib vin 1915

 Pinard Poilus

 Partage d'une bouteille ...

A cette production française, il faut ajouter les importations de nos colonies :

En 1900, 20 millions d'hectolitres s'ajoutent à la production française (dont 5 millions de vins d'Algérie).

Soit un total de près de 80 millions d'hectolitres consommés en France.

Aujourd'hui, selon l'Insee: en 2011, les Français ont consommé 31 millions d'hectolitres de vin, ce qui, divisé par la population de 15 ans et plus (soit 53 millions de personnes), donne 59 litres de vin (0,59 hectolitre!) par adulte et par an. En 1961, la consommation était de 59 millions d'hectolitres de vin et la population adulte de 34 millions donc 174 litres par adulte et par an.

 production worls vin

évolution consom Vin

Vin Conso 1904

 Moyenne : 127 litres par habitant par an

Aujourd'hui, selon l'Insee: en 2011, les Français ont consommé 31 millions d'hectolitres de vin, ce qui, divisé par la population de 15 ans et plus (soit 53 millions de personnes), donne 59 litres de vin (0,59 hectolitre !) par adulte et par an. En 1961, la consommation était de 59 millions d'hectolitres de vin et la population adulte de 34 millions donc 174 litres par adulte et par an.

 Conso alcool Fr 1904

 Consommation d'alcool par habitant par an : 19,7 litres

 Consom par an 19161

 consom alcools

Avant la Grande Guerre, les ouvriers effectuant des travaux manuels buvaient beaucoup, 5 à 6 litres de vin, certes peu acoolisé, 5/6 % par jour. 

Lire les premières lignes du journal de marche du 73 RIT de Guingamp :

Le 73e d’infanterie territoriale est d’origine bretonne, il se recrutait parmi les rudes populations des Côtes-du-Nord. Peu d’apparence, ces gars bretons, surtout sous l’uniforme. Corps trapu, sans élégance naturelle ou acquise, âme difficile à pénétrer, défendue encore par la particularité du langage. Parfois aussi, hélas ! une tendance fâcheuse à boire. Mais ce sont des gens d’une résistance extraordinaire, dur à la souffrance, et dès qu’ils se sont donnés, d’un dévouement sans bornes, tenaces comme personne, très sensibles à l’honneur.

12 millions d'hectolitres de vin sont consommés sur le front en 1917

16 millions d'hectolitres de vin sont consommés sur le front en 1918

Pinard pipe

 

Le pinard rouge blanc

 pinard 45

 Pinard livraison

Pinard 50

 Distribution de pinard tranchée   Pinard Le Miroir

Il y a  différentes variètés de pinard. Les naturalistes signalent le rouquin, le rouquinos, le rouquemoute, le rouget, l'aramon, le pousse-au-crime, le casse-pattes, l'électrique, etc.

(Gaston Esnault, Le Poilu tel qu'il se parle)

Picolo, piccolo, piccolino : petit vin vin léger à l'origine, puis vin en général.

Picrate : vin ordinaire sans qualité particulière.

Pichenet : petit vin aigrelet de Suresnes ou d'Argenteuil.

Code des contenances des artilleurs

  • un 75 = un canon
  • un 105 = une copine
  • un 120 court = un litre de vin pur
  • un 120 long = un litre de vin mouillé

Les réquisitions

En octobre 1916, aussitôt après les vendanges, les militaires réclament d’être livrés en vin. Ils ont droit au sixième de la production. Les autorités militaires fournissent gracieusement un tableau que le secrétaire de mairie n’a plus qu’à compléter. À Saint-Jean-de-Braye, la liste des fournisseurs est consciencieusement établie. Les quantités déclarées sont souvent faibles, mais le nombre de foyers touchés, plusieurs dizaines, impressionne pour une commune qui avoisine les 2000 habitants en 1914. Pour ceux-là, l’impact économique du conflit a été rude. Il faut toutefois se garder d’une généralisation abusive, la hausse des prix des produits agricoles bénéficiant aux familles paysannes.

