Mots clés :

10 ème région militaire, 10 corps d'armée, 87 DIT, Bretagne, général Defforges, général Franchet d'Espéret, Normandie, ordre de bataille août 1914, régions militaires. 

Les régions militaires en 1913

Régions milit 1914

Régions milit 1913

 La X ème région

Carte mobilisation 14 ouest

Les X ème et XI ème régions militaires

10 corps d armee 1914

La X ème région militaire

 10 corps de Rennes

 RI en Bretagne

 X corps d armée1 

 X corps d'armée2

http://www.ille-et-vilaine.fr/sites/default/files/asset/document/expo_itinerante_grande-guerre_bd.pdf

 Le Télégramme Régiments

Le Télégramme, 13 juilet 2014

Triple Entente contre Triplice

Le jeu fatal des alliances se met en branle et si les souverains hésitent, partout les militaires poussent à la guerre. La Russie, défenseur affiché des peuples slaves, donc de la Serbie, mais peu soucieuse aussi de voir l’Autriche accroître son emprise sur les Balkans, mobilise partiellement le 30 juillet, ce qui provoque la proclamation de danger de guerre par l’Allemagne, ce qui provoque à son tour la mobilisation générale russe le 31. La Russie est alliée à la France et à l’Angleterre au sein de la Triple Entente : l’Allemagne craint donc un encerclement et lance immédiatement deux ultimatums. Par le premier, elle demande à la Russie de renoncer à la mobilisation faute de quoi la guerre sera déclarée, ce qui arrive dès le 1er août.

Par le second, elle demande à la France quelle va être sa position et exige, en cas de neutralité, une occupation allemande des forts de Verdun et de Toul pendant toute la durée de la guerre. Cela est inacceptable mais le gouvernement français propose, le soir du 31 juillet, de retirer ses troupes à 10 km de la frontière, ce qui témoigne de sa non-volonté agressive. Devant la mobilisation allemande, il cède pourtant à la pression des militaires et, le 1er août, il annonce la mobilisation française qui sera effective le lendemain. Entre temps, le 31 juillet, Jean Jaurès, l’infatigable militant de la paix, a été assassiné par un nationaliste : le dernier obstacle à la guerre semble ainsi dramatiquement levé. La Belgique est neutre mais, première menacée par une offensive allemande, elle annonce elle aussi le 31 juillet la mobilisation pour le lendemain. L’Angleterre, alliée de la France et de la Russie, ne veut pas la guerre mais, inquiète, elle mobilise sa flotte.

L'Entente 1914

Ordre de bataille, Août 1914

Lire le document :

Présentation de l'armée de 14 à 39

ordre de bataille

Pour une meilleure lecture de cette roue, voir le site : 

http://www.carto1418.fr/ordredebataille

Voir le site affectation organique des unités :

http://iabem.free.fr/

Positions armées 1914

Positions des Armées en Août 1914

Le 10 ème corps d'armée :

C'est l'une des composantes de la V ème armée commandée par le Général Lanrezac.

Q.G. à Rethel. Effectif : 240.000 hommes.

Unité

Lieu

Commandant

1e corps Lille Franchet d’Espérey
2e corps Amiens Gérard
3e corps Rouen Sauret
10e corps Rennes Defforges
11e corps Nantes Eydoux
4e G.D.R. Valabrègue  
4e division de cavalerie Sedan Abonneau

Le général Lanrezac est limogé par le Général Joffre le 3 Septembre 1914 et remplacé par le Général Franchet d'Esperey.

Général Lanrezac

 Général Lanrezac 1852 -1925

Franchet d'esperet

Général Franchet d'Espéret 1856 - 1942

Franchet d Espéret 1915

 Le Général Franchet d'Espéret  en 1915

 Général Defforges

Les commandants du 10 ème Corps d'Armée sont :

  • à la mobilisation : Général Desforges
  • Au 10 Novembre 1914 : Général Wirbel
  • Au 10 Septembre 1915 : Général Antoine
  • au 24 Mars 1917 : Général Vandenberg

Composition du 10 ème CA :

Régiments mobilisés dans la 10 ème Région mais ne faisant pas partie du 10ème Corps d’Armée, les territoriaux :

73e RIT (10e Région) Guingamp d'août 1914 à avril 1917.
74e RIT (10e Région) Saint-Brieuc d'août 1914 à avril 1917.
76e RIT (10e Région) Vitré d'août 1914 à juin 1916.
79e RIT (10e Région) Granville d'août 1914 à juin 1916.
80e RIT (10e Région) Saint-Lô d'août 1914 à juin 1916.

100e Régiment d'Infanterie Territoriale d'avril à août 1915.

102e Régiment d'Infanterie Territoriale d'avril à août 1915.

11e Régiment d'Infanterie Territoriale de juin 1916 à avril 1917.

12e Régiment d'Infanterie Territoriale de juin 1916 à avril 1917.

Voir le lien :

http://www.fortiffsere.fr/armee1914/index_fichiers/Page920.htm

Composition de la 87e Division d'Infanterie Territoriale en Août 1914.

La 87 ème D.I.T est isolée du 08/14 au 04/17, puis active isolée à partir du 11/18 avec les 72, 91 et 136 ème R.I.

173ème Brigade d'Infanterie territoriale :

  • 73ème Régiment d'Infanterie territoriale (Guingamp).
  • 74ème Régiment d'Infanterie territoriale (Saint-Brieuc).

174ème Brigade d'Infanterie territoriale :

  • 76ème Régiment d'Infanterie territoriale (Vitré).
  • 79ème Régiment d'Infanterie territoriale (Granville).
  • 80ème Régiment d'Infanterie territoriale (Saint-Lô).

