Mots clés :

chevaux, ambulance, Canons, cavalerie, chevaux de sang, dressage de chevaux, dépôt de remonte, gaz, hôpitaux pour chevaux, importation de chevaux, Ragtime, recensement des chevaux, roulante, réquisitions des chevaux, ville de Chipilly. la croix bleue, War horse, ânes,

  1

Incorporation chevaux et mulets

11,5 millions d’équidés (avec ânes et mulets)

ont participé au conflit,

dont 6 millions pour la Russie, 2,5 pour l’Allemagne,

1,45 pour la France et 1,2 pour la Grande-Bretagne. 

Aux chevaux morts pour lr France

Lire le document :

Aux chevaux morts pour la France

La réquisition des chevaux en août 1914

Avant 1914, l’armée fournit les chevaux à la troupe, mais exige des officiers de posséder leur propre monture. Quand la guerre éclate, elle doit pouvoir disposer d’un nombre considérable de bêtes supplémentaires. Aussi, l’armée a-t-elle, sur base de la loi de 1887 relative aux prestations militaires, établi les règles à suivre pour procéder aux réquisitions nécessaires. En temps de paix, des commissions de remonte recensent annuellement les équidés et les voitures hippomobiles susceptibles d’être réquisitionnés. Dès que la mobilisation est décrétée, elles utilisent ces inventaires pour requérir les bêtes contre paiement, soit dans les centres de remonte, soit à domicile. Dans chaque commission, un vétérinaire examine les chevaux, juge s’ils sont propres au service et les classe selon leur conformation « de selle » ou « de trait ». L’animal réquisitionné reçoit un numéro de matricule brûlé sur le sabot antérieur gauche et, quand son affectation est décidée, la marque du régiment sous la crinière ou sur la fesse droite.

Entre 1914 et 1918 les réquisitions successives vont ponctionner sur le territoire 950.000 chevaux.

  Ordre de mobilidsation Chevaux

 

Maison alfort réquisition des chevaux

Maison alfort réquisition des chevaux2

 Chevaux réquisitionnés

 Mobilisation : chevaux présentés à une commission de réquisition.

 Réquisition chevaux miroi 09 08 1914

Le Miroir, 09 Août 1914

Chevaux réquisition5

Manoeuvre d'artillerie

Embarquement de chevaux à Laon

 1 cheval sur 4

 mmm

 Ces réquisitions ne se sont pas faites sans résistance. En effet, les propriétaires des chevaux en avaient un grand besoin au quotidien, pour le transport et pour les travaux agricoles. Elles ont eu également des conséquences importantes sur l’économie dès l’été 1914. Moins de bras avec les jeunes hommes valides qui partent, moins de force de travail avec la réquisition des chevaux, tout cela au moment précis où la moisson réclame les uns et les autres. C’est toute l’organisation agricole qui s’en trouve désorganisée dès le début du conflit. Il faut également prendre en compte l’attachement sincère des propriétaires pour leurs animaux.

Tous pays confondus, on estime que huit millions de chevaux ont participé à la Grande Guerre et que un million d’entre eux y ont trouvé la mort, décimés par l’artillerie ou par les attaques chimiques, morts de faim ou de maladie. Après les hommes, ce sont bien les chevaux qui ont payé le plus lourd tribut à la guerre !

 Réquisition des chevaux

 Classement des chevaux

 Recensement chevaux à Lorient

 Tableau réquisition des vehicules

 Au cours de la guerre, les moyens de transport sont réquisitionnés selon les dispositions arrêtées après la guerre de 1870 et maintenues après 1918, comme le montre cette affiche. La traction animale prédomine pour la logistique.

Importation de chevaux

Jusqu’en 1917, des commissions d’achat reconstituent les effectifs de cavalerie mis à mal par la guerre de mouvement et la forte mortalité des animaux, utilisés jusqu’à épuisement. La France importe donc massivement chevaux et mulets des États-Unis, d’Argentine et des pays méditerranéens. Les « Canadiens », surnom donné aux animaux achetés sur le continent américain, arrivent le plus souvent à peine dressés.

Après quatre ans de conflit, les régiments sont motorisés et la cavalerie réduite à 100 000 têtes. Les commissions « font du chiffre » et expédient sur le front des animaux inadaptés, à l’état sanitaire parfois médiocre, malingres et affaiblis par leur long voyage sur des navires de commerce qui ne sont pas prévus pour ce type de transport.

