Mots clés :

affiches de mobilisation, Bretagne, dispensés temporaires, forces en présence, généraux de corps d'armée, Herter, réquisitions des chevaux, trains de mobilisation, conseils de révision, mobilisation,

Journal officiel du 2 Août 1914

Num061

 _rt2

 Télégramme officiel mobilisation 2 08 1914

affiche mobilisato 2 08 1914

Rôle du maire et des gendarmes dans la distribution des affiches de mobilisation

1914_MobilisationAppel mobilisation 1914

 recrutement armée de mer

 « Recrutement de l’armée de mer, incorporation des jeunes soldats dans les équipages de la flotte ».

Paris, Imprimerie nationale, 1914, 100 x 65,5 cm. AD 40, R 63

Si les hommes sont incorporés majoritairement dans l’Armée de terre, quelques-uns rejoignent cependant la Marine, qui est appelée à jouer un rôle croissant dans la guerre : contrôle des routes maritimes et expéditions (par exemple à Salonique).

La France vient d'être l'objet d'une agression brutale et préméditée qui est un insolent défi au droit des gens. Avant qu'une déclaration de guerre nous eut encore été adressée [...] notre territoire a été violé. [...] L'Allemagne a déclaré subitement la guerre à la Russie, elle a envahi le territoire du Luxembourg, elle a outrageusement insulté la noble nation belge, notre voisine et notre amie, et elle a essayé de nous surprendre traîtreusement en pleine conversation diplomatique. [...]

Dans la guerre qui s'engage, la France aura pour elle le droit [...]. Elle sera héroïquement défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera devant l'ennemi l'union sacrée et qui sont aujourd'hui fraternellement assemblés dans une même indignation contre l'agresseur et dans une même foi patriotique.

Elle est fidèlement secondée par la Russie, son alliée ; elle est soutenue par la loyale amitié de l'Angleterre. Et déjà de tous les points du monde civilisé viennent à elle les sympathies et les voeux. Car elle représente aujourd'hui, une fois de plus, devant l'univers, la liberté, la justice et la raison. Haut les cœurs et vive la France !

message Poincaré 04 08 1914

message Viviani 04 08 1914

 Les Echos de Paris, 05 Août 1914.

Raymond Poincaré, message aux chambres, lecture par le Président du Conseil Viviani, 4 août 1914.

Je prends l'univers à témoin que, durant ces dernières années si lourdes de complications de toutes sortes, nous n'avons cessé de nous tenir au premier rang pour épargner aux peuples d'Europe une guerre entre les grandes puissances [...]. 

Mon noble allié, l'empereur et roi François-Joseph fut forcé de recourir aux armes pour assurer la sécurité de son royaume contre les menées dangereuses d'un État voisin. L'Empire russe s'est alors mis au travers de la Monarchie alliée qui poursuivait la revendication de ses intérêts les plus fondés. 

Ce n'est pas seulement notre devoir de puissance alliée qui nous appelle aux côtés de l'Autriche-Hongrie. À nous échoit aussi la tâche gigantesque de défendre, en même temps que l'ancienne communauté de culture des deux États, notre position dans le monde contre l'assaut des forces hostiles. [...] 

Acculés à notre défense légitime, nous tirons l'épée, la conscience pure et les mains pures.  

Guillaume II, Discours au Reichstag, 4 août 1914.

Lecture de l affiche de mobilisatin

Parisiens lisant les affiches de mobilisation

Lettre mobilisation

Rapport de Mme Le Mée, institutrice à St-Lormel (22)

 Ordre de mobilisation

 Mobilisation Vitré

pavoisons

Mobilisation Générale 2 aout 1914

Timbre émis en 2014

Le décret du samedi 1er août 1914 ordonne la mobilisation des Armées de terre et de mer, est publié au Journal officiel du 2 août.

Un télégramme est expédié aux autorités militaires jusqu’au niveau des chefs de corps et aux préfets le 1er à 15 h 55 ; ces derniers le relayant aux maires avec le concours de la gendarmerie. Le tocsin est mis en œuvre dès la nouvelle connue, en fin d'après-midi.

