Mots clés :

amputations, Croix-Rouge, docteur Clovis Vincent, gueules cassées, hôpitaux militaires, Lemordant, les gazés, mutilés, mutilés et réformés, Otto Dix, plan d'évacuation des blessés, reconversion des blessés, SSBM, Steinlen, blessures de guerre.

   

Nombre de blessés en France :

2.800.000 blessés

3.594.000 blessures

La moitié des hommes l'ont été deux foix.

100.000 hommes l'ont été trois ou quatre fois.

 

Blessés par année

  •  600.000 invalides
  • 300.000 mutilés et amputés
  • 42.000 aveugles
  • 15.000 gueules cassées
  • 140.000 gazés (estimation)

 Bilan 14-18 -9

Source : la  documentation française

 histoire militaire2

 Causes des blessures début 1915, avant le port du casque Adrien

Les morts des suites de leurs blessures représentent 7,5% des blessés évacués.

Nombre d'évacuations :

  • 1914 : 336.000
  • 1915 : 1.600.000
  • 1916 : 1.400.000
  • 1917 : 580.000
  • 1918 : 990.000

Lire le document :

MA Corps meurtris

Voir le lien :

http://centenaire.org/fr/tresors-darchives/les-archives-de-lassistance-publique

Le poste de secours divisionnaire situé dans la zone des combats constitue la première étape de la prise en charge du soldat blessé. Lorsqu’il n’est pas porté par des soldats valides, le blessé s’y rend grâce à des moyens rudimentaires, comme les brouettes porte-brancards, occasionnellement attelées à des animaux. Sa seule survie dépend en fait de l’aide apportée par les autres soldats, parfois au péril de leur vie. Arrivé sur place, le blessé est examiné. En fonction de son état et de ses chances de survie, il est évacué vers les hôpitaux de l’arrière. En réalité, le poste de secours, trop rudimentaire et peu hygiénique, n’est pas équipé pour opérer. Il est avant tout un lieu de triage des blessés, visant à séparer les « victimes valides » des « victimes sur civières ». Véritable interface entre le front et l’arrière, le poste de secours constitue cependant l’espace où sont prodigués les premiers soins en vue de prendre en charge la souffrance. Si les injections de morphine et les compresses d’huile camphrée -lorsqu’elles existent- visent à calmer les douleurs, les pansements, quant à eux, sont bien souvent dérisoires face aux plaies béantes et aux violentes hémorragies. Les soins apportés paraissent aléatoires tandis que l’agonie des soldats s’avère longue et douloureuse.

Au début de la guerre, les blessés étaient évacués directement vers les hôpitaux de l’intérieur dans des conditions précaires. Bien souvent ils décédaient avant leur arrivée à l’hôpital. 

La plupart des blessés ayant été touchés par des armes nouvelles (tirs d’artillerie et de shrapnel), la médecine doit intervenir sur des corps déchiquetés (blessures multiples, plaies criblées d’éclats métalliques), mutilés et souvent gangrénés. 

À l’automne 1915, l’organisation de la filière sanitaire est modifiée : désormais, les hôpitaux de l’avant (proches du front) assurent les soins immédiats ; les blessés stabilisés sont ensuite transférés à l’arrière dans un hôpital correspondant à leur état. 

 Si le Service de santé des armées s’appuie sur la Croix-Rouge pour la mise en route sanitaire et la formation des soignantes, l’établissement fonctionne ensuite exclusivement grâce à la générosité de civils, chacun selon ses moyens et ses compétences. 

La rééducation motrice est accompagnées de séances de psychothérapie basée sur l’auto-persuasion : l’état du blessé s’améliorera si le patient le désire ; « Vouloir, c’est pouvoir », « Tu auras fait ton devoir lorsque tu auras obtenu ta guérison », « Hâte-toi, la France a besoin de toi » ... lui sont quotidiennement répétés. 

Le recours à des séances d’électrochocs (dits « torpillage » par les poilus) était fréquent dans certains hôpitaux. L’idée prévalait en effet «qu’un muscle qui se contracte par l’électricité peut et doit le faire par la volonté».  

Localement, on côtoie les soldats hospitalisés mais aussi ceux qui sont rentrés chez eux, définitivement invalides, et la solidarité s’exprime publiquement. Des comités d’aide aux blessés et à leurs familles apportent une contribution matérielle.

