Mots clés :

insignes, Jonas, Journaux, journée du poilu, journées de solidarité, Poilus, Poulbot, Stenlein, Willette. Steinlen, Neumont, Léandre, René Lallique, médailles Bargas,

Organisation de la journée

Journée du poilu étiquette

Etiquette que les quêteurs et les vendeurs de souvenirs patriotiques colle sur la boîte de fer blanc servant à collecter les fonds.

Journée du poilu carnet de souche

Carnets à souche pour la vente des médailles Bargas

Comité d'organisation de la Journée du Poilu, 25-26 décembre 1915.

Les médailles et bijoux ne sont pas remis aux acheteurs le jour de la collecte. Il s'agit d'une souscription : comme il l'est indiqué au dos de ces carnets à souche, les médailles sont à retirer rue de Châteaudun à partir du 27.

 Journée du poilu médailles1

Journée du poilu médailles2

Série de 7 insignes cartonnés à épingler pour les vendeuses de bijoux René Lalique

31 octobre-1er novembre 1915

Ces insignes ne sont pas destinés à être vendus, mais à être portés par les vendeuses de bijoux, de manière à ce qu'elles soient clairement identifiées. Les dates mentionnées au verso, comme sur d'autres documents, semblent indiquer que la journée a dû être reportée de la Toussaint à Noël.

Brassard de commissaire journée du poilu

Brassard pour commissaire

Comité d'organisation de la Journée du Poilu

Bande de tissu imprimée, 25-26 décembre 1915.

Les commissaires étaient sans doute chargés de surveiller le bon déroulement de la vente d'insignes et de bijoux, de manière à éviter les détournements de fonds. La générosité des Parisiens a en effet parfois été victime d'escroqueries.

Brassard du quéteur Journée du poilu

Brassard de quêteur

 Journée du poilu Lematin1    La journée du poilu la matin2

Le Matin, 26 décembre 1915

 Journée du poilu le petit journal 1    La journée du poilu le petit journal2

Le Petit Journal, 26 décembre 1915

 La journée du poilu

Organisée par le Sénat et la Chambre des Députés, cette journée avait pour but de récolter des colis et de l’argent pour les soldats du front.

Six grands illustrateurs, Jonas, Léandre, Neumont, Poulbot, Steinlen et Willette, contribuent à la Journée du Poilu. Leurs dessins sont déclinés sur de nombreux supports, à commercer par des affiches et des cartes postales.

Sur la photo ci-dessous, nous voyons un soldat assis en train d’ouvrir son colis envoyé (nous supposons) par ses parents, sa femme, ses amis.

La journée du poilu 1914

 Aff78 fR    Aff77-1 Fr

Journée du Poilu. Adolphe Willette, 1915

La journée du Poilu. Lucien Jonas, 1915

Cette affiche de Jonas présente les soldats dans l’uniforme de 1870, le pantalon garance et la capote bleue. Cet uniforme est peu à peu remplacé à partir de 1915 par l’uniforme bleu horizon (pantalon, longue capote, brodequins et bandes molletières) et le casque.

Les deux poilus sont représentés dans leur univers quotidien : la tranchée et le monde des ruines. L’un de dos surveille ; l’autre, face à nous, ouvre un colis qui le remplit de joie. Ce colis, il l’a reçu grâce à la collecte organisée à l’arrière. Les deux médailles reproduites en haut à gauche et à droite, évoquant la médaille militaire, sont celles que le contributeur recevait en gage de sa participation.

Le texte de Léon Gambetta (1838-1882) fait explicitement référence à la guerre de 1870. Partisan de la lutte à outrance, il quitte Paris assiégé pour Tours, le 7 octobre, dans un ballon.

 Journée du Poilu81   Journée du Poilu Calvados

Journée du Calvados, Charles Léandre, 1915

Journe du Poilu Orne   Journée du poilu Alsace

Journée poilu finistère     Journée du Poilu parlement  

Dessin de Stenlein, 1915

Journée de Paris 1915       Journée de la Vendée

 

Journée de Paris 1916

 

Affiche de Willette

 Journée de Paris 1917     Journée du Poilu 15

 Dessin de Poulbot, 1917

Dessin de Maurice Neumont,1915

Journée du Puy de Dome    Journée Varoise

Dessin de Poulbot, 1916 

En 1916, pour le Puy-de-Dôme, Poulbot réalise une affiche pour la Journée du Paquetage du Soldat dans un camaïeu tricolore faisant référence à la France et au patriotisme. Les enfants représentés interpellent les lecteurs afin de provoquer leur compassion.

Semaine de la Ht Garonne

 Affiche de Henri Rachou, imprimerie Sirven, Toulouse, 1916

 Aff77-2 Fr   

Journée de l'armée d'Afrique. Lucien Jonas, 1917 

En 1914-1918, les opérations militaires n’ont pas été très importantes en Afrique. Par contre, les soldats originaires des colonies ont joué un rôle considérable sur les fronts européens et dans les Balkans, en particulier pour l’armée française qui a recruté près de 158 000 hommes en Afrique du Nord et 134 000 en Afrique noire (sur 8 700 000 hommes qui ont combattu en métropole).