Réquisition de vins à St Jean

Jules Isaac : Une histoire dans la Grande Guerre

Pinard Isaac

5 Septembre 1915

De quoi était composé le pinard distribué par millions de litres aux poilus ?

Des coupages de vin à faible degré, notamment du beaujolais ou des charentes, avec des vins plus lourds du Languedoc et d’Afrique du Nord. Une seule consigne : 9°. Ni plus, ni moins.

Humour sur le Dieu Pinard

Classe dans neuf jours

Dieu pinard   Canons munitions

 Pinard52   Pinard le boche est passé par là

 Vive le pinard   St Poilu1

 Le cri de Paris pinard

St Pinard   Crise du pinard

 Pinard bien tassé   Bouteille pinard

 Le Rire les héros ont soif

 Divin pinard   Pinard fraternité

 Faites vos provisions   Coeurs en féte

 Pinard Débit de la mère Canti

 Graine de Poilu26   DSC_1708

Vive le pinard

 Pinard la dedans

Le bon pinard

 Vin médiat

 Les 10 commandements du poilu

 Du Pinard, tu boiras,

Et de la Gnole, modérément.

pinard à l'eau

pinard du poilu

Bons_vins_de_Lorraine_et_[

 Journée de l hérault pinard

 Pinard Ernest Gabard

 Illustration d'Ernest Gabard

Pinard ce n'est rien

Corvée de vin1   Corvée de vin

Homblières, novembre 1918.                          

 Golancourt Aisne, mars 1917. Jean-Louis Lefort. 

  Réserver le vin aux poilus  Le pinardier

Pour remonter un poilu   Language du pinard

Pinard morts au champ d honneur

  Repos doux   Lutte conte l alcool10

 Le bon vin de France

 Le bon vin de France5

 Le panorama de la guerre, 31 décembre 1914

 Notre bon allié

Cri du ventreboches en champagne

  Un taube passe

Le pinard des poilus de Christophe Lucand

Le pinard des poilus Lucan   Pinard54

Entendre la conférence de Christophe Lucand :

http://chaireunesco-vinetculture.u-bourgogne.fr/fr/ressources/annales/conferences.html

Conférence Vin

 Pinard la vie poilusienne

Le bidon

 Bidon GG

 

Le Bidon

 Voir le lien :

http://www.lesfrancaisaverdun-1916.fr/uniforme-equipement.htm

Textes et chansons à boire

ode_pinard

 bd_baionnette

 "J'ai comme toi pour me réconforter

Le quart de pinard
Qui met tant de différence entre nous et les boches."

Apollinaire, "A l'Italie" (1915) in Calligrammes.

Le bon vin, c'est pas d'la vinasse,

Et c'est bien, là où c'que ça passe,

Vas-y bidasse, remplis mon quart !

Viv' le pinard ! viv' le pinard !

Chanson de soldats 1914

Sur la route du retour [au front], avec un camarade,
Pour vaincre l’angoisse, on boit un coup
Un verre de ce vin rouge que nous appelons « Pinard »…
C’est un bon remède contre le cafard !

 Vive le pinard

Sur les chemins de France et de Navarre

Le soldat chante en portant son bazar
Une chanson authentique et bizarre
Dont le refrain est "Vive le pinard !"

{Refrain:}
Un ! deux !
Le pinard c'est de la vinasse
Ça réchauffe là oùsque ça passe
Vas-y, Bidasse, remplis mon quart
Vive le pinard, vive le pinard !

Aimer sa sœur, sa tante, sa marraine
Jusqu'à la mort, aimer son étendard,
Aimer son frère, aimer son capitaine,
Ça n'empêche pas d'adorer le pinard

{au Refrain}

Fier inventeur de la pomme de terre
On a donné ton nom à des esquarres
Mais dis-nous donc alors, que faut-il faire
Pour honorer l'inventeur du pinard ?