 Chevaux venus d'amérique

Chevaux à embarquer

Pour les animaux, Newport News avait le grand "Animal Embarkation Dépôt n* 301" qui pouvait contenir 10,000 bêtes.

70.000 chevaux et mulets furent embarqués à Newport News pour la France du 14 Octobre 1917 ( AMPHION) à l'armistice (interruption de mars à août 1918,pendant  la période des transports de troupes intensifs).

 Impotation chevaux

Pages de Gloire, 09 juillet 1916

 cheval anglais

Les ports bretons, Brest, Lorient, St-Nazaire, Nantes furent utilisés pour l'importation de chevaux venant de l'Angleterre, des Etats-Unis et de l'Argentine. Ici, débarquement de chevaux britanniques dans le port de Nantes.

Dressage des chevaux dans les Dépôts de Remonte

Les Dépôts de remonte étaient des établissements militaires chargés de fournir des chevaux pour les unités. Ces centres permettent de provoquer et de développer des centres d'élevage en raison des différents types et des qualités particulières à chacun d'eux. Ils ont aussi pour rôle d'organiser en temps de paix les ressources nécessaires pour parer aux événements.

C'est au maréchal de Gouvion-St-Cyr (maréchal d'empire que l'on doit les bases des services de remontes en France, en 1820. A cette date, il établit les établissements de Caen et de Clermont. 

A la suite de multiples démarches,  la ville de Guéret est agréée et fait édifier en 1825 ce dépôt de remonte qui, a son origine, contient environ 200 chevaux pour la cavalerie légère.
Cet établissement s'occupe de l'achat des chevaux de 6 à 12 ans dans tout le limousin et les départements voisins de l'Indre et du Cher. Ils sont destinés à remplacer ceux qui ne sont plus aptes au service dans les unités de cavalerie et d'artillerie.

 Dépot de remonte Guéret1

 Dépot de Guéret pansage

http://www.riboulet.info/g/g_pg/armee/depotremonte.htm

Dépot de remonte Gueret

Lors de la première guerre mondiale, cinq juments sur six sont réquisitionnées, mais aucun étalon.   

Au début de l’année 1914, le département de la Manche est « un grand réservoir de chevaux d’armes avec ses 25 000 poulinières », il fournit à la remonte « plus de 5000 chevaux qui sont envoyés dans les régiments de cuirassiers, de dragons, d’artillerie. » 

Les chevaux achetés sont triés et affectés à des destinations diverses : monte, trait des pièces d’artillerie, trait des véhicules de la logistique, etc.

Une batterie d’artilleries nécessitait 225 chevaux ! 

Les animaux réquisitionnés  sont soumis à une phase d’adaptation et de dressage pour travailler en attelages ou pour subir tout en restant calme, le bruit et l’environnement d’une mise en service d’une batterie d’artillerie.

Liste des Dépôts de Remonte en 1915. 

1 : Caen 
2 : Saint-Lô  
3 : Alençon 
4 : Guingamp 
5 : Fontenay-le-Comte 
6 : Angers 
7 : Saint-Jean-d'Angély 
8 : Tarbes 
9 : Agen 
10 : Mérignac 
11 : Aurillac 
12 : Arles 
13 : Paris 
14 : Guéret 
15 : Mâcon 
16 : Favernay (Haute-Saône) évacué sur Agen 
17 : Suippes évacué sur Saumur 
1° compagnie : Blida 
2° : Mostaganem 
3° : Constantine 
4° : Tebourka (Tunisie) 
5° : Saumur

Pour la Bretagne le Dépôt de Remonte se situe à Guingamp :

 Dépot remonte Guingamp

 Remonte Guingamp2

 Remonte Guingamp 1

 Dépot de remonte Guingamp

 Chevaux bretons remonte

 Eloge du cheval breton !

