Mots clés :

Le Roi Albert 1 er, Belgique, la résistance belge, le Roi-chevalier, hommage au Roi des Belges, l'armée belge,

Le Roi Albert 1 er, 1875-1934

  l'image roi albert

 albert 1 héro

La résistance belge 

Dans la chaleur du 4 août 1914, les troupes de la IIe armée allemande, dirigée par Karl von Bülow, franchissent la frontière belge à Gemmenich, empruntant les routes qui relient Aix-la-Chapelle à la Province de Liège. Ce qui allait devenir le premier conflit mondial ne devait pas excéder, selon les décideurs politiques, quelques mois…

Le 4 août 1914, Albert Ier est celui qui dit non à l’envahisseur allemand. En rejetant l’ultimatum, il est porté aux nues et immédiatement chargé de représenter la nation dans sa résistance.

Discours Roi Albert 4 08 1914

 

Réflexions Albert

 proclamation roi albert

Le 4 août 1914, le roi Albert Ier prononce, devant le parlement réuni en session extraordinaire, une allocution percutante qui est vivement applaudie :

proclamation roi albert1

 “ J’ai foi en nos destinées ;

un Pays qui se défend s’impose au respect de tous :

ce Pays ne périt pas! ”

(Extrait du discours du Roi Albert Ier devant les Chambres réunies le 4 août 1914,

Annales parlementaires des Chambres réunies, 4.VIII.1914)

Discours Roi Albert 15 10 1914

L'armée belge

Commandée par Albert Ier, l’armée belge est composée de quelque 281 000 hommes : 218 000 soldats, plus de 45 000 gardes civiques et 18 000 volontaires qui affluent en quelques jours. Dès le 3 août, elle se concentre essentiellement dans la région située entre la Gette et la Dyle, les 3e et 4e divisions d’armée se déployant respectivement à Liège et à Namur. Les Belges entendent résister aux Allemands, en particulier autour de la position fortifiée de Liège, pour retarder l’avancée de ces derniers et protéger le réduit national anversois (il s’agit de la ligne de défense d’Anvers, considérée comme la zone idéale pour constituer le dernier bastion de défense en cas d’invasion). Les positions de Liège, de Namur et d’Anvers forment en effet la principale défense du territoire belge.

 19180601-De_oorlog_in_beeld_=_la_guerre_illustrée_=_the_war_pictorial-019-CC_BY

Le 18 août 1914, l'armée allemande attaque au nord de la Meuse. Finalement, le 20 août, date à partir de laquelle Bruxelles est occupée, le roi décide le repli sur Anvers malgré l’opposition de la France qui réclame le maintien de l’armée belge sur la Gette le temps qu’une partie de l’armée française la rejoigne. En effet, cette décision belge laisse la porte ouverte aux Allemands pour s’engouffrer vers la France.

La position fortifiée de Namur tombe entre le 21 et le 24 août 1914. Souhaitant stopper l’avancée allemande qui entame son mouvement tournant dans les vallées de la Sambre et de la Meuse entre Dinant et Charleroi ainsi qu’au nord du sillon Sambre-et-Meuse, le haut commandement français décide de pénétrer le haut plateau ardennais. La bataille des frontières a commencé. Du 21 au 23 août, l’armée française tente de repousser l’avancée allemande. Les combats sont acharnés. Le 22 août 1914, entre 20 et 30 000 soldats meurent
au combat31. Dans la région de Charleroi, l’armée française connaît une lourde défaite le 21 août et est obligée de se replier sur la ligne Maubeuge-Givet. La British Expeditionary Force, débarquée en France le 12 août 1914 et engagée dans la région de Mons, connaît de lourdes pertes. Les troupes alliées sont battues sur tous les fronts : en Alsace, en Lorraine et dans les Ardennes. La France ordonne une retraite générale, effective du 24 août au 5 septembre, dans des conditions particulièrement difficiles dues à la chaleur de l’été 1914.

