Mots clés :

Arras, beffroi, hôtel de ville, la Petite Place, la Grande Place, le Lion d'or, la cathédrale, rue de l'Ermite, place de la Vacquerie, boulevard Faidherbe, boulevard de Strasbourg,  couvent des Ursulines, hôtel St Vaast, Arthur Mayeur, ville martyre, 

Les trois séries de bombardements au dessus d'Arras.

Les bombardements début octobre 1914

Le 6 octobre 1914, Arras est bombardée sans relâche par les Allemands.

Une bonne partie de la population quittera la ville au milieu de l’année 1915 pour s’exiler dans des zones plus sûres, après la destruction de leur maison.

La journée terrible du 26 juin 1915

À la fin juin 1915, les obus pleuvent avec force sur la ville, certains Arrageois diront même que les bombardements d’octobre 1914 n’étaient rien en comparaison de ceux de juin et de juillet 1915.

Le saccage culturel des 5 et 6 juillet 1915

Mais après cette terrible journée du 26 juin 1915, les Arrageois ne sont pas au bout de leurs peines, d’autres destructions sont encore à venir.
Le 5 juillet au soir, un nouveau désastre frappe la ville, après un bombardement visant spécialement la cathédrale et le palais Saint-Vaast.

Victor Leroy, propriétaire d’une droguerie dans la rue Saint-Aubert, écrit dans une lettre du 9 juillet : C’en est fini du musée, des archives, de l’évêché et de la cathédrale, non sans tristesse et résignation. Il déplore aussi les nouveaux exodes de populations provoqués par les récents bombardements. En effet, selon lui, 155 personnes ont quitté Arras le 8 juillet 1915.

Après ces deux journées particulièrement désastreuses, les bombardements vont continuer sur la cité arrageoise, détruisant encore et toujours, et poussant de plus en plus de personnes à fuir la ville. En effet, le risque s’accroît au fil des jours, beaucoup de maisons étant désormais inhabitables.
À la fin de l’année 1915, en septembre, les recensements montrent que seuls 1 200 habitants environ restent encore à Arras, contre plus de 3 600 en novembre 1914. Les destructions sont considérables, le patrimoine - le beffroi, les places, le palais Saint-Vaast – a été gravement touché, mais tous les Arrageois ont une conviction commune : Arras renaîtra de ses cendres.

http://portail-pedagogique62.fr/histoire-et-patrimoine/les-arrageois-sous-les-obus-en-juin-et-juillet-1915

Voici donc : Arras souffre et meurt pour la France  ̶  au compte du pays ; c’est pour l’Artois non envahi que nous sommes persécutés ; mais c’est aussi pour la Provence, la Savoie, la Gascogne, l’Anjou, la Bretagne, la Normandie, etc…, que sont tombés notre beffroi, nos églises, notre palais Saint-Vaast et que sont dévastés nos foyers. 

Telle est la vérité ! Telle est la réalité !

R. d’Artois.

http://www.archivespasdecalais.fr/Le-10-fevrier-1917-le-relevement-d-Arras-doit-etre-notre-oeuvre

Cartes postales de l'hôtel de ville et de son beffroi

La place des Héros à Arras est célèbre pour son beffroi chanté par Verlaine. Ce monument qui culmine à 75 mètres de haut jusqu'à la pointe de la hampe du lion est marqué avant sa destruction par les styles gothiques et Renaissance. Il fut construit de 1463 à 1554. C'est l'architecte Jacques le Caron qui reprendra pour ce beffroi la même couronne qu'à Audenarde en Belgique. La tour ressemble quant à elle beaucoup à celle de la cathédrale d'Anvers. Détruit en grande partie durant la Première Guerre mondiale, le beffroi renaîtra sous un style plus sobre suite aux travaux conduits par Pierre Paquet de 1924 à 1932. Le lion d'or de sept mètres de haut qui le domine brandit un soleil. Maurice Rogier, carillonneur et horloger, réinstalla le carillon ; composé de quarante cloches, il jouait à l'heure, Iras tu vir el'fêle d'Arras, chanson mettant en scène Jacqueline et Colas, les géants d'Arras. Composée par Legay et enrichi depuis de quelques centaines de couplets, elle commente la chute de Napoléon, le début du chemin de fer... Sous le beffroi, l'hôtel de ville renferme une splendide toile marouflée de cinquante mètres de long retraçant la vie des Arrageois au XVIe siècle d'après Hoffbauer.

