Mots clés :

Vauquois, Bois de la Gruerie, Mathurin Méheut, dans la forêt d'Argonne, Fleurs d'Argonne, Clermont en Argonne, Ce sont les Poilus de l’Argonne, Argonne,

Vauquois Carte de la foret d'Argonne

 Pertes humaines GG1-1

 L'Argonne a été au centre des combats de la Grande Guerre. Situé à cheval sur la Meuse, la Marne et les Ardennes, ce massif a subi l'écho des batailles de la Marne et de Verdun, a connu lui-même des combats très rudes et a servi de base arrière pour de nombreux soldats.

En Argonne, certains lieux sont aujourd'hui tristement célèbres : la Vaux-Marie, la Butte de Vauquois, la Haute-
Chevauchée...
Dominant toute la région à l'Est de l'Argonne, la butte de Vauquois fut considérée par les Etats-Majors des deux camps comme un observatoire exceptionnel et un verrou stratégique.
Dès le 24 septembre 1914, les Allemands occupent cette colline et en font une véritable forteresse. Le 4 mars
1915, après plusieurs offensives, les Français reprennent pied sur la butte. La guerre de position commence. Les
soldats s'enterrent et creusent des kilomètres de galeries et de rameaux de combats afin de s'infiltrer dans le réseau ennemi et de lui causer le plus de pertes possibles à coups de tonnes d'explosifs.
La Butte de Vauquois devient ainsi une véritable termitière, composée d'aménagements souterrains s'étageant sur plusieurs niveaux (plus de 17 km. de puits, galeries et rameaux).

Lire l'article :

 Vauquois, village perché en Argonne

Le Bois de la Gruerie

Le bois de la Gruerie se situe à la bordure occidentale de la forêt d’Argonne, sur le territoire du département de la Marne. Il tient son nom d’un droit royal, la gruerie ou grurie, par lequel le souverain percevait une partie des coupes de bois. De septembre 1914 à l’automne 1918, le bois se trouve sur la ligne de front et est l’objet de combats acharnés.

En août 1915, le 136e R.I., dans les rangs duquel on compte l’artiste-peintre Mathurin Méheut, y tint garnison.

En août 1915, le 136e R.I. relève un régiment colonial au bois de la Gruerie. Le sous-lieutenant Méheut y séjourne en première ligne et prend rapidement conscience du caractère acharné des combats :

« Les attaques boches succèdent aux attaques des nôtres – grenades toujours, toujours, et dans le bois quel vacarme. C’est vraiment pour qui ne connaît pas l’artillerie quelque chose d’effrayant. Ne t’effraie pas, belle, je serai prudent tout en remplissant mon devoir de soldat, de Français. Quelles luttes pour un coin de bois, tu n’as pas idée. Les tranchées changent continuellement, quelquefois même plusieurs fois par jour de propriétaire […] pan ! les fascines sur lesquelles j’écris me tombe sur la figure et tachent le papier, j’aime mieux cela qu’une marmite. »

Son séjour en Argonne s’étend jusqu’à mai 1916 et il prend le temps de peintre certaines de ses plus belles œuvres.

M Méheux guetteur

M Méheux entonnoir

M Méheux rondinage

Dessins de Mathurin Méheut

Lire l'article :

 Mathurin Méheut 1882 - 1958, peintre des tranchées.

   

A la fin août 1914, la guerre de mouvement règne sur l’ensemble du front occidental et elle est favorable aux armées allemandes qui progressent partout. A l’est de Verdun, les IV. et V. Armeen allemandes débordent largement l’aile gauche de la 3e armée française. Même si elle n’est pas occupée, la forêt d’Argonne se trouve alors dans l’arrière front allemand. Néanmoins, en septembre 1914, le sort des armes s’inverse avec la bataille de la Marne et les troupes du Kaiser battent en retraite.