Chevaux dressage

Documents tirés de la revue : Remonte des officiers

Bulletin remonte

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6281294z.r=Remonte%20des%20officiers

 Affectation des chevaux

 nbre de chevaux par officiers

nbre de chevaux par officiers1 

Nombre de chevaux de sang à la disposition de l'armée :

  • 6 pour le ministre de la guerre
  • 4 pour les généraux de Corps d'Armée/ Division
  • 3 pour les colonels
  • 2 pour les capitaines/lieutenant

prix chevaux de remonte

 Plus le cheval est âgé, moins il coûte cher

Elevage du cheval en FR

Races de chevaux en France en 2016

Hôpitaux pour chevaux

Le rôle des services vétérinaires est d’assurer la bonne santé des chevaux, de soigner les chevaux blessés, boiteux ou malades, d’instruire et contrôler les maréchaux-ferrants, d’examiner les fourrages et de garantir aux troupes des viandes de boucherie propres à la consommation. Outre les mesures sanitaires et les examens des animaux, les vétérinaires prennent toute disposition nécessaire pour éviter la propagation de maladies contagieuses, décident des bêtes à réformer ou à abattre, participent aux commissions de remonte pour l’achat des chevaux et gèrent les pharmacies vétérinaires. 

Chevaux croix bleue

 Cheval opéré miroir 10 01 1915

Le Miroir, 10 janvier 1915

 Hopital cheval1

 Hôpital de la Croix Bleue (pour les chevaux) à Moret-les-Sablons (Seine et Marne) :

on amène un cheval sur un lit de paille.

Hopital cheval2

Hôpital de la Croix Bleue (pour les chevaux) à Moret-les-Sablons (Seine et Marne) :

extraction d'une dent.

Hopital cheval3

 Hôpital de la Croix Bleue (pour les chevaux) à Moret-les-Sablons (Seine et Marne)

 Coffre vétérinaire

 19171201-De_oorlog_in_beeld-025-CC_BY

The blue cross fund

Blue cross horse   Blue cross horse2

 Blue_cross_poster

  Croix bleue hospital

http://herosdeforgesleseaux.free.fr/Pages/1914-1918%20-%20Croix%20bleue%20BR.htm

 Blue cross fund

Croix violette 

http://aetdebesancon.blog.lemonde.fr/2014/12/08/

Lire de document :

Être vétérinaire sous l’uniforme. Médecine et armées 

Les utilisations des chevaux

  • logistique (surtout des chevaux de trait)
  • cavalerie (légère, dragon, cuirassiers)
  • artillerie (selle, attelage)

Chevaux par armes

Equipement cheval miroir 10 01 1915

Le Miroir, 10 janvier 1915

cavaliers et chevaux

Lire le document :

Cavalerie pendant la Grande Guerre

http://www.2dragons.be/n5_caval.php

Chevaux tirant une cuisine roulante

 Cuisine roulande front dr Verdun Mars 1916

Cuisine roulante sur le front de Verdun en 1916

  Ravitaillement au front

Le Miroir, 28 Janvier 1917 

  Cuisine ambulante rue de la Loi

 L'Actualité Illustrée, 06 Mars 1915

19100814-L'evenement_illustre-_revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-006-CC_BY

19100814-L'evenement_illustre-_revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-007-CC_BY

 L'Evénement illustré, 14 Août 1915

 Chevaux tirant une ambulance

Voiture ambulance1 miroir 18 02 1917

  Voiture ambulance2 miroir 18 02 1917

Le Miroir, 18 février 1917

 19170210-L'evenement_illustre-_revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-013-CC_BY

 L'Evénement illustré, 10 février 1917

 Chevaux tirant un canon

 L Ancre canon chevaux

  L'Evénement illustré, 01 Mai 1915

 Artllerie française2

 Il fallait 36 chevaux pour déplacer la grosse Bertha, (42,6 tonnes).

Artillerie française

Chevaux face aux gaz

Chevaux masques à gaz miroir

Autres

 19150120-Le_temps_présent-_magazine_d'actualités-008-CC_BY19150120-Le_temps_présent-_magazine_d'actualités-009-CC_BY

 L'Evénement illustré, 01 Juin 1918

19170210-L'evenement_illustre-_revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-001-CC_BY

Les ânes

 

Contrairement aux mulets et aux chevaux, trop grands et trop peureux pour s’approcher des premières lignes, les ânes se montrent résistants et dociles sous la mitraille. Leur petite taille est parfaitement adaptée aux déplacements dans les boyaux des tranchées.