Des soirées musicales ou théâtrales se montent à leur profit. Dans les écoles, on apprend aux enfants à respecter et à honorer ceux qui ont sacrifié leur corps à la Patrie. On aura bien besoin de cette solidarité. Plus de trois millions d’hommes, plus d’un quart des mobilisés, vont revenir invalides, mutilés, aveugles, « gueules cassées » ou psychologiquement détruits…

Types de blessures :

  • blessures à la tête, surtout avant l’utilisation du casque Adrien
  • blessures de la face, Gueules cassées
  • gazage, brûlures aux yeux, peau, poumons.
  • amputation des membres
  • blessures psychologiques

Plan d'évacuation des blessés

 19101113-L'evenement_illustre__revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-001-CC_BY

Le transport des blessés est effectué en ambulances hippomobiles ou automobiles depuis les formations sanitaires de première ligne vers les hôpitaux d’origine d’étape (H.O.E.). Structures hospitalières intermédiaires entre l’Avant et l’Arrière, les H.O.E. assurent une triple fonction : recueillir tous les blessés et malades arrivant du front, opérer les soldats intransportables et préparer les évacuations par trains et parfois en péniches vers les hôpitaux de l’Arrière. 

Face à cet afflux de blessés, les Hôpitaux permanents, militaires ou civils, sont rapidement saturés et des établissements temporaires vont ouvrir sur tout le territoire pour fournir des lits supplémentaires.
Début 1914, le service de santé de l'armée disposait de 41 hôpitaux militaires représentant 14.680 lits et d'environ 40.000 lits supplémentaires dans les hôpitaux mixes et civils.
La France compte fin 1918 environ 1.000 hôpitaux représentant 300.000 lits.

parcours d un blessé

Zone de triage : évaluation des blessures, orientation des blessés vers le bon hôpital.

Brancardiers hopitaux 14-18

 Ligne de feu

Ligne avant

Ligne arrière

 Blesssés de guerre évacuation

 Blessés Miroir

 Le miroir, 18 Avril 1915 : 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65228040.image

 Tranchée transport d un blessé1   Tranchée transport d un blessé

 Blessé front

 Polyblessé, blessures tête et bras dues à des explosions d'obus

 brancardiers

 Hommage aux  brancardiers

 Dame anglaise Croix Rouge

  Ambulance Hippo

 

DSC_4083

 SSBM5

Ambulance auto

 embarquement blessé

 TTrain sanitaire cambrais

 Blessés attendent d'embarquer dans un train sanitaire à la gare de Cambrai en 1916

Les hôpitaux

Voir le lien :

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Les Hopitaux

 Maison blanche Neuilly sur Marne 1500 lits

 Hôpital Militaire de Neuilly-sur-Marne, 1500 places

 Salle Nogent sur Marne

 Salle de pansements

  Hopital militaires

 19150128-L'actualité_illustré__revue_hebdomadaire-002-CC_BY

19150915-De_week__geïllustreerd_blad__geschiedenis__kunst__letterkunde-003-CC_BY

 Le Miroir vaillantes infirmières

 Le Miroir, 21 mars 1915

Les pathologies

Amputations

Blessure par obus

 La blessure de gauche est réparable, la blessure de droite nécessite une amputation.

Scène d amputation

Scène d'amputation

 DSC_3782

Scie chirurgicale française utilisée pour les amputations

 Jeune amputé

Chirurgie reconstructrive

Les blessés de face, que l'on ne doit pas occulter, suivent des destinées différentes après la Première Guerre Mondiale. Beaucoup se rassemblent sous la bannière de "l'Union des Blessés de la Face" qui deviendra "l'Association des Gueules Cassées", voulue par le Colonel Picot, aidé par Albert Jugon et Bienaimé Jourdain. La réinsertion sociale de ces hommes, jeunes pour la plupart, va passer par de nombreuses difficultés affectives, familiales ou professionnelles.

  Grand blessé de la figure

 Gueules cassées

Guules cassées1    Gueules cassées2

Lire les documents :

Soigner et reconstruire

MA corps meurtris

 souscription gueules cassées

Lire le document :

http://www.gueules-cassees.asso.fr/

Les gazés

Soldats de la 55e division britannique rendus aveugles par les gaz lacrymogènes à la bataille de la Lys en 1918

Soldats de la 55e division britannique rendus aveugles par les gaz lacrymogènes à la bataille de la Lys en 1918

 

 Voir l'article sur la guerre des gaz :

http://87dit.canalblog.com/archives/2013/10/24/28280683.html

 

Le Post-traumatic stress desorder (PTSD)

Les névroses de guerre

Obusite

  Nevrosses de guerre

 Lire les documents :

http://blogs.aphp.fr/wp-content/blogs.dir/113/files/2014/08/troubles-psy Poirier.pdf

Jones warneuroses

Le torpillage

Clovis Vincent

Clovis Vincent, pionnier de la neurologie

Blessure spy

 Zouave Deschamps

deschamps1   droit des blessés

http://upload.wikimedia.org/Paul Meunier Le droit des blessés

Les blessés sur les cartes et affiches

salut au blessé

 L'Illustration, salut au blessé.