{au Refrain}

Jeune marmot, bois le lait de ta mère
C'est ton devoir, mais songe que plus tard
Cette boisson te paraîtra z'amère,
Un vrai poilu ne boit que du pinard

{au Refrain}

Le vieux garçon, on s'éloigne à sa vue,
Le vieux laid'ron, on le met z'au rencard,
La vieille bouteille est toujours bienvenue,
Plus il est vieux, plus on aime le pinard

{au Refrain}

Cèpe des bois, nourriture bien digne
De parfumer le repas d'un Boyard,
Tu ne vaudras jamais le cep de la vigne,
Vu que c'est lui qui donne le pinard.

{au Refrain}

Dans le désert, on dit qu'le dromadaire
N'a jamais soif, mais c'est des racontars,
S'il ne boit pas, c'est qu'il n'a que d'l'eau claire,
Il boirait bien s'il avait du pinard

{au Refrain}

On tue les poux avec l'insecticide,
On tue les puces avecque du coaltar,
On tue les rats avecque des acides
Et le cafard en buvant du pinard

{au Refrain}

On tend l'jarret pour avoir de l'allure,
On tend des pièges pour prendre le renard,
On tend son arc pour avoir la main sûre,
Moi j'tends mon quart pour avoir du pinard

{au Refrain}

Si vous avez compris ma chansonnette
Je vous en prie, ne soyez pas flemmards,
Prouvez-moi-le en chantant z'à tue-tête
Le gai refrain de "Vive le pinard !"

Tous en cœur !

{au Refrain} 

La Caporal pinard

Le pinard

En sortant de la tranchée,
Parfois je tremble, j'ai peur
Mais ma gourde caressée
D'un coup me donne du cœur
La nuit, au poste d'écoute
J'ai sommeil, j'ai faim, j'ai froid.
Mais quand je bois une goutte,
Je suis tout gaillard, ma foi.

Refrain
O pinard, ô merveille
Que j'aime écouter tes petits glouglous
Divin jus de la treille
Viens buvons un coup, buvons un coup.
Il est une tâche dure
C'est de porter des rondins ;
Mais jamais le ne murmure,
Je prends les plus gros sapins.
C'est qu'à mon côté j'attache
Mon compagnon, mon bidon ;
Quand un bras est à la tache,
L'autre sonne du clairon

Refrain
O pinard d'espérance !
Vois mes bras noueux et mon cœur serein
Tu donnes la vaillance
A tes amoureux pinard divin
Nulle marche ne fatigue
L'homme qui boit à propos
Pour moi je danse la gigue
Lorsque j'arrive au repos
En hiver, lorsque la glace
Pend à mes poils, en glaçons
Je trouve encore bien la place
Pour le goulot du bidon.

Refrain
Avec sa sœur ! la gnole,
Le pinard dégèle un homme blafard
Mais celui qui le console

 Texte de Marc Leclerc, du 71e régiment d’infanterie territoriale :

« Salut ! Pinard de l’intendance
Qu’as goût de trop peu ou goût de rien,
Sauf les jours où t’aurais tendance
A puer le phénol ou bien l’purin.
Y’a même des fois que tu sens l’pétrole,
T’es trouble, t’es louche et t’es vaseux,
Tu vaux pas mieux qu’ta sœur la gnole.
C’est sûr comme un et un font deux
Que les riz-pain-sel vous mélangent
Avec l’eau d’une mare à canards.
Mais qu’y faire ? La soif vous démange… »

vins1

vins2

Fêtes de la Saint-Vincent, 22 janvier

Voir les liens :

http://www.lemonde.fr/centenaire-14-18/article/2014/10/17/boire-et-deboires-pendant-la-grande-guerre_4508005_3448834.html

Histoire Saint Pinard

L'ivresse dans l'armée française pendant la Grande Guerre. Un mal pour un bien ?