La nouvelle ligne de front qui se cristallise passe par la zone difficile d’accès de l’Argonne. Elle marque également la zone de contact entre la IV. et la V. Armeen. Le 24 septembre, les premiers coups de feu sont échangés dans le bois de la Gruerie lorsque des Landser tentent d’y pénétrer pour couvrir l’aile gauche de l’Armée du duc de Wurtemberg.

Le 29 septembre, une importante décision intervient dans le camp allemand. Le général von Mudra, avec le XVI. Armeekorps et la 27 I.D., détachée de la IV. Armée, reçoit pour mission de s’emparer du massif forestier d’Argonne. 

A partir d’octobre, les Allemands prennent la route de Varennes pour objectif et lancent des assauts meurtriers dans le bois de la Gruerie par lequel passe les lignes françaises. Une violente offensive allemande se déclenche dans le bois, le 29 janvier 1915, à 6 heures 30. Les fantassins de la 27. I.D., parmi lesquels on compte un certain Oberleutnant Rommel, heurtent les Poilus de la 40e D.I., particulièrement surpris par la brièveté de la préparation d’artillerie.

Les Allemands déplorent plus de 400 tués et les Français 3.000 hommes hors de combat en deux jours. Le bois gagne un nouveau nom : « Bois de la Tuerie ». Une nouvelle tentative allemande d’importance intervient, le 13 juillet 1915. Dans la perspective de l’attaque, la 86. Infanterie Brigade reçoit l’appui de plusieurs lance-flammes. Les hommes de la 42e D.I. encaissent le choc et tiennent bon. Le lendemain, les soldats français franchissent les parapets pour passer à la contre attaque, en vain.

pommiers bois de la Gruerie

 Bois de la Gruerie, les pommiers, 27 septembre 1915 - Coll. Part. 

http://www.college-madamedesevigne-mauron.ac-rennes.fr/spip.php?article994

Les poilus de l'Argonne

Poilus de l'argonne départ pour le front

 Départ pour le front

  Poilus de l'argonne 1 er ligne

Dans la tranchée

Poilus de l'argonne tranchée

 Poilus de l'argonne attaque

 Charge à la baïonnette

Poilus de l'argonne repas

 Réconfort après l'attaque

Poilus de l'argonne1

Poilus de l'argonne2

Poilus de l'argonne3

Poèsies

Fleurs d'Argonne

Un jour en février, dans la forêt d’Argonne,

Je vis d’étranges fleurs, au bord de mon chemin.

Je vous les envoyai, dans le secret dessein

De rappeler l’amour que mon cœur emprisonne. 

 

Vous m’avez répondu par d’autres fleurs, mignonne,

Et vous vous étonniez qu’en ce pays lorrain,

Puisse éclore une fleur, puisque chaque matin,

Il gèle, il neige et que de froid l’arbre frissonne. 

 

Pourquoi la fleur d’Argonne, au cours de cet hiver,

A-t-elle devancé cette fleur, qu’hier

Je recevais, chère âme, et qui venait de Nice ? 

 

L’une, de nos héros, buvait le sang vermeil

Pour rajeunir sa tige et gorger son calice,

Et l’autre, pour fleurir, n’avait que le soleil.

Maurice BOIGEY

Source : BDIC – Rigolboche n°10 – 15 Mai 1915

A l’Argonne

 Au cadran de l’histoire a sonné de nouveau,

 Pour l’antique forêt où grondent les ruisseaux,

 Les heures héroïques des sanglantes batailles,

 Où luttent nos soldats, méprisant la mitraille, 

Frôlant cent fois la mort et mourant en héros… 

 

Rocs plus durs que l’airain, refuges des blaireaux, 

Chênes au front géant, se riant de l’orage, 

Et vous, frêles bouleaux, au frissonnant feuillage, 

Hêtres droits et trapus, orgueil de nos taillis, 

Solitaires tilleuls au mielleux friselis, 

 

Le moment est venu de venger les injures 

D’un peuple sans honneur, d’un peuple de parjures : 

Un souffle de victoire agite les lauriers 

Qu’a tressé pour nos fils l’ombre de Dumouriez.  

