Mots-clés :

Mont Kemmel, mont chauve, Belgique, Adolphe Masselot, Locre, le belvédère, ossuaire, Monument aux soldats français, déesse de la victoire, Den Engel, l'Ange, la colline héroïque,

Lire l'article :

Quatrième bataille d'Ypres : du 9 avril au 29 avril 1918,

aussi appelée bataille de la Lys.

 Mont Kemmel Butler

Le Mont Kemmel, de nos jours

Mont Kemmel actuel

Le Mont Kemmel actuel dans les Flandres belges. d'une hauteur de 156 m.

Mt Kemmel actuel6

Le petit Kemmel est le mont boisé derrière la ferme, à gauche du grand Kemmel

Mt Kemmel aujourd hui

Introduction

Au printemps 1918, l’Etat-major allemand lance la «Kaiserschlacht », la bataille de l’Empereur, jouant son va-tout sur le front ouest. Il lance successivement deux vastes assauts dans la Somme et en Flandre.

Déclenchée le 21 mars, l’opération « Michael », après avoir bousculé les troupes britanniques et menacé Amiens, s’essouffle et finit par se briser devant la résistance adverse - notamment australienne à Hébuterne.

Dans un véritable quitte ou double, les Allemands reportent alors leurs efforts du côté de la Flandre. Ils espèrent réduire le saillant d’Ypres et atteindre la côte, coupant ainsi la route des approvisionnements ennemis.

A partir du 9 avril, ils enfoncent les défenses britanniques dans la plaine de la Lys, bousculant notamment les Portugais devant Neuve-Chapelle, et remontent vers les monts de Flandre. Estaires et Bailleul tombent mais ils échouent sur les pentes du Mont Kemmel (19 avril).

Le renfort des troupes françaises face à la poussée allemande du printemps 1918.

Le 25 avril, les troupes françaises appelées en renfort sont confrontées à des troupes d’élite allemandes qui lancent la « seconde bataille du Kemmel» dans un déluge de feu. Après de furieux combats, souvent au corps à corps, les Allemands occupent le Belvédère, au sommet du mont.

La veille, le 24, ils ont attaqué aussi dans la Somme, prenant Villers-Bretonneux, que les Australiens récupéreront le 25.

La « bataille de l’Empereur » s’achève le 29 avril : malgré l’avancée allemande, les Alliés ont réussi à stabiliser le front empêchant l’ennemi de percer, mais au prix de lourdes pertes.

Sur les pentes du Kemmel, surnommé en 1918 « le mont chauve » tant il a été ravagé par les combats, un ossuaire regroupe les restes de 5.294 soldats français, tombés pour la plupart dans la bataille du mont et dont seulement 57 ont pu être identifiés.

Au sommet de la colonne qui marque son emplacement se tient l’animal emblématique de la France : le coq.

En poursuivant vers le sommet du mont, un imposant « monument aux soldats français » rappelle également le sacrifice des troupes qui ont combattu en Belgique. Il est orné d’une statue du sculpteur armentiérois Adolphe Masselot qui, bien que représentant la déesse ailée de la Victoire, dégage dans son regard une grande mélancolie qui vaut au monument d’être également appelé « l’ange triste du Mont Kemmel ».

  Carte mont Kemmel

 relief mt kemmel

La bataille

 Mt Kemmel Carte

  front belge 13 27 av 1918

 Kemmel poste de commandent

 Positions Kemmel 25 avril

Offensive allemande

Le 25 avril à 2 heures 30 : un tir d'artillerie d'une violence inouïe, déclenché par 600 canons de tous calibres, s'abat sur le Mont Kemmel, détruisant tout. Le bombardement précédant l'attaque est considèré comme un des plus intenses de toute la première guerre mondiale. En outre, il s'agit d'obus à gaz toxique (ypérite essentiellement) qui obligent les défenseurs à porter le masque. A 6 heures, les Allemands du corps alpin (division de choc renommée) se portent à l'assaut sur la pente sud du Mont.

Les îlots de résistances alliées qui subsistent sont rapidement débordés par le nombre et doivent mettre bas les armes. Au petit Kemmel, malgré la préparation d'artillerie allemande, la résistance des alliés est plus vive ; les assaillants sont accrochés par des tirs de mitrailleuses et doivent faire appel aux Minerwerfer et aux lance-flammes A sept heures, le sommet du Grand Kemmel est pris ; les soldats français du 416 ème d'infanterie doivent céder le terrain, poursuivis sans relâche, mais au prix de lourdes pertes, par l'ennemi.