Dessin de Lucien Jonas

 L'envie mutilés

L'Illustration, L'envie, dessin de J. Simont

mutilé aux champs

 L'Illustration, 1917

   Carte gloire et dévoument   Carte blessé 2

Croix rouge belge Charles Buchel   Croix rouge aide

Carte Croix Rouge   Ange de bonté

Blessés de la face Paul Goute

Blessés de la face par Paul Goute

Carte hopital

 croix rouge vin

Poulbot Blessé de guerre

 19150522-L__illustration-010-CC_BY

 19150522-L__illustration-011-CC_BY(1)

 Ceux qui apprennent à être aveugles 

Les blessés vus par les peintres

Otto Invalides de guerre

Otto Dix 

Lemordant l'homme blessé

Lemordant, l'homme blessé

Peintre breton

 La mort en face

Steinle Les camarades 1916

Steinlen, les camarades

Steinlen Agriculteurs mutilés

Steinlen, agriculteurs mutilés

Steinlen mutil   Aide aux mutilés Steinlen 1915

Dessins de Steinlen

Défilé des mutilés Jean Galtier-Boissière 1919

Jean Galtier-Boissière 1919, défilé de mutilés

tablea

 ·· Paul Prévot. La salle III de l'hôpital Grand Palais, 1916

Bruger blessé

Otto2 Soldat blessé 1916

Otto Dix, soldat blessé

Œuvres de bienfaisance envers les blessés de guerre

Journées du poilu

Cercle militaire   Journée du Poilu Vendée 

Journée du Poilu Minervois   Journée du Poilu Paris

 

Lire l'article, la journée du poilu

http://87dit.canalblog.com/archives/2013/05/28/27270145.html

 

La Croix-Rouge

Sept millions et demi de prisoniers à secourir.

  • 4,1 provenant de l'Entente (2,5 millions Russes, 600.000 Italiens, 185.000 Britanniques, 2.500 Américains, 540.000 Français).
  • 3,7 provenant de la Triplice (2,2 millions Austros-Hongrois, 1,1 million Allamands).

En France, une journée des éprouvés de guerre est instituée en 1915 et un comité américain pour les régions françaises dévastées (ACDF) est constitué en mars 1918 par la fille du banquier Morgan.

En Angleterre, le YMCA (Young Men's Christian Association) apporte une assistance matérielle et morale aux soldats du front, aux blessés et aux prisonniers de guerre.

Comité US pour les régions dévastées

Comité américain pour les régions dévastées. Géo Cap, 1917

Pour la croix rouge Fr    Fonds Us pour blessés Fr

Pour la Croix-Rouge française. Amédée Forestier, 1915

Fonds américain pour les blessés français. 1917

Infirmière récompense

  SSBM4    bléssés militSSBM1

Croix rouge Fr 1918

Timbre émis en 1918

SSBM2

Médiale SBM

Médaille SSBM (Socièté Française de Secours aux Blessés Militaires)

Médialle en croix avec représentation de deux femmes infirmières soulevant un homme alité et lui donnant des soins.

Voir le lien :

http://centenaire.org/fr/tresors-darchives/fonds-publics/autres-etablissements/archives/la-croix-rouge-francaise

http://vignetteaec.com/crx-rouge francaises

Reconversion des blessés

Rennes école des mutilés1

Rennes école des mutilés2

Mutilés Bretagne

 Le Télégramme, 13 Avril 1914

handicap gg rennes

Ecole d'agriculture de Rennes

Ecole de Grignon2 Ecole de Grignon

  enne Ecole d'horticulture de Grignon

 Anglais reconversion2

 Anglais reconversion3

 Anglais en reconversion

 

Taille des haies avec prothèses

Apprentissage de la taille de haies avec prothèse articulée.

 19150807-L'evenement_illustre__revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-014-CC_BY

 19150807-L'evenement_illustre__revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-015-CC_BY

 19100701-L'evenement_illustre-_revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-007-CC_BY

fabrication de prothèses

Fabrication de prothèses.