Contrairement aux chevaux et aux mulets, les ânes ne sont ni recensés, ni immatriculés par l’armée. Ils sont absents des statistiques et l’on ignore donc leur effectif exact.
Sur le front, ils ne sont affectés à aucune compagnie en particulier et sont utilisés au gré des besoins ; aucun « conducteur » n’en a la responsabilité.

Les tests militaires déterminent une charge de 50 à 75 kg par âne (presque la moitié de leur poids), qui atteindra vite 100 kg !

 

Anes GG

 

Anes tranchées

 

Hopital pour anes

Le Miroir ane1

 

Le Miroir ane2

Le Miroir, 15 octobre 1916

 

Anes animal de compagnie

 

 

Anes ravitaillement

Ravitaillement fait par des ânes

« Sur leur dos était installé tout notre ravitaillement, le pain, la norvégienne de soupe, la viande, les piquets, les bobines de barbelés, sans oublier le pinard, le tabac et le courrier. »
DESPLACES E., Oct. 1918.

 

 

Morts pour la France

 

Pour les montures comme pour les militaires, le début du conflit est une hécatombe.
La mort du cheval est vécue parfois aussi douloureusement que celle d’un camarade de tranchée. Les chevaux
morts sont une constante dans l’imagerie de guerre, manière détournée de montrer l’insupportable : les cadavres humains.

 

« Ils vont jusqu’à la limite extrême de leur force, et soudain ils buttent et s’arrêtent ; aucune puissance ne les ferait plus avancer d’une ligne. Il faut les dételer, les déharnacher et les abandonner là. Ils mourront sur place… »
Paul Lintier, « Ma pièce, souvenirs d’un canonnier ». éd. Plon, 1916.

 

Estimation : 140.000 chevaux sont morts à Verdun en 1916

 

Chevaux Somme

 frére d armés

 cavalier russe

L'Image de la guerre, mai 1915

 Compagnon d'armes1

Compgnon d armes2

  Cadavre chevaux miroir 10 02 1918

  Le Miroir, 10 février 1918

Chevaux GG

 Chevaux de tête nerveux à la vue de leur congénère mort

Chevaux victimes de GG

 Suite à un bombardement ...

 Chevaux morts pour la France

  Chevaux morts pour la Fr Saumur

D'autres sources donnent 760.000 chevaux morts pendant le conflit.

 adieu horse

« Adieu vieil ami ! »
Un soldat britannique fait ses adieux à son cheval frappé à mort.
In "Le panorama de la guerre de 1914".
Textes des légendes explicatives par Henri Lévêque, t.IV, p.439.

Film de Steven Spielberg : Cheval de Guerre

Le film de Steven Spielberg est tiré du roman War Horse de Michael Morpurgo. Ce premier roman de Morpurgo, publié en 1982, a véritablement lancé sa carrière. War Horse livre le regard du cheval sur les événements car Morpurgo en a fait son narrateur.

Réalisé en 2011, Cheval de guerre nous propose de revisiter l’histoire de la Première Guerre mondiale au travers du regard d’un cheval, Joey. Fidèle ami d’Albert, un jeune fermier anglais, il est revendu par le père de ce dernier à la cavalerie britannique, qui s’apprête alors à partir au front. Nous suivons dès lors le périple de cet équidé qui, après le champ de labour, découvre le champ de bataille. Il est bien vite récupéré par les forces allemandes pour servir leur camp. Sur sa route, il rencontre de nombreux personnages et influence leur destin : un capitaine anglais, des soldats allemands, un fermier français et sa petite-fille… C’est donc à travers ses yeux que nous prenons conscience des atrocités de la guerre et du malheur qu’elle laisse derrière elle. Mais, avant tout, Joey se révèle être le maillon qui relie les hommes entre eux, parfois même ceux de camps adverses. Cheval hors du commun, il redonne l’espoir aux personnes qu’il croise sur son chemin et leur insuffle un vent d’humanité. De son côté, le jeune Albert n’a pas oublié son ami de toujours et s’engage au front dans l’espoir de le retrouver.

Fiche technique :

  • Réalisateur : Steven Spielberg
  • Acteurs : Emily Watson, David Thewlis, Peter Mullan, Jeremy Irvine, Tom Hiddleston, Benedict Cumberbatch, Niels Arestrup
  • Année : 2011
  • Durée : 2 h 27

 Cheval de guerre Histoire

 Cheval de guerre

Une histoire d’amitié entre Albert, un jeune garçon, et son cheval Joey. Vendu à la cavalerie britannique dans les premières heures de la Première Guerre mondiale, Joey est directement envoyé au front. Mais il est capturé par les Allemands qui n’hésitent pas à s’en servir dans les combats. Albert, qui est encore trop jeune pour s’engager, décide de se lancer dans une mission de secours pour libérer son cheval...

