Mots clés :

87 DIT, affectations des territoriaux, Bretagne, Général d'Urbal, Général Joppé, Général Roy, Hély d'Oissel. 

87 DIT fronton

Sous le frontispice, entourant la croix de guerre on trouve à droite les villages suivants :

Bixschoote, Kerteker, Bois triangulaire, Noordschoote, Steenstraat, Het-Sas et à gauche, Langemark, Pilkem, Les 3 chemins, Ypres, Boesinghe et au bas le tracé de l'Yser.

Commandants de cette division :

  • à la mobilisation : Général Roy
  • à partir du 25 mai 1915 : Général Joppé
Général Joppé 1884-1927

Général de division *** Maurice Joppé 1884 - 1927

Frontispice 87dit

(Le texte qui suit est imprimé dans le tableau) :

VIIIè Armée État Major 1er Bureau No 3.175 19 novembre 1914 Extrait de l'ordre général no 27.

Le général d'Urbal, commandant la VIIIè Armée cite à l'ordre de l'armée :

La 87è Division territoriale

« Chargée pendant 3 semaines de la défense d'un secteur important, a brillamment rempli sa mission en infligeant à l'ennemi des pertes sensibles et en faisant preuve dans toutes les actions offensives ou défensives qu'elle a dû engager de solides qualités d'endurance et de bravoure »

Le général commandant la VIIIè Armée. Signé : D'Urbal

Général d'Urbal   Urbal100

Général d'Armée ***** Victor d'Urbal 1858 -1943 

 Pays de France Oissel

Général de Division *** Hely d'Oissel 1859 - 1937

Région fortifiée de Dunkerque et 36è Corps 11 mars 1916 Extrait de l'ordre général n° 29.

Le général Hely D'Oissel commandant la région fortifiée de Dunkerque et le 36è Corps d'Armée cite à l'ordre de l'Armée la 87è Division territoriale d'infanterie.

« A pris part à toutes les opérations qui se sont déroulées en Belgique depuis le mois d'octobre 1914. Par sa ferme attitude au feu au cours de violents combats aussi bien que par son endurance dans un service de tranchées très pénible, s'est montrée l'égale des troupes les plus solides.
Chargée, sous le commandement du général Joppé, pendant les plus mauvais mois d'hiver, de la défense d'un secteur que les intempéries, le terrain marécageux, les bombardements répétés et intenses de l'ennemi rendent particulièrement difficiles, a donné des preuves constantes du superbe esprit de devoir et de dévouement qui l'anime toute entière »

Le général commandant la région fortifiée de Dunkerque et le 36ème Corps d'Armée. Signé Hely d'Oissel

 

Hommage au 87 DIT

Extrait de L'Ouest-Eclair Novembre 1914

 

Anciens combattants 87DIT

Article publié par L'Ouest-Eclair, le 4 Décembre 1927

A la mobilisation d'août 1914, les hommes âgés de 34 à 39 ans furent incorporés dans 145 régiments d'infanterie territoriale (et dans la réserve territoriale pour ceux âgés entre 40 ans et 45 ans). Prévus à l'origine pour ne servir que de soutien aux régiments actifs (intendance, construction, etc),  les « Pépères », selon l'appellation familière de l'époque, se trouvèrent souvent en première ligne, principalement en Belgique, dans les régions du Nord et de l'Est de la France.

Leur sort en fut tout autrement !

Le général Nivelle en a fait tuer soixante mille pour rien en trois jours, au Chemin des Dames.

Les Territoriaux ont-ils été des combattants de premières lignes ?

Opérations de la 87 DIT de 1914 à 1917.

 1914

Mobilisée dans la 10e région. 

6 août – 7 octobre – transport par V.F., de Saint-Servan, à Valognes ; garde du littoral dans cette région.

A partir du 26 août, transport par mer et par V.F. dans la région du Havre ; travaux et défense.

A partir du 5 octobre, transport par mer à Dunkerque.

7 – 24 octobre – Mouvement vers Ypres.

A partir du 14 octobre, occupation et défense de la région de Zillebeke, Pilkem ; travaux.

Le 22 octobre, combat vers Bixschoote. 

24 octobre – 17 novembre – Relève d'une division britannique vers Langemarck et Steenstraate.

Engagée dans la BATAILLE D'YPRES :

Combats vers Weidendreft, Mangelaare et Kortekeer Cabaret. 

17 novembre – 6 décembre – retrait du front ; repos vers Killem, puis travaux vers Elverdinghe et Dickebusch. 