Après "la course à la mer", la Belgique est presque entièrement occupée et son armée, usée, épuisée, est réfugiée dans le Westhoek. L’état-major belge, sous la direction d’Albert Ier, s’installe à Furnes, tandis que le gouvernement belge, qui l’a rejoint à Anvers, avant de le suivre dans sa retraite, s’installe le 13 octobre à Sainte-Adresse, près du Havre, en France.
33 000 soldats belges, constitués en bonne partie des troupes des forteresses, passent en Hollande et y sont internés, tandis que 30 000 autres sont faits prisonniers à Anvers par les Allemands. Toutefois, l’armée belge compte encore 75 000 hommes, 184 mitrailleuses et 300 pièces d’artillerie environ. Mais les soldats, ne disposant souvent plus que de guenilles, sont épuisés par dix semaines de mobilisation et de combats. Ils sont incapables de participer à une nouvelle offensive.

 

Voir l'article sur le gouvernement belge à St-Adresse :

 http://87dit.canalblog.com/archives/2015/08/16/32485076.html

 

Voir l'article sur la résistance belge :

http://87dit.canalblog.com/archives/2014/08/08/30377263.html

 

albert 22 noc 1918

 Le Roi Albert Ier s’adresse aux Chambres réunies dans l’hémicycle de la Chambre des représentants (22.11.1918).

Le 22 novembre 1918, à Bruxelles, la foule enthousiaste accueille le Roi Albert Ier - désormais connu comme le « Roi-chevalier » - en héros. Celui-ci s’adresse à nouveau à toute la Nation, représentée par les députés et les sénateurs réunis. Constatant l’égalité de tous les Belges face aux souffrances de la guerre, son discours jette les bases d’une nouvelle société belge. Le Roi plaide ainsi en faveur de l’instauration du suffrage universel pur et simple pour les hommes et prône la solidarité entre le travail et le capital ainsi que des mesures favorisant le bien-être des travailleurs. Il annonce également son intention de garantir l’égalité parfaite des langues en Belgique.

La première grande réforme ne se fait pas attendre: lors des élections législatives du 16 novembre 1919, tout citoyen belge de sexe masculin dispose d’une (et d’une seule) voix. Les veuves de guerre non remariées et les mères de soldats morts à la guerre qui sont
veuves ont également le droit de vote. Les seules femmes qui disposent du droit de vote en leur propre nom sont celles qui ont été emprisonnées pendant l’occupation pour avoir accompli un acte patriotique.

La presse

Roi des Belges

 portrait rois belg

 

Albert roi soldat

 

L'Image de la Guerre, février 1917

19160401-De_Vlaamsche_leeuw__vaderlandsch_propagandablad-001-CC_BY

  rois belgique

 vous ne passerez pas albert   détaillez ce portrait albert

 albert plage   albert roi

 alliés en campagne albert   albert décoré

albert roi de honner

albert pendant la guerre

 albert 1 protège son armée

albert hommage3   albert 1 hommage1

Albert 1 Hommage

 19151101-L'âme_belge-001-CC_BY

 19151101-La_libre_Belgique__bulletin_de_propagande_patriotique-001-CC_BY

 vive le roi

19161101-La_libre_Belgique__bulletin_de_propagande_patriotique-001-CC_BY

 19141118-Le_temps_présent__magazine_d'actualités-003-CC_BY

19170601-La_libre_Belgique__bulletin_de_propagande_patriotique-001-CC_BY

 au roi albert 1 er

au roi albert 1 er beg

L'Echo Belge, 8 avril 1916

bruges entré triompale

 rois belges 1918

 Les souverains belges à Liège, le 3 décembre 1918

Le 22 novembre 1918, Albert Ier entre à Bruxelles et prononce devant les Chambres réunies un discours dans lequel il promet d’introduire le suffrage universel pur et simple pour les hommes à partir de 21 ans.