Les mobilisés convoqués rejoignent les dépôts désignés dans le Livret individuel de mobilisation en leur possession. Ils disposent d’un titre de transport gratuit. Il leur est recommandé de se mettre en route avec des effets de rechange et des vivres pour un jour et d’avoir les cheveux coupés. Le taux d'insoumission, très faible, est de l’ordre de 1,5 %.

La mobilisation se poursuit pendant toute la durée de la guerre. En septembre 1914, la classe 1914, est incorporée en avance de phase d’un mois. En décembre 1914, la classe 1915 est appelée à son tour avec 10 mois d’avance. La réserve de l'armée territoriale (classes 1892 à 1888) est incorporée à partie de décembre 1914 selon les besoins exprimés par les régions militaires.

Les criminels emprisonnés ou libérés sont incorporés dans les formations de discipline ou bataillons d’infanterie légère d’Afrique (BILA), plus connus sous le nom de ‘’Bat d'Af’’

Les hommes effectuant leur service militaire (en août 1914 : classes 1911, 1912 et 1913) et les plus jeunes de la réserve (complément guerre) constituent les formations d’active (en 1914 : classes 1908, 1909, 1910).

Les réservistes plus âgés : (classes de 1899 à 1907) sont incorporés dans des régiments de réserve maintenus en arrière du front le temps nécessaire à leur prise en main et à un complément d’instruction.

L’armée territoriale constitue des unités destinées à des tâches sur les arrières : garnison des places, travaux de retranchement.

La réserve de l'armée territoriale est vouée à la surveillance des voies de communication, du littoral, aux travaux d’entretien. Une partie est maintenue dans les dépôts afin de compenser les pertes.

Nbr de mobilisés 14-19

 Résultat mobilisation 14

 www.ina.fr ; www.invalides.org

Montant de la masse de départ (solde) : 105 F

 Le Petit echo de la mode le départ

Lire les documents :

Affiches de mobilisation

Août 1914 Paris entre en guerre

MA Mobilisation

http://www.montbeliard.fr/Mobilisation.pdf

Figaro La France en armes

Mobilisation Herter

Albert Herter, peintre américain a réalisé cette fresque à la mémoire de son fils, engagé volontaire, tué le 13 juin 1918. Il s'est lui même représanté à droite, tenant un bouquet de fleur, sa femme se trouve à gauche du tableau, les mains jointes et son fils est probablement le personnage central qui salut du képi.

Herter occupa une des salles vides du château de Versailles pour l'excécution de sa toile, puis il en fit don à la Compagnie des chemins de fer de l'Est.

  Départ ddes poilus

ALBERT HERTER. LE DÉPART DES POILUS, AOÛT 1914. 

Le peintre, Albert Herter est américain. Son fils Everit, également peintre, s'engage dans l'armée française et est tué en 1918 dans l'Aisne ; il avait 24 ans. En sa mémoire et celle des autres soldats morts dans le conflit, le peintre réalise en 1925 ce grand tableau (12 m sur 4,40 m) et l'offre l'année suivante à la « France victorieuse ». L'oeuvre est dévoilée le 8 juin 1926 en présence du Maréchal Joffre, chef des armées de la Marne, Paul Painlevé, ministre de la Guerre et de l'ambassadeur des États-Unis. 