1497132387-carte-postale-arras002

 1415273217-Arras-5-Etoile

1415698481-Arras-6-Etoile

 Photos d'avant guerre

 1325691942-Arras-175-LCH

14-10-06_arras-beffroi_lightbox

Robida Arras bombardée

Albert Robida, "Arras : septembre, octobre, novembre 1914"

 14-10-06_arras-incendie-beffroi_lightbox

  Arras int du beffroi

 Arras, intérieur du Beffroi

1495177824-62-arras-escalier-de-l-hotel-de-ville

Escalier d'avant guerre

14-10-06_arras-escaliers_lightbox

 Arras Hotel de ville4

Arras Beffroi lion

 Arras Hotel de ville5

Hôtel de ville  

Arras beffroi en ruines

   Le beffroi en ruines

 Arras Hotel de ville

 Cartes postales des rues

Arras rue de la braderie

 Arras Bd de Strabourg

 Arras rue des bbouchers

Arras bombardé

 Arras rue de l'Ermite

 Arras rue St Géry

Arras Place de la Vacquerie

Arras Bd Faidherbe

 Arras ruines Bd Faidherbe

 Arras Pl de la Vacquerie1

Arras Pl de la Vacquerie

Arras Place de Fr

Arras quartier

Arras Gr Véziers

Arras Récollets

Cartes postales de la Petite Place

1469728633-62-Arras-Petite-Place

 Photo d'avant guerre

Arras décombres peite place

Arras La peite place

Carte postales de la Grande Place

1495177886-62-Arras-la-grande-place

Arras Gd place av guerre1

1402245377-62-Arras-Grand-Place

 La grande Place avant guerre

Arras Pl centrale 1919

Arras Grande place

Cartes postales de la Cathédrale

La cathédrale Notre-Dame de l’Assomption et de Saint-Vaast est d’abord une église abbatiale, avant de devenir cathédrale sur la décision de Napoléon en 1804. La cathédrale gothique du XIIe siècle, vendue comme bien national, a été en effet très endommagée par les spéculateurs qui en ont vendu les matériaux les plus nobles. L’empereur décide de la faire raser et de donner à Mgr de la Tour d’Auvergne l’église de Saint-Vaast, de mêmes dimensions, pour en faire sa cathédrale.

La Cathédrale est également touchée dès le mois d’octobre, et en juillet 1915, elle a été détruite à 70 %.  Toute la ville est touchée. L'artillerie allemande pilonnera la ville, en particulier les plus hauts édifices, pendant pratiquement toute la guerre, envoyant jusqu'à 15 000 obus par jour.

En 1918, la cathédrale n'est plus qu'un champ de ruines –- certains se demandent même si l'on peut, si l'on doit la reconstruire. Finalement, Arras choisit de reconstruire son beffroi, ses places, sa cathédrale à l’identique et confie cette tâche à l’Inspecteur Général des monuments historiques, Pierre Paquet. La reconstitution de l'édifice est d'autant plus difficile qu'il n'en reste presque rien, et que beaucoup d'archives n'ont pas survécu. Après une étude quasi-archéologique, Pierre Paquet entame la reconstruction de la cathédrale en 1920. Il mêle des savoir-faire ancestraux, comme la taille de pierres, avec des techniques modernes comme le béton armé ; dans le domaine architectural, il s'inspire des plans originaux mais fait recréer un mobilier inspiré par l'art-déco, tel que la chaire et les fonts baptismaux. La cathédrale sera
inaugurée le 13 mai 1934, après 14 années de labeur pour effacer les stigmates de ce dur conflit.

Arras cathédrale gd portail

1495177697-62-Arras-cathedrale-interieur

Intérieur de la Cathédrale avant guerre

Arras vue de la cathédrale

 Arras cathédrale gd portail1

 Arras Cathédrale détruite4

Arras Cathédrale détruite2

 Arras cathédrale absisce

Arras Cathédrale détruite

Arras musée de la cathédrale

 Arras cathédrale Rue Meaulens

Autres cartes postales

Arras couvent des Urselines1

 Couvent des Ursulines avant guerre

 Arras couvent des Urselines

 Arras Eglise St Jean -Baptiste

Arras inté église St Nicolas

 Arras couvent des Urselines

 Arras ancien écéché

Arras musée

Historiquement installées dans le palais Saint-Vaast aux côtés du musée et de la bibliothèque, les archives départementales se trouvent brutalement confrontées aux affres de la guerre : le 5 juillet 1915, des avions ennemis lâchent des bombes incendiaires sur l'ancien évêché, déclenchant un gigantesque incendie qui ravage le vieux palais durant plus de deux jours.

Malgré certains mesures de précaution, le bilan est accablant : de nombreux fonds d'archives sont partis en fumée, amputant à jamais la mémoire collective du département.

Veille 1917-81

  Arras, la cathédrale, l'archevêché, l'hôtel de ville

 Veille 1917-23

  Arras, le couvent du Saint Sacement, la cathédrale, le beffroi, la grande place.

Le Miroir

Arras le mirroir 1915

 

 

Le Miroir, 3 septembre 1915

 

Arras le miroir faubourgs

Le Miroir, 29 août 1915

 

Arras, ville martyre

Croix de guerre ville Arras

Croix de guerre et légion d'honneur à la ville d'Arras.

 Voyage pésidentiel Arras1

 Foule devant la tribune

 Voyage pésidentiel Arras2

Le 28 décembre 1919, remise de la Croix de guerre et de la Légion d'honneur à la ville d'Arras,

vue de la tribune.