Dans le village de Kemmel, des éléments français (22 ème .I) et britanniques luttent côte à côte. Le village sera pris par les Allemands aux premières heures de la matinée. Les Anglais se retirent alors sur la côte 44, et y repoussent victorieusement tous les assauts ennemis. Il en est de même à Saint Eloi où ils résistent jusqu'à la nuit, se repliant alors sur Voormezeele. 

L'aviation allemande, composée de 16 escadres de bataille et 17 escadrilles de chasse, est  maitresse du ciel, et survole sans cesse le champ de bataille, en mitraillant les soldats alliés et leurs arrières, attaquant à la bombe, les rassemblements, les convois et les batteries.

La contre-offensive franco-britannique du 26 avril 1918

Du côté des alliés, Foch, mettant à profit ce court répit, donne ses instructions.
Le Général commandant la 2 ème armée britannique décide, dans l’après-midi du 25 avril, une contre attaque prévue pour le soir même et désigne la 39 ème division française d'infanterie et la 25 ème D.I. anglaise. Elles ont pour objectif la reprise du Mont Kemmel.

Cette phase de la bataille ne débutera que le 26 avril, la 39 ème division n‘étant pas à pied d'oeuvre à temps. Après quelques succès initiaux les troupes franco-britanniques sont repoussées sur les lignes de départ. Cette contre offensive est un échec, mais a cependant perturbé le regroupement des unités allemandes, aggravé leurs pertes, semé le doute et obligé l'Etat Major allemand à reporter la reprise de son offensive d'abord au 27 avril, puis au 28, enfin au 29 avril 1918.

Ces trois reports successifs permettent à Foch, d'amener en toute hâte des renforts sur ce front très menacé. 

Fin de la bataille des Flandres

Le 29 avril 1918, à 7 h 00 du matin, les Allemands lancent une nouvelle offensive sur un front de 14 km le long de la route d'Ypres à Bailleul. Ils ne parviennent pas à prendre les flancs du front allié (le Mont Vidaigne et le pic du Scherpenberg).

Le centre semblait moins combattif, mais le village de Locre a été repris par les Français, de haute lutte. Les Allemands semblaient épuisés à ce moment-là. Foch envoie en 4 jours 5 nouvelles divisions en renfort, qui rétablissent la situation et neutralisent les dernières poches de résistance allemandes.

Le 5 mai 1918, la bataille des Flandres est terminée. Les Allemands n'ont pas pu percer les lignes alliées et remporter une victoire décisive.

Unités citées :

Le 413e régiment d’infanterie, qui compte un grand nombre de Stéphanois, est cité à l’ordre de l’Armée pour sa conduite dans les Flandres du 25 au 29 avril (La Tribune Républicaine, 19 juillet 1918).

Le 414e régiment d’infanterie, régiment de la région lyonnaise et forézienne par excellence, est cité à l’ordre de l’Armée pour, du 26 au 29 avril, avoir montré ses solides qualités dans la bataille des monts de Flandre (La Tribune Républicaine - 15 août 1918).

Le drapeau du 416e régiment d’infanterie est décoré de la Croix de Guerre pour la deuxième fois le 30 décembre 1918 (Journal de marche).

Le lieutenant-colonel Borne, commandant le 99e R.I. durant la bataille du Kemmel, malgré les attaques violentes et les pertes éprouvées a définitivement arrêté l’ennemi et est cité à l’ordre de l’Armée.

En outre, le roi des Belges Albert 1er délivrera une citation spéciale au 99e R.I. pour l’importance du rôle qu’il a joué dans la journée du 25 avril à Scherpenberg et la Clytte.

Photographies du Mont Kemmel avant guerre

Kemmel vue tour

Kemmel vue de la montagne

Mont Kemmel église1

Mont Kemmel église2

Mont Kemmel belvèdére 1

 Le Belvédère en arrière plan

Kemmel belvédère4

 Kemmel belvédère6

Mont Kemmel ferme

 La ferme au sommet

Kemmel moulin

Kemmel le moulin

 Photographies du Mont Kemmel en 1918

Kemmel fin 18

 Kemmel champ de bataille

Kemmel panorama

 Kemmel champ

Kemmel ruines30

 Mt Kemmel champ

 Kemmel sol

Mt Kemmel champ1

Mont Kemmel 1918

Champ de ruines au pied du Mont

Mont Kemmel 1918 2

Kemmel sommet du mont

Ruines kemmel1

Ruines Kemmel2

Mont Kemmel ruines 1918 1

Mont Kemmel belvèdére 1918

 Ruines du Belvédère

Kemmel abri

Photographies du village Kemmel

 Kemmel village4

 Avril 1918.

Panneaux indicateurs dans un village rasé du secteur de Kemmel.