Le tableau a été inauguré le 7 juin 1926 dans le hall d’Alsace de la Gare de l’est, en présence du maréchal Joffre, du ministre de la Guerre, Paul Painlevé et de l’ambassadeur américain et devant « une foule profonde et toute remuée » (Le Petit Parisien, 8 juin 1926). La légion d’honneur a alors été remise à Albert Herder. Déposé et raccroché à plusieurs reprises, le tableau a été restauré en 2008 et peut-être vu dans le hall de la gare de l’Est, un édifice où l’empreinte mémorielle de la guerre de 1914-18 est très forte. Le fronton est de la gare est orné d’une sculpture allégorique de Verdun (1931) par Henri Varenne (1860-1933) : casquée et armée d’une épée et d’un bouclier aux armes de la ville, elle regarde la place du 11 novembre 1918 qui constitue le parvis de la gare. Sous les arcades de la façade, une plaque a été posée en 1968 en mémoire de ceux, qui, comme les mobilisés peints par Herter « partirent entre 1914 et 1918 pour défendre leur Ville et leur Patrie ». Sur les quais, en mémoire des cheminots, une plaque dédiée « aux cheminots du réseau de l’Est morts pour la France » a été apposée sur le mur de la crypte du souvenir des deux conflits mondiaux.

Allégorie Verdun

Herter départ des poilus

 Débarquement en gare de uer

Arrivée de 2 Ct-Cyriens gare de l'Est

Arrivée de deux St-Cyriens gare de l'Est

Départ de cuirassiers

Départ d'un régiment de cuirassés

P1040916 P1040917

Aout 14 départ du 1 er régiment de génie Champ Elycéees

Départ du 1 er régiment de génie sur les Champs-Elysées

 Départ pour le Front

appel au drapeau

Lire les documents :

Essonne Mobilisation

Essonne Loin du front à l'heure  des rumeurs

Départ des réservistes

Lire le document :

Mobilisation des réservistes

Se marier avant l'incorporation

Mariage par procuration

Se marier en 1914

Incorporation

La date de l'incorporation varie suivant les années et le besoin en soldats (anticipation des classes).

Jusqu'à la classe 12, les conscrits sont appelés en automne 1913 (après les travaux des champs).

La classe 13 est incorporée en novembre 1913, la classe 14 en septembre et décembre 1914, la classe 15 avec la classe 14 en décembre 1914, la classe 16 en avril 1915, la classe 17 en janvier et août 1916, la classe 18 en avril et mai 1917, et la classe 19 avec la classe 18 en avril 1918.

Pour les classes de 1915 à 1919, ce sont 48% des jeunes gens initialement réformés qui sont finalement récupérés, soit 335.987 hommes.

600.000 hommes des colonies seront incorporés :

  • Algériens : 173.000
  • Afrique Occidentale : 164.000
  • Tunisien : 60.000
  • Indichine : 49.000
  • Madagascar : 41.000
  • Antillais : 38.000

Mobilisation en Bretagne

RI en Bretagne

Le breton est en général rural, il parle mal ou pas de tout le Français. Il a la réputation d'être courageux et bon soldat.

Parmi les 21 corps qui composent l'armée Française en 1914,  deux sont bretons : Le Xe corps ayant pour centre Rennes et le XIe basé à Nantes.

En Bretagne il y eu 13 villes de mobilisation :

Rennes, Vitré, Dinan, Lorient, Vannes, Pontivy, Ancenis, Nantes, Quimper, Brest, St Brieux, St Malo et Guingamp.

Voici les villes de garnison bretonnes et leurs régiments (37.000 hommes) :

  • Rennes : 41e RI, 24e Dragon, 7e et 50e d'artillerie
  • St Malo : 47e RI
  • Vitré : 70e RI
  • Nantes : 65e RI, 3e Dragon et 50e RA
  • Ancenis : 64e RI
  • Vannes : 116e RI, 28e et 35e RA
  • Lorient : 62e RI et 1er RA coloniale
  • Pontivy : 2e chasseurs
  • Quimper : 118e RI
  • Brest : 19e RI, 2e, 32e, 52e RI coloniale, 2e dépôt des équipages de la  flotte
  • St Brieux : 71e RI
  • Guingamp : 48e RI
  • Dinan : 10e RA et 13e Hussard

Les Bretons subissaient souvent des brimades au Front. On leur reprochait leur manque d'instruction et surtout le fait qu'ils ne parlaient pas ou mal le français.

Les Bretons représentaient l'essentiel des effectifs de le marine.