Cette affiche a été réalisée par le peintre et dessinateur réaliste Lucien Jonas, dont les œuvres, régulièrement publiées dans la presse (en particulier dans L’Illustration), connaissent un grand succès pendant toute la guerre. Elle annonce une journée de charité, comme on en organise, depuis le début du conflit, au niveau national ou départemental en faveur des soldats. Elle représente des soldats de l’armée coloniale française lancés à l’assaut d’une position allemande, thème qui en fait la grande originalité (c’est sans doute la première affiche qui le traite). Au premier rang de ces fougueux combattants figure un tirailleur sénégalais, le plus connu des soldats coloniaux, qui s’avance en criant et en brandissant son fusil, plein de rage et de courage. L’affichiste l’a particulièrement mis en valeur : il est en effet au centre et occupe pratiquement toute la hauteur de l’image. Son attitude et son regard traduisent sa détermination. Sa capote en lambeaux, qui laisse entrevoir le jaune et le bleu de son uniforme, prouve que même les barbelés allemands n’ont pu l’arrêter. On peut supposer que le fantassin casqué se trouvant à sa gauche est un Maghrébin. 

Ces troupes de choc doivent servir à l’anéantissement de la « barbarie » allemande. De ce point de vue, l’affiche reflète fidèlement la théorie élaborée par le général Mangin en 1910 à propos de la « force noire » et de sa capacité à participer efficacement aux « coups durs » de la guerre en Europe.   

 DSC_3484

Au profit exclusif des oeuvres de guerre du département, Willette 1916

 

Willette paquetage du solday

En 1916, Adolphe Willette réalise une affiche pour le Puy-de-Dôme lors de la journée du Paquetage du soldat. Elle est dans les tons de gris et fait référence à Vercingétorix, emblème de l'Auvergne, symbolisant la virilité héritée de la guerre.

 

Journée du Pas-de-Calais    journée niçoise

journée niçoise1

  

Voir le diaporama Journée du poilu colonne de gauche

Journées du poilu 25 12 1915

Journées du poilu 25 12 1915-1

Comme les médailles Bargas, les bijoux Lalique, broches et épingles à cravate, peuvent être acquis par souscription. L'échelle des prix, des insignes cartonnés aux créations de luxe, permet de constater que les organisateurs de la Journée ont veillé à proposer une offre adaptée à toutes les bourses. Les cadeaux promis aux vendeuses sont destinés à encourager leur zèle.

Broche René Lallique

Broche René Lalique dorée, 25-26 décembre 1915

Par sa forme, la broche conçue par René Lalique pour la Journée du Poilu évoque la Croix de guerre créée la même année pour récompenser les combattants.

Médaille journée poilu 1915Journée du poilu 1915-1

Journée du poilu 1915-2

Journée poilus 1915-1

Journée poilus 1915-2

Journée du poilu 1915-3

La Journée du Poilu ne veut oublier aucun des soldats qui combattent pour la France. Acheter et porter cet insigne, c'est faire un geste pour eux et manifester son attachement à l'armée et à la patrie.

Journée du Finistère, 10 octobre 1915

journée du finistère 1915

 Appel aux dons en faveur des mutilés, prisonniers, blessés et convalescents

pour la "Journée du Finistère", le 10 octobre 1915

journée du finis médaille4

journée du finis médaille2   journée du finis médaille1

 Médailles émises lors de la journée du Finistère, 10 octobre 1915

Voir les liens :

http://monuments77.jimdo.com/

http://www.plugged-creations.com/journees/accueil.swf

http://www.archivespasdecalais.fr/Une-journee-pour-queter

Lire le document :

Journées grande guerre

Multiplication des journées de solidarité 

Malgré tout, le succès rencontré ailleurs va entraîner la multiplication de ces journées thématiques, notamment en 1915 et 1916. Outre les retombées économiques qu’elles génèrent, celles-ci permettent de fédérer la population et de soutenir moralement les troupes en première ligne. 

Suivront les : 

  • Journée française du "Secours National" (23-24 mai 1915),
  • Journée des orphelins (20 juin 1915),
  • Journée des éprouvés de la guerre (26 septembre 1915),
  • Journées du poilu (25-26 décembre 1915),
  • Journée serbe (25 juin 1916),
  • Journée des tuberculeux (4 février 1917),
  • Journée de l’armée d’Afrique et des troupes coloniales (9-10 juin 1917),
  • Journées du devoir social (27 et 28 mai 1918).

Villes et départements ne sont pas en reste et créent aussi leur "journée" : la Journée du Pas-de-Calais voit ainsi le jour en août 1916.

La fin de ces quêtes nationales ne coïncide pas avec la fin de la guerre, puisque le concept va être réutilisé pour financer une partie de la reconstruction et relancer la natalité : la Journée des régions libérées est instituée le 14 juillet 1919 et la Journée des mères de familles nombreuses le 9 mai 1920. Cette dernière est toujours fêtée cent ans après, mais sous un nom raccourci : on l’appelle aujourd’hui la fête des mères !

 Médaille journée Serbe

 Journée Serbe 25 06 1916

 

La retraite de Serbie

 

Médaille journée Serbe DSC_3479   DSC_3508

 Journées des régions libérées, Songez aux foyers détruits. Fouqueray, 1919, imprimerie Devambez.

Journée des orphelins de guerre 1914-15-16, G.H. Foerster, imprimerie Lepapier.

DSC_3477

Journée de l'Oise, pour les éprouvés de la guerre.

Valreyre, 6 février 1916, imprimerie Berger-Levrault.

Voir le lien :

http://www.plugged-creations.com/journees/accueil.swf