Mots clés :

Russes, général Akexeiev, sépultures russes, colonel Nichvolodoff, Marseille, Brest, La Rochelle, 

Lors de son voyage en Russie en décembre 1915, lors de contacts avec le Tsar, Paul Doumer souhaite l’envoi de 300.000 hommes en France ; du matériel de guerre français, dont la Russie  a besoin, sera envoyé en échange.

Nicolas II accepte et, à titre d’essai, le général Akexeiev, chef d’Etat-major propose d’envoyer des militaires russes en unités constituées, encadrées par des officiers russes et mises à la disposition de l’Etat-major français. Leur matériel de guerre sera français et elles seront transportées par les bâtiments de la Marine française. Le souhait de Doumer est que 40.000 hommes soient envoyés mensuellement.

En janvier 1916, une première brigade spéciale, composée de deux régiments est constituée. Le premier régiment est formé à Moscou, le second à Samara, localité sur la Volga. Les unités sont formées principalement de bataillons de réserve dont les hommes n’ont pas encore subi le baptême du feu. Le premier régiment se compose principalement d’ouvriers d’usines, le deuxième, de gens de la campagne. Cela aura de l’importance lorsque Lénine apparaîtra sur la scène politique des Soviets.

Le premier contingent part le 3 février 1916 par chemin de fer. Il traverse la Sibérie et la Mandchourie. Ensuite, il atteint Marseille par mer. Il arrive dans cette ville, après 60 jours de mer, le 26 avril 1916. Ce débarquement à Marseille, Brest et La Rochelle a une grande influence sur l’opinion française : c’est encore une preuve de bonnes relations interalliées.

Les trois autres brigades russes sont formées progressivement. La deuxième passe à Salonique tandis que la troisième, formée notamment à Ekaterinbourg, est envoyée en France en août 1916.

DSC_5692

 DSC_5700

DSC_5694

DSC_5695

DSC_5699

DSC_5461

DSC_5463

 DSC_5465

DSC_5448

DSC_5432

 Excel Russes1

Excel Russes2

Voir les liens :

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/le-corps-expeditionnaire-russe-pendant-la-premiere-guerre-mondiale

http://www.1914-1918.be/insolite_stele_russe.php 

Les sépultures russes en France

 

5.100 sont inhumés dans des cimetières nationaux français, plus de 2 000 autres reposent dans des carrés militaires de cimetières communaux. 914 de ces corps sont en tombes individuelles ou en ossuaire dans le cimetière militaire russe de Saint-Hilaire-le-Grand (Marne). Cette nécropole est entretenue par le secrétariat d'Etat aux anciens combattants et restaurée en 1997 et 1998.
Certaines de ces nécropoles sont situées dans les départements où se déroulèrent les opérations. D'autres se trouvent dans l'ancienne zone de l'intérieur, près des lieux où décédèrent les blessés soignés dans les formations sanitaires ou dans les départements alors occupés par l'ennemi (le Nord, les Ardennes, etc...), ou annexés par l'empire allemand en 1871.

Sépultures russes

Lire le document :

Sépultures russes 1