  • 96% des canonniers,
  • 95% des manœuvriers,
  • 85% des torpilleurs,
  • 90% des matelots étaient bretons.

dépèches particulières agence havas

Les dispensés temporaires :

Les pères de six enfants vivants.

Les étudiants aux grandes écoles.

Territoriaux pères de 6 enfants

Texte paru le 19 Novembre 1914

Candidats des Gdes écoles

Texte paru le 25 Novembre 1914

 inscription sr les drapeaux

 Les documents de mobilisation

 Fasciculle de mobilisation

 Fascicule de mobilisation toulouse

Fascicule de mobilisation Brest

Fascicule de mobilisation Brest1

 ordre de mobilisation 1914

 Ordre d'appel sous les drapeaux daté du 1 août 1914

tlgramme-annonant-la-mobilisation_9152339805_o

  Ordre de route

Convocation mobilisation

Convocation pour un départ immédiat et sans délai

Ordre sous les drapeaux Brest

 Ordre d appel

Convocation d'un réserviste

Les effectifs

 Effectis mobilisés au 15 aout 1914

 Effectif des mobilisés

 Incorporés 14-22

Nbre de mobilisés GG

Durée militaire

Voir l'article sur la loi de 3 ans :

http://87dit.canalblog.com/archives/2014/06/02/29995462.html

En France le premier jour de la mobilisation est le dimanche 2 août 1914.

Déclaration de guerre de l’Allemagne  à la France le 3 Août 1914.

Le 18 août, à la fin de la concentration, 2 700 000 soldats sont prêts à entrer en campagne, 680 000 sont dans les dépôts, 235 000 outre-mer, 65 000 sur mer, 200 000 territoriaux assurent la garde des voies de communication.

Pendant toute la guerre, 8,7 millions de soldats et de marins furent mobilisés, (6% de soldats indigènes, un tiers venu d'Afrique noire, la moitié du Maghreb) et 800 000 travaillèrent dans les usines d’armement en tant qu’affectés spéciaux.

La France compte en 1914, 38 millions d’habitants.

L'armée de terre française compte, en 1914, 5 armées mises à la disposition du commandant en chef. Ces 5 armées se composent de 21 corps d'armée correspondant chacun à une région militaire. Un corps d'armée comprend un quartier général, deux divisions d'infanterie, une artillerie de corps, une cavalerie de corps, des formations du génie, des services de santé, vétérinaire, trésorerie, poste, prévôté. il compte 38 000 hommes, dont 30 000 combattants et 13 000 chevaux, placés sous le commandement d'un général de division (2 étoiles). 

Au 1er août 1914, il y a déjà 880 000 hommes sous les drapeaux : il s'agit des classes 1911 à 1913, qui forment l'armée d'active (nés entre 1891 et 1893 : 21 à 23 ans).

La mobilisation appelle 2 200 000 hommes des classes 1900 à 1910 qui forment la réserve (nés entre 1880 et 1890 : 24 à 34 ans) et 700 000 des classes 1886 à 1899 qui forment la territoriale (nés entre 1866 et 1879 : 35 à 48 ans). À ces hommes contraints, se rajoutent les 71 000 engagés volontaires, qui soit devancent l'appel (le record est à 15 ans) soit sont étrangers (ces derniers sont 26 000 en 1914).

Total : 3 877 000 hommes mobilisés en août 1914, sur une population de 38 millions d'habitants, formant 94 divisions : 47 d'active (chacune de 17 286 hommes), 25 de réserve, 12 territoriale et 10 de cavalerie.

PS : Les hommes de la territoriale, âgés de 34 ans et plus, sont affectées à la défense des places fortes, des côtes et des points stratégiques.

Elles ne sont pas, en principe, destinées à entrer en campagne !

350.000 Bretons seront mobilisés en Août 1914.

592.916 Bretons seront mobilisés pendant les 5 années de guerre.

Les forces en présence

Effectifs armée Fr All31

Effectifs armée Fr All4

Effectifs armée Fr All2

Effectifs armée Fr All1

Tableaux de correspondance entre les armées, les classes et les âges des mobilisés.