6 décembre 1914 – 24 janvier 1915 – Mouvement vers le front et occupation d'un secteur sur le canal de l'Yser, vers le pont de Knocke, le pont de Drie Grachten et Kortekeer Cabaret, réduit à droite, le 30 décembre, jusque vers la maison du Passeur. 

1915

24 – 29 janvier – Retrait du front (relève par l'Armée belge), et repos vers Proven. 

29 janvier – 30 mars – Mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Poelcappelle et Steenstraate (1)

30 mars – 13 avril – Retrait du front et repos vers Socx (2).

13 avril – 21 mai – Mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Langemarck et Steenstraate (3) .

Le 22 avril, attaque allemande par gaz ; violentes contre-attaques françaises.

Puis occupation, par des éléments, d'un nouveau secteur sur l'Yser au nord de Boesinghe. 

21 mai – 30 septembre – Retrait du front et repos vers Rexpoëde (éléments en secteur vers Steenstraate et Boesinghe) (4)

30 septembre 1915 – 26 février 1916 – Mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Steenstraate et Boesinghe, en liaison avec les armées belges et britanniques. 

1916

26 février – 18 mai – Retrait du front ; stationnement vers Rexpoëde :

Des éléments de la 87e D.T. participent à l'organisation de la défense de Dunkerque et à l'occupation du secteur du 36e C.A. 

18 mai – 5 juin – Occupation d'un secteur vers Steenstraate et Boesinghe. 

5 – 15 juin – retrait du front, et à partir du 7 juin, transport par V.F. dans la région d'Estrées-Saint-Denis ; repos. 

15 juin – 18 décembre – Mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Belval et l'Oise, réduit à gauche, le 2 décembre, jusque vers l'Ecouvillon. 

18 décembre 1916 – 26 février 1917 – Retrait du front ; repos vers Grand-Fresnoy et Sacy-le-Grand.

A partir du 27 décembre, travaux dans les régions de Villers-Cotterêts, de Senlis, de Ressons-sur-Matz et de Creil. 

1917

26 février – 12 mars – Instruction au camp de Pontarmé. 

12 – 17 mars – Mouvement vers Compiègne, puis occupation d'un secteur entre l'Oise et l'Ecouvillon. 

17 – 18 mars – Poursuite de l'ennemi (REPLI ALLEMAND) : Prise de Noyon. 

18 mars 1er avril – Travaux dans la région de Noyon. 

1er – 5 avril – Regroupement vers Roye et Porquericourt ; transformation de la 87e D.T. en 87e D.I. active. 

(1)  A partir du 11 mars 1915, une brigade de la 89e D.T. est à la disposition de la 87e D.T.

Du 14 au 30 mars, les deux brigades de la 89e D.T. sont aux ordres de la 87e D.T.

(2)  Du 30 mars au 9 avril 1915, l'une des brigades est mise à disposition de la 89e D.T. Du 9 au 13 avril, les deux brigades sont à la disposition de la 89e D.T.

(3) Du 17 avril au 26 août 1915, la 87e D.T. est augmentée d'une brigade territoriale.

(4) A partir du 25 août 1915, l’une des trois brigades est transportée par VF dans la région de Bruay.

Le 1 septembre, elle reconstitue, au 21e CA, la 81 DT avec l’une des brigades de cette division.

 

 Opérations des régiments composant le 87 DIT.

173 BT

73e Régiment d'infanterie territoriale
Guingamp, Le Havre, Les Flandres, Ypres, Saint-Julien, Boeringhe, Korteker-Cabaret, Pilkem
74e Régiment d'infanterie territoriale
Saint-Brieuc, Dunkerque, Belgique, Yser, Ypres, Langemarck

174 BT

76e Régiment d'infanterie territoriale
Vitré, Les Flandres, Ypres, Boesinghe, Paschendaele, Westroosbeke, Korteker, Het Sas, Steenstraat
79e Régiment d'infanterie territoriale
Granville, Ypres, Zonnebecke, Paschendaele, Bixchoote, Maison du Passeur, Driegrachten
80e Régiment d'infanterie territoriale
Saint-Lô, Bergues, Boesinghe, Paschendoele, Yser, Bixchoote

Composition organique du 87 DIT

73 RIT de août 1914 à avr 1917

74 RIT de août 1914 à avr 1917

76 RIT de août 1914 à juin 1916

79 RIT de août 1914 à juin 1916

80 RIT de août 1914 à juin 1916

100 RIT de avr 1915 à août 1915

102 RIT de avr 1915 à août 1915

11 RIT de juin 1916 à avr 1917

12 RIT de juin 1916 à avr 1917

Lire le sommaire des opérations du 87 DIT : 87e DIT

Lire les affectations des territoriaux : Affectations des RIT 14-18       Affectations des RIT