6 nominations aux Oscars à la 84 ème Cérémonie Des Oscars 2012 :

  • Meilleur film,
  • Meilleure photographie,
  • Meilleure musique,
  • Meilleurs décors,
  • Meilleur montage sonore,
  • Meilleur mixage sonore.

Moi, Ragtime, vétéran de 14-18

Ragtime

Ragtime, un cheval anglais, le fut, pour avoir participé aux quatre années de conflit. Il rentra en Angleterre en 1924, où il fut décoré.

Il participa, ensuite, aux défilés, accompagnant les vétérans.

Fierté des Britanniques, Ragtime aussi a participé à tous les combats. C’était l’un des 11,5 millions d’équidés – avec ânes et mulets – du conflit, dont 6 millions pour la Russie, 2,5 pour l’Allemagne, 1,88 pour la France et 1,2 pour la Grande-Bretagne. « Nous allons nous défendre jusqu’au dernier souffle de nos hommes et de nos chevaux ! » avait lancé l’empereur Guillaume II en août 1914. Funeste prémonition. Aux défilés militaires qui entretiendront la mémoire, le cheval Ragtime paradera avec les vétérans, cinq médailles accrochées à la lanière de son frontal.

Monument de la ville de Chipilly : Soldat britannique consolant son cheval blessé

 chipilly-1_5366991561eca    cheval de guerre1

Œuvre du sculpteur Henri-Désiré Gauquié, inauguré en 1922

Le monument de Chipilly commémore les combats livrés dans ce secteur par la 58e division britannique, les 8 et 9 août 1918, lors de la bataille d’Amiens.

Alors que les troupes voisines canadiennes et australiennes parvenaient à réaliser une avance considérable lors de ces deux premières journées d’offensive, cette division rencontra autour de Chipilly une résistance opiniâtre des Allemands et ce n’est qu’à l’issue d’une lutte féroce qu’elle put s’emparer du village.

Animals in War Memorial, Park Lane, Londres

 animals in war 6

 Animals in War Memorial, Londres

animals war4   Animals war5

 Animals war3   animals war7

 Chevaux victimes des gaz

    Lectures pour tous cheval gaz

Chevaux masque à gaz

Chevaux gazés

 Chevaux atteints à la tête par le gaz hyperite

http://buclermont.hypotheses.org/1493

http://attelage.org/f_article_read.php?aid=13072

http://www.wikiwand.com/fr/Élevage_du_cheval_en_France#/Bogros2001

http://www.klm-mra.be/cdgho/fr/pdf/dossierfr.pdf

Les pathologies

chevaux décès

 Chevaux pertes grande guerre

 

 Voir l'article sur les animaux pendant la Grande Guerre :

http://87dit.canalblog.com/archives/2015/06/24/32266491.html

 

Pour en savoir plus

 Cl Mihaud

14-18 l autre hécatombre    14-18 l autre hécatombre

Table des matières « L’autre Hécatombe » 

AVANT-PROPOS 7  

I. RÔLES MILITAIRES DES CHEVAUX ET DES MULETS AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE 15 

Rôle et importance des effectifs équins à la mobilisation 15 

Évolution du rôle des effectifs équins au cours de la guerre 20  

II. RECRUTEMENT ET GESTION DES EFFECTIFS ÉQUINS 27 

Évolution quantitative des effectifs équins au cours de la guerre 28 

Recrutement des effectifs équins : aspects historiques 31 

Achats sur le territoire national 35 

Achats à l’étranger 38 

Organisation des réquisitions, leçons des exercices de mobilisation 51 

Première vague de réquisitions : 1er août 1914-24 août 1915 57 

Seconde vague de réquisitions : 20 avril 1918-10 août 1918 62 

Organisation du ravitaillement en chevaux et mulets : la remonte des unités 72 

III. ENTRETIEN DES EFFECTIFS ÉQUINS 77 

Principes d’alimentation du cheval de guerre 78 

Alimentation des chevaux et des mulets pendant la Grande Guerre 81 

Hygiène générale en campagne 92 

Cantonnements et bivouacs 98 

Gestion du potentiel physique des chevaux et des mulets 100 

Maréchalerie 105  

IV. ORGANISATION DES SOINS VÉTÉRINAIRES 113 

Les vétérinaires 114 

Les services vétérinaires d’unités 117 

1914 : organisation improvisée des dépôts de chevaux malades ou blessés 122 

1915-1917 : les DCM 127 

1917-1919 : réorganisations du service des remontes et des soins vétérinaires 131 