 Tableau mobilisation 14-19 

Organisation de l'armée française pendant la guerre de 1914-1918.

 Généraux 1914-15

Les généraux des Corps d'Armée.

RI 1914

RA 1914

Rde D 1914

Infanterie effectif

Grades et unités de l’armée française en 1914

  • Escouade : 15 hommes, commandée par un caporal
  • Demi-section : 30 hommes (2 escouades), commandée par un sergent
  • Section : 60 hommes (2 demi-sections), commandée par un lieutenant
  • Compagnie d’infanterie : environ 240 hommes, commandée par un capitaine
  • Bataillon d’infanterie : composé de 4 compagnies, 1 100 hommes, commandé par un chef de bataillon (commandant)
  • Régiment d’infanterie : composé de 3 bataillons, 3 400 hommes, commandé par un colonel
  • Brigade d’infanterie : composée de 2 régiments, 6 800 hommes, commandée par un général de brigade
  • Division d’infanterie : composée de 2 brigades, 16 000 hommes, commandée par un général de division
  • Corps d’Armée : composé d’au moins 2 divisions, 40 000 hommes, commandé aussi par un général de division
  • Armée : composée d’au moins 2 corps d’armée, commandée aussi par un général de division

- La division est constituée de différents corps d'armée, parmi lesquels, en ce qui concerne l'infanterie, des brigades (soit environ 20000 à 30000 hommes) commandée par un Général de Division 3 étoiles.

- La brigade est constituée de 3 régiments d'infanterie (environ 10000 hommes) commandée par un Général 2 étoiles.

- Il y a 173 régiments d'infanterie RI dans l'armée française en 1914

  (En réalité, on en trouve le double car ils ont été dédoublés en régiments de réserve (n°200 à 373) et régiments d'active (n°1 à 173).

- Le régiment d'infanterie (3000 à 4000 hommes) est constitué de 3 ou 4 bataillons commandé par un Colonel.

- Le bataillon (environ 1000 hommes) est constitué de 4 compagnies commandé par un Commandant.

- La compagnie (environ 250 hommes) est constituée de 4 sections commandée par un Capitaine.

- La section (environ 60 hommes) est constituée de 4 escouades commandée par un Sergent, un Lieutenant, un Sous Lieutenant ou un Adjudant.

- L'escouade comprend environ 15 hommes commandée par un Caporal.

A la tête de sa compagnie le capitaine a 254 hommes sous ses ordres (4 sections de 59 hommes), plus un sergent major, un sergent fourrier, un caporal fourrier et 15 soldats hors rang de spécialités diverses.

Les officiers supérieurs :

Le chef de bataillon, commande quatre compagnies. Il dispose d'un lieutenant adjoint, un médecin aide major, quatre sous off, deux caporaux et cinq hommes, d'un atelier téléphonique de sept hommes opérant sur deux postes.

Le Colonel à la mobilisation commande 3400 hommes environ dont 70 officiers.

Réorganisation de l armée en 1916

Lire le document :

Abréviations les plus utilisées dans l'armée

Extrait du guide du Poilu publié le 15 Janvier 1916 par le Commandant Charton

Soldat1

Soldat2

 Les marie_louise 1916

 Le Miroir, 25 Avril 1915

Départ classe 17

 Le Miroir, 23 Janvier 1916

 Vive la classe 1917

Vive la classe 17

 Mobilisation des dames de la Croix-Rouge

Mobilisation des femmes

 Mobilisation des femmes1

Ordre de réquisition des chevaux et mulets.

 Ordre de mobilidsation Chevaux

   Voir l'article sur les animaux pendant la Grande Guerre :

http://87dit.canalblog.com/archives/2015/06/24/32266491.html

 

1 cheval sur 4

 mmm

 Réquisition des chevaux

Les conseils de révision

Tableau reparttion

Recrutement cl15

Conseil de revision cl 1915

Conseil de revision cl 1916

Conseil de revision cl 1917

Voir l'article :

Loi de Trois Ans du service militaire, 7 Août 1913