Mots-clés :

CRP, camp retranché de Paris,

Lire les articles :

Paris sous les bombes allemandes

  Plan du camp retranché de Paris 1870

Camp retranché de Paris, 1870

Les anciennes enceintes parisiennes ne subsistent qu’à travers quelques éléments
architecturaux mais elles ont fortement marqué le tissu urbain, en particulier par le tracé
concentrique des boulevards circulaires (grands boulevards, boulevards des maréchaux).
L’enceinte de Thiers a fixé les limites de la ville actuelle (périphérique).

CRP2

 

Le camp retranché de Paris

Les nouvelles pièces d’artillerie de l’armée prussienne, plus puissantes et plus mobiles, et les menaces pesant sur Paris justifi ent l'élaboration de nouveaux plans de défense entre 1911 et 1913.
Afin de protéger les forts Séré de Rivières en cas d’attaque ennemie, l’installation
d’une dernière ligne de résistance est projetée, sur 150 km et à 20-30 km autour de la capitale. Elle doit être constituée d’équipements et d'ouvrages légers dits "du moment", très divers, appuyés sur le relief pour occuper des positions stratégiques.

CRP9

À quelques mois de la guerre, la défense parisienne repose donc sur une triple fortification composée de ces positions avancées et des deux enceintes et séries de forts du XIXe siècle, le tout formant le "Camp retranché de Paris" (CRP) développé dansun rayon de 30 km.

CRP1

CRP3

CRP8

En 1917, afi n d’égarer les aviateurs ennemis, l’état-major imagine un "faux Paris"
dans la boucle que décrit la Seine entre Maisons-Laffitte et Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).
Seule une maquette grandeur nature de la Gare de l’Est sera construite à Herblay dans le Val-d'Oise, au lieu-dit L’Orme-de-Morlu.

CRP5

Les compagnies de chasseurs forestiers ont pour mission de favoriser la progression des troupes en campagne et d’appuyer le Génie dans l'approvisionnement en bois.
Pendant l'été 1914, 18 compagnies de 150 à 250 chasseurs forestiers sont formées pour rejoindre les différents corps d'armée.

CRP6

Une gestion plus raisonnée et contrôlée s'organise.
Le 19 mai 1915, des centres d’approvisionnement de bois sont créés. Pour mobiliser les quantités nécessaires, le Service forestier aux armées (SFA) est instauré le 25 juillet 1915. Cette véritable administration militaire vise à concilier au mieux les exigences de la guerre et la conservation des massifs boisés.

2 400 ha de coupes de bois sont nécessaires pour dégager la vue des champs de tir au-devant des positions avancées du CRP.

En mars 1915, 380 ha ont été ouverts dans la seule forêt de Montmorency.
Les arbres abattus servent essentiellement au renforcement des ouvrages dits "du moment" : tranchées, boyaux de communication, positions d’artillerie, etc.
Dès la fi n de 1914, les ressources en bois sont menacées de surexploitation, vu l’importance des besoins du front (soutènement des tranchées et abris, fabrication
des crosses de fusils, des fuselages ou hélices des avions, etc.).

Source :

Le camp retranché de Paris par le Conseil départemental du Val d'Oise.

Lire le document :

Les défenses deParis

 Camp Essonne