Mots clés :

Usines de guerre, obus, canons, obusiers, mortiers, shrapnells, usine d'artillerie, lingots, fabrication de conserve de viande, usine d'armement Maguin, usine Citroën Javel, usine Peugeot, usine pyrotechique St-Nicolas près de Brest, munitionnettes,

 

Voir l'article sur Citroën Javel, usine de guerre :

http://87dit.canalblog.com/archives/2016/10/29/34496651.html

 

Voir l'article sur les usines Schneider :

http://87dit.canalblog.com/archives/2017/05/02/35199413.html

 

Travailler en usine en temps de guerre.

Ouvriers et ouvrières employés dans les usines de guerre travaillent sans relâche : sept jours par semaine, entre 12 heures et 16 heures par jour, soit une moyenne de 300 heures par mois. Le repos dominical se voit remplacé, dans les usines d’armement, par un repos hebdomadaire, et le travail organisé en équipes de jour et de nuit, afin que la production soit poursuivie en continu. Les syndicats ouvriers parviennent toutefois à négocier de petites augmentations de rémunération dans la plupart des usines.
Pour permettre le fonctionnement des usines de guerre, quelque 500.000 ouvriers spécialisés sont, dès 1915, retirés du front.

Le travail des femmes constitue une autre image de la Première Guerre mondiale ayant largement marqué les esprits. Dans le Territoire de Belfort, le journal Germinal évoque le travail des ouvrières dans les usines de guerre : chaque jour, elles manipulent 2.000 obus de 75 mm pesant chacun 7 kg, les mains mises à vif par les manipulations fatigantes, pour un salaire inférieur de moitié à celui des hommes à
rendement égal (une femme est payée 40 centimes de l’heure quand un homme en perçoit 90). Pour se protéger les cheveux, elles ont pour consigne de porter un bonnet rouge. Enfin, « quand la femme sort de l’usine, sa tâche n’est pas finie : elle rentre chez elle, elle lave, repasse, raccommode. Elle va aux provisions, si chères avec sa bourse si plate. Les fruits rares, les fleurs ravissantes ne sont pas
pour elles » (Germinal, 18 mars 1916).

Mais les renforts en main-d’oeuvre peuvent provenir aussi des territoires colonisés ; le sort de ces travailleurs coloniaux est d’ailleurs moins bien connu que celui des troupes combattantes issues des colonies. Marocains, Algériens, Indochinois, Malgaches ou Chinois employés dans les usines et chantiers français représentent une maind’oeuvre de près de 250.000 travailleurs, dépendant du service de l’organisation des travailleurs coloniaux (SOTC).

 usine de guerre berliet

 appareil de levage obus 155

Main d oeuvre usine de guerre

Machine à fixer fond d obus

Machine à fixer fond d obus1

Aticles provenant du Bulletin des usines de guerre :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32726781g/date&rk=21459;2

 Veille 1917-391

 Le grand hall de fabrication des obus

Veille 1917-69

 Fabrication de canons de gros calibres

Veille 1917-79

 Fabrication d'un obusier

Veille 1917-598

 Fabrication des obus de 110

Veille 1917-597

 Fabrication d'un mortier de 280

Veille 1917-1075

 Dans une usine française d'artillerie

Veille 1917-1073

 Les lingots pour la fabrication des obus

Veille 1917-46

 Obus de gros calibre avant usinage

Veille 1917-17

 Fabrication de balles de shrapnells

Veille 1917-1072

Veille 1917-882

 Les femmes françaises et la guerre

Veille 1917-881

 Fabrication de papier, peignes, laine, chaussures,pipes

Veille 1917-88

 Fabrication de conserve de viande, de parfuns, produits alimentaires, meubles

 Veille 1917-107

 Fabrication de porcelaine, de tapisserie, atelier de teinture de laine

  Veille 1917-1072

 Fabrication de gants, atelier de couture, expédition d'eaux minérales

 Veille 1917-45

 Fabrication d'obus à l'usine d'armement Maguin

 fabric obus1

fabric obus4

fabric obus3

fabric obus2

Fafrication d'obus à St-Chamond (Loire)

Usine Chavanne

usune channe1

usine chavannes3

Usine Chavanne4

http://saintchamond.canalblog.com/archives/2014/03/02/29347130.html

femmes st etienne

 Femmes dans l’industrie d’armement - Saint-Étienne 1916

Les femmes travaillent dans les usines d’armement à des postes considérés comme masculins avant la guerre. 