Plus :

2 escadrons du 24e régiment de dragons.
1 groupe territorial du 49e régiment d’artillerie de campagne.
1 (?) groupe territorial du 50e régiment d’artillerie de campagne.
3e compagnie du 10e bataillon territorial du génie.

Corps d'armée 10 Rennes

Voir les liens : 

http://centenaire.org/fr/des-bretons-des-bretagnes-en-guerre

http://archives.ille-et-vilaine.fr/sites/default/files/g-pec-0914-005-bd.pdf

Lire le document :

Affiches de mobilisation

En France le premier jour de la mobilisation est le dimanche 2 août 1914.

Déclaration de guerre de l’Allemagne  à la France le 3 Aout 1914.

Le 18 août, à la fin de la concentration, 2 700 000 soldats sont prêts à entrer en campagne, 680 000 sont dans les dépôts, 235 000 outre-mer, 65 000 sur mer, 200 000 territoriaux assurent la garde des voies de communication.

Pendant toute la guerre, 8,7 millions de soldats et de marins furent mobilisés, (6% de soldats indigènes, un tiers venu d'Afrique noire, la moitié du Maghreb) et 800 000 travaillèrent dans les usines d’armement en tant qu’affectés spéciaux.

La France compte en 1914, 38 millions d’habitants.

L'armée de terre française compte, en 1914, 5 armées mises à la disposition du commandant en chef. Ces 5 armées se composent de 21 corps d'armée correspondant chacun à une région militaire. Un corps d'armée comprend un quartier général, deux divisions d'infanterie, une artillerie de corps, une cavalerie de corps, des formations du génie, des services de santé, vétérinaire, trésorerie, poste, prévôté. il compte 38 000 hommes, dont 30 000 combattants et 13 000 chevaux, placés sous le commandement d'un général de division (2 étoiles). 

Au 1er août 1914, il y a déjà 880 000 hommes sous les drapeaux : il s'agit des classes 1911 à 1913, qui forment l'armée d'active (nés entre 1891 et 1893 : 21 à 23 ans).

La mobilisation appelle 2 200 000 hommes des classes 1900 à 1910 qui forment la réserve (nés entre 1880 et 1890 : 24 à 34 ans) et 700 000 des classes 1886 à 1899 qui forment la territoriale (nés entre 1866 et 1879 : 35 à 48 ans). À ces hommes contraints, se rajoutent les 71 000 engagés volontaires, qui soit devancent l'appel (le record est à 15 ans) soit sont étrangers (ces derniers sont 26 000 en 1914).

Total : 3 877 000 hommes mobilisés en août 1914, sur une population de 38 millions d'habitants, formant 94 divisions : 47 d'active (chacune de 17 286 hommes), 25 de réserve, 12 territoriale et 10 de cavalerie.

PS : Les hommes de la territoriale, âgés de 34 ans et plus, sont affectées à la défense des places fortes, des côtes et des points stratégiques.

Elles ne sont pas, en principe, destinées à entrer en campagne !

Organisation de l'armée française pendant la guerre de 1914-1918.

Généraux 1914-15

Les généraux de Corps d'Armées

Les Armées (5 en 1914), regroupant chacune 250.000 hommes environ.

En août 1914, 1.250.000 hommes furent mobilisés (régiments d'active).

  • 1 er Armée Dubail, 5 CA
  • 2ème Armée De Castelnau, 6 CA
  • 3ème Armée Ruffey, 4 CA
  • 4 ème Armée Langle de Cary, 3 CA
  • 5 ème Armée Lanrezac, 4 CA 
  • L'Armée d'Alsace Pau

- Le corps d'armée (40.000 à 60.000 hommes) commandée par un Général 4 / 5 étoiles.

- La division est constituée de différents corps d'armée, parmi lesquels, en ce qui concerne l'infanterie, des brigades (soit environ 20.000 à 30.000 hommes) commandée par un Général de Division 3 étoiles.

- La brigade est constituée de 3 régiments d'infanterie (environ 10.000 hommes) commandée par un Général 2 étoiles.

- Il y a 173 régiments d'infanterie RI dans l'armée française en 1914

  (En réalité, on en trouve le double car ils ont été dédoublés en régiments de réserve (n°200 à 373) et régiments d'active (n°1 à 173).

- Le régiment d'infanterie (3000 à 4000 hommes) est constitué de 3 ou 4 bataillons commandé par un Colonel.

- Le bataillon (environ 1000 hommes) est constitué de 4 compagnies commandé par un Commandant.

- La compagnie (environ 250 hommes) est constituée de 4 sections commandée par un Capitaine.

- La section (environ 60 hommes) est constituée de 4 escouades commandée par un Sergent, un Lieutenant, un Sous Lieutenant ou un Adjudant.

- L'escouade comprend environ 15 hommes commandée par un Caporal.

A la tête de sa compagnie le capitaine a 254 hommes sous ses ordres (4 sections de 59 hommes), plus un sergent major, un sergent fourrier, un caporal fourrier et 15 soldats hors rang de spécialités diverses.

Les officiers supérieurs :

Le chef de bataillon, commande quatre compagnies. Il dispose d'un lieutenant adjoint, un médecin aide major, quatre sous off, deux caporaux et cinq hommes, d'un atelier téléphonique de sept hommes opérant sur deux postes.

Le Colonel à la mobilisation commande 3400 hommes environ dont 70 officiers.

évolution de l'armée fr

 la division d infanterie

régiment et bataillon d infanterie