Kemmel ruines village

 Kemmel route d Ypres

 Kemmel entrée du village

Ruines Kemmel 18

Kemmel église 1913

 Eglise avant la guerre

Kemmel int église

 Mont Kemmel église

 Ruines de l'église

Kemmel ruines église

large

 Kemmel Chateau 9

Kemmel Chateau3

Kemmel chateau7

Kemmel fossés du chateau

Kemmel étang

Kemmel gd place

Kemmel gd place2

Kemmel passerelle

Les allemands au Mont Kemmel en 1918

All Mt Kemmel1

 All Mt Kemmel2

All Mt Kemmel3

All Mt Kemmel4

All Mt Kemmel5

All Mt Kemmel6

All Mt Kemmel7

Mai 1918. Dégâts occasionnés sur un hôpital allemand du front

et sur ses ambulances par les bombardements britanniques.

All Mt Kemmel8

Une équipe d'artillerie allemande changeant de position

à l'aide de chevaux de traie dans le secteur de Kemmel.

All Mt Kemmel9

All Mt Kemmel10

Obusier allemand pendant l'attaque du Mont Kemmel en Avril 1918.

Kemmel centre triage All

Mai 1918. Un centre de triage médical allemand dans le secteur de Kemmel,

avec ses camions, ambulances motorisées et équipes hippomobiles.

Kemmel All en mission

Mai 1918. Quatre soldats allemands en mission de reconnaissance

des positions alliées dans le secteur de Kemmel.

Kemmel all en discution

Mai 1918

Quatre soldats allemands en discussion sur une route du secteur de Kemmel.

Lieux de commémoration

Le mémorial, situé au sud d'Ypres rappelle la présence des troupes françaises durant la Première Guerre mondiale et rend hommage aux nombreux soldats français tombés durant la Bataille du Mont Kemmel en 1918. 

Depuis 1932, une colonne commémorative rend hommage aux nombreux soldats français morts pour la patrie au sommet du Mont Kemmel (Kemmelberg). Ils ont combattus à cet endroit en avril 1918 lors de la Bataille du Mont Kemmel. Ce « Monument aux soldats français » symbolise la déesse romaine de la victoire, Victoria.

C’est la raison pour laquelle cette colonne commémorative est également appelée « Den Engel » (l’Ange). Son regard est tourné vers la fosse commune dans laquelle sont enterrés de nombreux soldats français au pied du mont Kemmel. 

Contact :
Frans massagraf
Kemmelbergweg, 8950 Kemmel
Web: www.heuvelland.be

L'ossuaire français

Au centre de l'ossuaire se trouve un obélisque flanqué des drapeaux français et belge. 

L'obélisque est construit en pierre naturelle blanche, avec une base à plusieurs profils et un coq en bronze (gaulois). Trois plaques de texte en marbre trapézoïdal sont intégrées dans le mur de la pyramide. Une quatrième plaque de texte en polyester est suspendue à l'avant. Devant l'obélisque, de petites plaques commémoratives sont disposées en diagonale sur le sol.

Le jardin est géométriquement structuré en ce qui concerne l'allée pavée et l'obélisque central avec deux saules pleureurs, deux épicéas et deux lits recouverts de néflier nain, entrecoupés de beaucoup de pierre concassée grise. 

Derrière l'obélisque se trouve un écran vert avec divers types d'arbres, d'arbustes et de haies.

Kemmel ossaire4

Kemmel ossuaire Fr

 Mt Kemmel coq1

Kemmel plaque

Mont_Kemme3

Mont_Kermel8

 Belg_Kemmel03

Près de l’obélisque, sur le flanc boisé du Mont-Kemmel, se trouve un ossuaire militaire français qui rassemble les dépouilles de 5.294 soldats français. Rassemblés entre 1920 et 1925 dans cet ossuaire, seuls 57 soldats furent identifiés. Le monument pyramidal de l’ossuaire orné d’un coq gaulois comporte une plaque rendant hommage aux soldats français tombés lors de la défense du Mont-Kemmel.

Monument Aux Soldats Français 

Le mémorial, situé au sud d'Ypres rappelle la présence des troupes françaises durant la Première Guerre mondiale et rend hommage aux nombreux soldats français tombés durant la Bataille du Mont Kemmel en 1918. 

Depuis 1932, une colonne commémorative rend hommage aux nombreux soldats français morts pour la patrie au sommet du Mont Kemmel (Kemmelberg). Ils ont combattus à cet endroit en avril 1918 lors de la Bataille du Mont Kemmel. Ce « Monument aux soldats français » symbolise la déesse romaine de la victoire, Victoria.

C’est la raison pour laquelle cette colonne commémorative est également appelée « Den Engel » (l’Ange). Son regard est tourné vers la fosse commune dans laquelle sont enterrés de nombreux soldats français au pied du Mont Kemmel. 

