Mots clés :

bois des Caures, Driant, la guerre de demain,  

Le 21 février 1916, alors que l'armée du Reich concentre son action sur le secteur de Verdun, seuls les 1.200 hommes de Driant et 14 batteries font face à l'attaque de 10.000 soldats allemands et 40 batteries. Les Chasseurs résistent héroïquement pendant plus de 24 heures et subissent de lourdes pertes, permettant aux renforts d'arriver et de maintenir la ligne de front. La position du bois des Caures, tenue par Driant et ses hommes, est pilonnée pendant deux jours par des canons de 150, 210 et 300 mm.

Le 22 février, à midi, les Allemands se lancent à l'assaut des positions des chasseurs. Les grenades et les lance-flammes viennent à bout de la résistance française. Driant donne l'ordre de repli sur Beaumont. 

A 16 heures, il ne reste plus qu’environ 80 hommes autour du lieutenant-colonel Driant. Alors qu’il visite ses hommes dans les trous d’obus, il est fauché par les balles allemandes. Touché à la tempe, Driant meurt à soixante et un ans

Émile Driant est le 8e parlementaire et le 6e député mort pour la France.

 gh_gh driant emile

 timbre driant

 Timbre émis le 21 février 1956

fiche Driant

 Front au Bois des Caures, fin février 1916

Bois des Caures6

 bois des caures17

bois des caures7

 driant chasseurs

  Le lieutenant-colonel Driant au milieu de ses hommes

© Service historique de la Défense

driant bois des caures

 Bois des Caures1

Bois des Caures9

Le lieutenant-colonel Driant, 1855-1916

Le colonel Driant est une figure mythique de la Grande Guerre, dont la mémoire est liée à la résistance héroïque face à l’attaque allemande de Verdun, le 21 février 1916.

Cerné par les troupes du Kronprinz au bois des Caures (Verdun), Driant meurt avec une centaine d’hommes restés vivants sur les 1.200 engagés des 56e et 59e bataillons de chasseurs. Enterré par les Allemands, sa tombe fut exhumée à deux fois et fit l’objet d’un monument inauguré le 22 octobre 1922.

Ce Saint-cyrien, lié au général Boulanger, fut aussi un écrivain célèbre, produisant trente romans en vingt ans, sous le pseudonyme du capitaine Danrit. Nombre de ses titres étaient destinés à la jeunesse (Robinson sous-marin, l’aviateur pacifique,…). Il publia dans le Journal des voyages de nombreux articles, inspirés par les récits de Jules Verne et par l’épopée coloniale française.

Marqué par la défaite de Sedan, il publia en 1888-1893 La guerre de demain (ouvrage couronné par l’Académie française), cycle de trois romans imprégnés de l’esprit de revanche contre l’Allemagne et souvent prophétiques quant à la prochaine guerre.

La mort du commandant Driant eut un grand retentissement sur la population française : le souvenir de son sacrifice face au premier des assauts allemands sur Verdun augurait une opiniâtre résistance de l’armée française sur le secteur de Verdun, où en 1916, les trois quart des divisons se relayèrent pour stopper l’ennemi dans son avancée.

 monum bois des caures

 Monument inauguré au bois des Caures, le 22 octobre 1922

scuptue monum driant

Grégoire CALVET sculpte le monument à la mémoire du lieutenant- colonel Driant

et de ses chasseurs dans les carrières de Rupt-en-Woëvre.

inauguration monum Driant

Le 22 octobre 1922, la foule s’est rassemblée au bois des Caures

pour l’inauguration du monument dédié au lieutenant-colonel Driant et à ses chasseurs.

Voir les liens :

https://horizon14-18.eu/colonel-emile-driant.html

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/emile-driant

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/la-bataille-du-bois-des-caures

la guerre de demain1

la guerre de demain3

la guerre de demain2

https://gallica.bnf.fr/la guerre de demain

la guerre de demain1 danrit

 La_guerre_de_demain___[

La_guerre_de_demain___[

La_guerre_de_demain___[

La_guerre_de_demain___[

La_guerre_de_demain___[