 19140905-L__illustration-001-CC_BY

 souverain héroique1

souverain héroique2

19141017-L__illustration-001-CC_BY

 

Albert 1 er croix de guerre

 

Le Miroir, 15 août 1915

  La promenade du roi Albert

 le roi poème

19170101-Brief_van_den_soldaat__aan_zijne_verdrukte_medeburgers-001-CC_BY 19171201-Brief_van_den_soldaat__aan_zijne_verdrukte_medeburgers-001-CC_BY(1)

19170915-L__illustration-015-CC_BY

 Le Petit Journal roi Albert1

 le roi dans les tranchées

 Le Petit Journal Albert 1-2

 la reine et le roi

  Le Petit Journal Albert1-3

fils du roi albert 

 Le Petit Journal Albert 1-4

 souverains bénis

 roi albert dans bruxelles

Indépendance Belge, 25 novembre 1918

hommage roi des belges1

 

 

Pour le Belge, 13 novembre 1918 

 Voir les liens :

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/1918-les-belges-la-reconquete-de-la-belgique 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/Albert 1 er

http://www.bel-memorial.org/cities/autres-andere/hommage_hulde_ALBERT_I.htm

Monument éphémère à Albert 1er et à l'armée belge, Bruxelles

Ce monument, réalisé en stuc, fut élevé provisoirement pour célébrer la Joyeuse entrée des souverains Albert Ier et Élisabeth le 22 novembre 1918. Des huit monuments éphémères élevés à cette occasion, la Brabançonne de la place Surlet de Chokier est le seul à s'être vu pérennisé en étant coulé dans le bronze.

Monum Albert1 er

 http://www.bel-memorial.org/cities/bruxelles-brussel/bruxelles/mon_ephemere_albert_et_armee/bruxelles_mon_ephemere_albert_et_armee.htm

 

Voir l'article sur la Reine Elisabeth :

http://87dit.canalblog.com/archives/2017/01/30/34836447.html

 

Voir l'article sur les souverains belges :

http://87dit.canalblog.com/archives/2016/03/05/33469878.html

 

 

A ALBERT 1er

 

                                                                              AIR ; La Belle au bois dormant.

 

1ER COUPLET

 

Il est un roi de gloire,

 

Si juste et si vaillant.

 

Qu'on en conte l'histoire,

 

En s'en émerveillant !

 

REFRAIN

 

Chantons, Albert, le prince vaillant,

 

Grand, par le mot qu'il dit au tyran,

 

Méprisons Guillaume le méchant,

 

Parjure à sa foi, à son rang.

 

2e COUPLET

 

Le teuton saoûl de rage,

 

Résolut de punir

 

Au lieu de rendre hommage,

 

Il chercha à sévir.

 

REFRAIN

 

On vit alors avec grand effroi

 

Malgré la bravoure du bon roi,

 

On vit bientôt avec grand émoi,

 

Arriver la bête aux abois.

 

3e COUPLET

 

La horde germanique,

 

Avec son roi félon,

 

Envahit la Belgique

 

Ce fut la violation.

 

REFRAIN

 

S'offrant alors à l'écrasement

 

Les Belges, tinrent, très bravement.

 

Héroïques, silencieusement,

 

Fiers et sublimes combattants !

 

4e COUPLET

 

Que l'aumône fut belle,

 

Que tu fis aux Français,

 

0 Belgique immortelle

 

Ainsi, tu nous sauvais !

 

REFRAIN

 

Résistant toujours très bravement,

 

Malgré les procédés écœurants

 

De ces monstres, de ces tyrans,

 

Ils les arrêtèrent longtemps !

 

5e COUPLET

 

Par ce divin miracle,

 

Nous avons eu le temps,

 

De mettre alors obstacle,

 

Aux desseins de Satan !

 

REFRAIN

 

En attendant, ô chère Sœur,

 

Veuille accepter de tous nos cœurs,

 

Un peu de baume et de douceur

 

Petite Belgique au grand cœur !

 

6e COUPLET

 

Accepte de la France

 

Pour ton drapeau sacré,

 

Pour ton peuple en souffrance,

 

D'hommage mérité !

 

REFRAIN

 

Oh ! Français, oh ! vous tous qui savez,

 

Comment les Belges furent traités,

 

Séparés de leur roi vénéré,

 

Découvrez-vous, et saluez !

 

7" COUPLET

 

Achetez la médaille,

 

Des Belges révérés

 

Si votre cœur tressaille,

 

D'une sainte amitié !

 

DERNIER REFRAIN

 

On y voit resplendir deux fronts,

 

Les drapeaux par qui nous vaincrons,

 

Le vil Kaiser et ses teutons

 

Faites-là cette bonne action !

 

                                                                                           29 Août 1914, Marie Noël