L'Image de guerre N°36 de juillet 1915

 bléssés au travail

 DSC_3676

 Pince Lumière

En 1916, les Frères Lumière mettent au point une pince-main articulée, qui ne leur procure aucun bénéfice commercial : 5.000 pièces fabriquées à Lyon sont ainsi livrées gratuitement aux soldats mutilés.

Ce chef-d'oeuvre de précision assure le serrage de l'objet saisi et son immobilisation, ce qui pernet aux invalides de retrouver leur faculté de travail.

DSC_3754   DSC_3751

DSC_3752    DSC_3801

 DSC_3753   DSC_3803 

 DSC_3748

 

 Prothèse5   prothèses

Catalogue Durillon

Accessoires professionnels

us blessé

Exposition au profit des blessés de guerre. Pal Sujan, 1917, Autriche-Hongrie

Les amputés de la main droite OE 25 08 1916

L'Ouest-Eclair, 25 Août 1916

Aux soldats convalensents

 ECOLE GOURAUD réinsertion

 Jambes américaine

DSC_1958

 Une conférence internationale

 Une internationale Conférence

Poussette porte brancards

 Soldats aveugles1

Soldats aveugles2

Voir les liens : 

http://www.1914-1918.be/labo a ciel ouvert.php

http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx2002x036x004/HSMx2002x036x004x0409.pdf

https://lapremiereguerremondialehelha.wordpress.com/

19170721-L__illustration-001-CC_BY

Hommes du jour Blessés de guerre

 

Ceux qu'il ne faudra jamais oublier.

  

La grande pitié de la chair humaine

 Le Petit Journal invalide

Lire le document :

http://gallica.bnf.fr/Les Hommes du jour blessés de guerre

Mutilés et réformés

Démobilisés

 Les demi mutilés

Voir les journaux de cette revue 1916 à 1937 :

http://gallica.bnf.fr/Mulilés et réformés

Larousse Médical Illustré du docteur Galtier-Boissière

Laraousse médical   Larousse médical1

Larousse médical2   Larousse médical3

Voir le lien :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/Larousse médical 1917

 cheval brancard

 blessures casque2

Blessures casque1

   Le Miroir, 30 Janvier 1916

 blessés bien soignés

 Médaille des blessés de guerre

Médaille des blessés de guerre

Attribution

L'insigne a été crée par une loi de 11 décembre 1916, suite à une demande de l'écrivain nationaliste Maurice Barrès. Son attribution a été accordée aux blessés militaires, prisonniers de guerre, déportés et internés de la 2 nd guerre mondiale, puis aux blessés militaires des récents conflits.

Les blessures de guerre sont reconnues et homologuées, à l'aide de  certificats d'origine de blessures, rapport circonstancié, notification de pension, par les différentes directions des personnels militaires des trois armes.

L'insigne

Etoile émaillée rouge.

Ruban composé de 5 raies verticales, liseré rouge central de 3 mm encadré de 2 bandes blanches de 1 mm, puis d'un liseré jaune de 3 mm, puis liseré bleu de 3 mm, le tout délimité par des bandes blanches de 1 mm.

Retour en France des blessés

  gd blessés

gd blessés1

 gd blessés2

gd blessés3

gd blessés4

gd blessés5

gd blessés6

gd blessés7

 Almanach du Petit Parisien illustré, 1921

Degré d invalidité1

Degré d invalidité2

 Degré d invalidité3

 Degré d invalidité4

Degré d invalidité5

Degré d invalidité6

 Almanach du Petit Parisien illustré, 1920 

BALLADE DE L'ARMÉE DES INVALIDES

Nous sommes l'armée des invalides,
La plus belle armée du monde ;
Nous sommes presque un milliard,
En comptant les morts.

Les morts ne suivent pas,
Ils doivent rester en terre
Nous ne pouvons pas marcher au pas,
La plupart d'entre nous n'ont qu'une jambe.

Notre lieutenant se terre sous terre
Notre capitaine a un moignon
Notre maréchal est à terre,
Ce n'est plus qu'un tronc.

Nous sommes l'armée des invalides
Un homme sur deux a des membres de bois.
Les prothèses sont beaucoup plus belles.
Les aveugles lisent encore mieux avec les doigts.

Même si nous boitons, contre vous nous marcherons
Même si nous perdons à gauche la jambe droite dans l'action.
Nous sommes l'armée des invalides, le plus fort des bataillons
Et la fière avant-garde de la révolution

                                                                     Marco Valdo M.I. – 2014