Contact :
Frans massagraf
Kemmelbergweg, 8950 Kemmel
Web: www.heuvelland.be

La colonne, haute de 16 mètres intègre une statue représentant la déesse romaine de la victoire, Victoria. Elle mesurait à l'origine 18 mètres et était surmontée d'une statue représentant un soldat français. Celle-ci fut frappée par la foudre durant les années 1970 et ne fut pas remplacée.

Le nom officiel du monument est " Monument Aux Soldats Français ", mais il est communément appelé Den Engel (" l'Ange ").

Sur une très grande plate-forme à trois marches se trouve une haute colonne commémorative en ciment blanc à base rectangulaire, qui devient un polygone et se rétrécit vers le haut. 

Sur le socle en face de la colonne se trouve l’image de la déesse de la victoire en robe grecque, les ailes déployées contre les deux côtés de la colonne. Elle est titulaire d'une couronne de laurier dans chaque main. Juste en dessous du sommet, à l'avant, se trouve une couronne de fleurs en relief, avec deux initiales intégrées «RF» au milieu. 

Kemmel collone

  Kemmel statue

Mont_Kemme2o7

Mont_Kemme7

La déesse ailée de la victoire a été été sculptée, par l’Armentiérois Adolphe Masselot.  

Adolphe Masselot (1877-1959) a sculpté les monuments aux morts de Caudebec-en-Caux (76), La Mailleraye-sur-Seine (76), Comines (59), Deûlémont (59).

https://monumentsmorts.univ-lille.fr/auteur/55/masselotadolphe/

  Mt Kemmel ange2

Mt Kemmel ange3

L'obélisque de béton de 16 mètres de haut rend hommage aux soldats français tombés près du Mont-Kemmel en avril 1918.

Surmontée d’une statue représentant une déesse de la victoire (Nikê ailée), elle comportait à son érection la statue d’un poilu de bronze qui fut frappée par la foudre dans le années 70 et jamais remplacée.

Elle est communément appelé « Den Engel », « L’ange »

Lire le document : 

Kemmel Mont

Inauguration du monument, le 18 septembre 1932

Inauguratyon Mt Kemmel

Excelsior, 19 septembre 1932

L'intrangisant Mt kemmeel

L'Intransigant, 19 septembre 1932

Alger Mt Kemmel

L'Echo d'Alger, 19 septembre 1932

L action Fr Mt kemmel

 L'Action Française, 19 septembre 1932

Le petit parisien Mt Kemel

Le Petit Parisien, 19 septembre 1932

Ossuaire anglais, Nieuwstraat à Heuvelland

Kemmel cimetière anglais1

 Kemmel cimetière anglais

 Kemmel cimetière

 Kemmel cimetière anglais1

Kemmel cimetière GB4

 Kemmel cimetière GB

Kemmel cimetière anglais2

Kemmel Cimetière GB6


La construction du cimetière situé dans la partie nord du domaine du château commença en décembre 1914, le long de la «rue Sackville». 

Le cimetière a été conçu par E. Lutyens (architecte en chef) et GH Goldsmith (architecte exécutif). 

Selon le registre actuel, 1135 morts de la Première Guerre mondiale et 22 morts de la Seconde Guerre mondiale sont enterrés.

Le bilan

  • Des forêts détruites.
  • Des champs retournés par les bombes.
  • Des villages au pied du mont détruits.

Nombre de morts : 13.000 morts environ

  • côté britannique : 1.135
  • coté allemand : 6.000 environ
  • côté français : 5.294
  • côté belge : ?

La presse 

Patrie colline héroique

Lire le document :

Mont Kemmel la colline héroïque

Presse Kemmel

Le Petit Parisien, 27 avril 1918

Illustrat Kemmel1

 Illustrat Kemmel2

Illustrat Kemmel3

Illustrat Kemmel4

L'Illustration, 8 juin 1918

Kemmel fraternité d armes

 

Kemmel avant la bataille

L'Illustration, 11 mai 1918

 OE kemmel1

 OE kemmel2

  L'Ouest-Eclair, 29 avril 1918

Prise du mont kemmel

Le Bruxellois, 29 avril 1918

 Valeur du mont kemmel

Le Bruxellois, 3 mai 1918 

 Le journal 29 av 1918

Bravoure fr

Science Kemmel1

Science Kemmel2

La Science et la Vie, juillet 1918

Voir les liens et fichiers suivants :

Ossuaire français Mont Kemmel

Cellier Albert CVDF Kemmel

La bataille du Mont Kemmel P. Van Eecloo

http://www.westfront.net/1918/kemmel/default.htm

http://www.chtimiste.com/batailles1418/1918lys.htm

http://www.chtimiste.com/batailles1418/combats/1918locres.htm