Aux forges de la Chaléassière, à Saint-Étienne, elles confectionnent des munitions et des obus.

Sur la photographie, une ouvrière soude au chalumeau le corps d’une torpille pour mortier de tranchée en février 1916, en réalisant trois points de suture. 

Fabrication d'obus à l'usine pyrotechique St-Nicolas près de Brest

Pyro Brest1

 Préparation des obus de 340 mn avant le chargement de la poudre explosive

Pyro Brest2

Dépôt des obus après le vernissage

Pyro Brest4

 Débossellement des douillles de 75 mn après usage.

Les douilles sont reconditionnées pour être réutilisées

Pyro Brest51

Bain de dégraissage des obus de 115 et 340 mn

Pyro Brest3

Marquage des obus

Pyro Brest6

 Alésage et nettoyage après le chargement des gaines des obus de 75 mn

Pyro Brest7

Lavage des obus de 75 mn

 

Voir l'article sur les obus, obusiers, trous d'obus :

http://87dit.canalblog.com/archives/2016/11/08/34155154.html

 

Les munitionnettes

Fabrication de masques à gaz chez Michelin 1915

 Fabrication des masques à gaz dans les usines Michelin, 1915

Fabrication de masques à gaz chez Michelin 1915-1

 

Fabrication de masques à gaz chez Michelin 1915-2

Fabrication de masques à gaz chez Michelin 1915-3

Fabrication de bidons

Fabrication de bidons

Les femmes des hommes mobilisés reçoivent 1,50 francs par jour et 50 centimes par enfant, alors que le prix du kilo de viande est de 1,50 francs. Ces françaises, devenues employées, doivent s'adapter à ce nouvel environnement qu'est l'usine et effectuer des tâches jusque là réservées aux hommes. Cette adaptation passe notamment par des changements vestimentaires, ainsi les corsets et les talons sont progressivement mis de coté donnant aux femmes une apparence plus masculine. 

L'usine Michelin de Clermont-Ferrand

Usine Michelin CF entrée des ateliers

L'usine devient une entreprise de guerre en produisant : des enveloppes, des sacs de couchage, des tentes, des chambres à air, des roues pleines d'acier, des fers à cheval, des pneus de secours, des chaînes pour rouler sur la boue et sur la neige, des manteaux imperméables, des musettes mangeoires pour les chevaux, des obus, des masques à gaz et des avions. Les bandages Michelin feront leurs preuves sur les routes lors de l'expédition de Salonique. Michelin devient un des fournisseurs de l'aéronautique pour l'Armée notamment avec les célèbres Bréguet-Michelin qui ont permis à Clermont-Ferrand de devenir un centre d'aviation. Au total, durant la Grande Guerre, l'entreprise a fourni 1.884 avions Bréguet-Michelin, 8.600 lance-bombes, 342.000 obus dont 27.700 à l'armée américaine.

Femmes à l usine

 Femmes à l usine1

 Le Miroir, 25 mars 1917

Usines de guerre, collection "Patrie"

usine de guerre patrie

 usine de guerre patrie1

 usine de guerre patrie2

 usine de guerre patrie3

 usine de guerre patrie4

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63151129?rk=21459;2

Voir le lien :

http://centenaire.org/fr/tresors-darchives/fonds-prives/archives/les-archives-de-lexposition-usines-de-guerre

https://www.industrie-techno.com/14-18-les-usines-en-guerre.38092