Arras 28 12 1919

Le Matin, 29 décembre 1919

Echo de Paris 29 12 1919

L'Echo de Paris, 29 décembre 1919

Arras1

Arras2

Arras3

Arras4

Les Annales, 13 Août 1916

 Arras5

 Arras6

 Arras bombardé

 19141024-L__illustration-014-CC_BY

19141024-L__illustration-015-CC_BY

19141024-L__illustration-016-CC_BY

Voir le lien :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/Arras

Le Lion d'Arras

Le lion d'Arras N°1

 Pour la Cité, Pour la Patrie, Tenir !

Le Lion d'Arras

Arras le lion7   Arras l'aieuil

Le lion d 'Arras entête

Arras le lion les pierres qui parlent1

 Arras le lion les pierres qui parlent2    Le lion d'arras beffoi

Arras le beffroi d'arras   Arras poème

 Arras au lion        Arras le lion7

Arras mi-carème

Arras le lion masque gaz    Arras le maire

 Arras le coq et l'aigle

Arras eglise St Sauveur

Arras le calvaire mutilé

Arras la petite Pl5

Arras Portail latéral effondré

 Arras agonie de la cathédrale

Arras agonie de la cathédrale1

 

Arras agonie de la cathédrale2    Arras agonie de la cathédrale3

 Arras cathédrale le lion

Portail latéral Arras

Arras intérieur St Jean-Baptiste 

  Arras cathédrale le lion1

Voir les éditions de ce journal de 1916 à 1919 :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32808132v/date&rk=21459;2

Voir, Le Lion d'Arras, journal de siège :

http://www.archivespasdecalais.fr/Activites-culturelles/Chroniques-de-la-Grande-Guerre/Le-Lion-d-Arras-journal-de-siege

Arras après la tourmente. Douze eaux-fortes originales de A. Mayeur.

Arthur Mayeur (Bouvigny-Boyeffles, 1871 - Paris, 1934) Arthur Mayeur, artiste originaire de l’Artois est aujourd’hui peu connu. Il obtînt pourtant le Premier Grand Prix de Rome de Gravure en 1896, et fut nommé membre de la Commission des Monuments historiques, en 1906. Formé successivement à l’École des Beaux-Arts de Lille, auprès d’Alphonse Leroy (de 1888 à 1892), et à Paris dans l’atelier de Jules Jacquet (de 1892 à 1896), Arthur Mayeur acquit une solide expérience et sut maîtriser parfaitement les différentes techniques de l’estampe. Reconnu pour son talent de graveur d’interprétation, il fut régulièrement récompensé au Salon des Artistes Français et obtînt plusieurs commandes de l’État. Il collabora à l’illustration de la Gazette des Beaux-Arts (de 1901 à 1910) et de la Revue de l’Art ancien et moderne (de 1904 à 1910). En tant que membre de la Commission des Monuments historiques, Arthur Mayeur s’investit dans la valorisation du patrimoine septentrional. Face à l’ampleur des destructions, durant la Première Guerre mondiale, l’artiste se consacra à la représentation des derniers vestiges des monuments sur le front de l’Artois : Le Beffroi d’Arras, La Chapelle Notre-Dame de Lorette, Les Tours du Mont-Saint-Eloi…. Il dessina les ruines d’Arras après la tourmente (1918, douze eaux-fortes), témoignage d’art et d’histoire présenté sous forme d’album, acheté par l’État en 1919. Arthur Mayeur s’illustra également dans la composition de médaillons sculptés. Parmi ces œuvres, la médaille dédiée Aux défenseurs d’Arras, composée en 1917, et frappée en 10 000 exemplaires, fut vendue au bénéfice de la reconstruction du Palais Saint-Vaast, l’actuel Musée des Beaux-Arts d’Arras.

Aurélie Massin 

EEaux fortes d'Arthur Mayer

 http://www.archivespasdecalais.fr/Activites-culturelles/Chroniques-de-la-Grande-Guerre/Albums/Les-gravures-de-guerre-d-Arthur-Mayeur/Arras-apres-la-tourmente

2_frad062_bhd_0002_0002_01_lightbox

 Arras, grande place, octobre 1917

2_frad062_bhd_0002_0012_01_lightbox

 Arras, grande place, octobre 1917

2_frad062_bhd_0002_0004_01_lightbox

 Arras, cloître de la cathédrale, octobre 1917

2_frad062_bhd_0002_0010_01_diaporama

Arras, le collège des Ursulines rue Gambetta, octobre 1917

2_frad062_bhd_0002_0009_01_diaporama

 Arras, église Saint-Jean-Baptiste, octobre 1917

 2_frad062_bhd_0002_0011_01_diaporama

 Arras, intérieur de l'église Saint-Nicolas, octobre 1917

2_frad062_bhd_0002_0008_01_diaporama

 Arras, intérieur de la cathédrale, octobre 1917

2_frad062_bhd_0002_0003_01_lightbox

 Arras, rue Saint-Nicolas, octobre 1917

2_frad062_bhd_0002_0006_01_diaporama

 Arras, la cathédrale et la rue Méaulens, octobre 1917

2_frad062_bhd_0002_0007_01_diaporama

Arras, la cathédrale, octobre 1917

 

Voir l'article sur les villes martyres françaises et belges :

http://87dit.canalblog.com/archives/2016/04/28/33731647.html