. Premier temps : la création d’hôpitaux vétérinaires 133 

. Deuxième temps : la réorganisation des soins vétérinaires 136 

. Troisième temps : la création de structures d’évacuation 137 

Contribution des associations privées aux soins des équidés malades ou blessés 145  

V. PATHOLOGIE DES EFFECTIFS ÉQUINS MILITAIRES 151  

Pathologie contagieuse 153 

La gale 159 

1914-1916. Échec sanitaire : installation de l’épizootie de gale 160 

1917. Espoir : de nouveaux moyens thérapeutiques proposés 163 

1918. Désillusion : 153 000 cas de gale ! 169 

La lymphangite épizootique 171 

La gourme 174 

Août 1914-août 1915 : première vague épizootique 174 

Août 1915-mars 1918 : stabilisation enzootique 175 

Avril-novembre 1918 : deuxième vague épizootique 176  

Pathologie externe 178 

Les blessures par projectiles 179 

Les blessures de harnachement 180 

La pathologie de la boue 182 

Les gaz de combat 183 

Les gaz vésicants 184 

Les gaz suffocants 185 

Les protections 185 

Pathologie interne 186 

Les maladies de l’appareil digestif 187 

Le surmenage et la misère physiologique 189  

CONCLUSION : À L’ORIGINE DE L’HÉCATOMBE 193  

Rappel des faits 193 

Interprétation des faits 195 

Une illusion : les achats à l’étranger 199 

Le vécu des équidés : trop souvent oublié 202 

Un siècle plus tard 203

Voir les lien :

http://www.lepoint.fr/histoire/14-18-des-chevaux-dans-la-guerre-06-05-2017-2125325_1615.php

http://www.histoire-passy-montblanc.fr/les-chevaux-de-passy-requisitionnes-en-14-18

http://www.histoire-passy-montblanc.fr/les-chevaux-de-passy-requisitionnes-en-14-18/

 

LE CHEVAL DE BATAILLE

Le cavalier à son cheval mort au combat

Adieu, noble coursier, mon compagnon de guerre,

Devant toi, les vaincus ont mordu la poussière.

Tu bondis en avant, oh ! mon noble coursier,

Ciel ! j'entends se froisser l'acier contre l'acier !

J'ai, de mon adversaire, arraché le visage,

Et dans son sang, il gît. Quel horrible carnage!

Je ne te pressais pas de mon vil éperon ;

Tu partais, mon coursier, à la voix du clairon. 

 

Vois-tu ton adversaire ? Il avance, il écume !

Les naseaux frémissants, le corps de sueur fume,

Il bondit comme toi, vous bondissez tous deux ;

Vos os vont se heurter avec un bruit affreux !

L'haleine se confond ; ton corps est ruisselant.

Il ne te tuera pas ; je lui perce le franc !

En avant, mon cheval, frappons, c'est pour la France !

De ces fiers cavaliers, châtions l'insolence. 

 

J'aimais ta jambe fine et ton beau col nerveux ;

Ta crinière touffue et le feu de tes yeux.

Les pieds à l'étrier, solide sur ma selle,

Au galop de tes fers s'échappait l'étincelle !

Ton regard était franc, et ton oeil était doux,

Notre audace à la charge a fait plus d'un jaloux !

Les bombes éclataient au-dessus de ta tête,

Du fracas des canons tu bravais la tempête.

Nous marchions sur les corps, et j'ai vu tes sabots,

Arrachant à leur chair quelques sanglants lambeaux. 

 

En commun, partageant le péril et la gloire,

J'aurais voulu te voir jouir de la victoire.

Frappé mortellement, sur le sol, il tomba,

Je pleure mon coursier ; il est mort au combat !

 

                                                                                                   9 Août 1919.