Troyes le 16 janvier 1915 

George LIONNAIS

Clermont en Argonne 

Pur joyau de l’Argonne, auprès de la forêt

Où tonne le canon, où fauche sans arrêt,

En ces jours d’héroïsme et de fières revanches,

La hideuse Camarde à l’affût dans les branches !

 

Très enchanteur beauvoir du pays Clermontois,

Où l’on entend parler cet antique patois,

Tel qu’au temps des Condés le chantonnaient nos pères

Eux qui forçaient aussi les loups dans leurs repaires ! ;

 

Joli bourg accueillant, aimé des citadins

Fuyant la vie intense et les plaisirs mondains

Pour venir, chaque année, emmy la solitude,

Vivre des jours heureux de douce quiétude.

 

Tu n’es plus aujourd’hui, sur le flanc du coteau

Que couronne fièrement Sainte-Anne et son plateau,

Tu n’es plus qu’un monceau de ruines fantastiques

Qui te font ressembler à ces pays antiques,

 

Qu’un affreux cataclysme a détruit sans retour

Transformant en désert le plus coquet séjour ;

Les Huns ont passé là !…De leurs mains de barbares,

Ils ont, sans un remords et au son des fanfares,

 

Allumé l’incendie aux quatre coins du bourg !

Grisés de cet endroit, repoussant tout secours,

Les sinistres bandits, à la lueur des flammes,

Pareils à des démons, hurlaient des cris infâmes !

 

La « kultur » allemande a posé là son sceau,

Mêlant ce nouveau crime à l’écrasant faisceau

Dont le lourd châtiment, déjà se fait entendre…

Tel le Phénix, Clermont renaîtra de ses cendres ! 

Georges LIONNAIS

Troyes, le 20 janvier 1915

Aux camarades de l’Argonne  

Ce sont les poilus de l’Argonne, 

De Bagatelle, de Vauquois, 

Aimant le canon quand il tonne, 

Ce sont les poilus de l’Argonne, 

Que tien n’émeut, que rien n’étonne ! 

Pas un d’entr’eux aux yeux n’a froid. 

Ce sont les poilus de l’Argonne. 

 

Quand à l’assaut le clairon sonne, 

Au fusil se crispèrent leurs doigts. 

Le vœu de vaincre les talonne, 

Quand à l’assaut le clairon sonne ; 

Sur le terrain, leur pas résonne, 

Souple et nerveux tout à la fois ! 

Quand à l’assaut le clairon sonne, 

Au fusil se crispèrent leurs doigts !  

 

Irrésistible est leur colonne, 

Les Allemands sont aux abois ; 

Hardi les gars ! L’affaire est bonne ! 

Irrésistible est leur colonne ! 

Sans marchander, elle se donne, 

De six, il n’en reste que trois… 

Irrésistible est leur colonne, 

Les Allemands sont aux abois ! 

 

Ce sont les poilus de l’Argonne, 

Qui font risette à tout minois, 

A tout corsage qui ballonne ! 

Ce sont les poilus de l’Argonne ! 

Vienne à passer une luronne, 

Le loup l’attend au coin du bois ! 

Ce sont les poilus de l’Argonne, 

Qui font risette à tout minois  

                                    Un poilu de l’Artois  

Source : AD Meuse – Le Bulletin Meusien du 16 septembre 1915

Nos Moineaux 

Une grande volée d’insouciants moineaux

Est venue se poser en dépit de la guerre

En un coin trop fameux où règnent les fléaux

Déchaînés par les boches en un beau coin de terre.

Ils savaient bien, pourtant, les pauvres oiselets

Que les grands vents d’Argonne emportent la mitraille,

Que les maisons meurtries où pendant les volets

Sont vides d’habitants qui couchent sur la paille.

Et cependant, joyeux, ils sont demeurés là,

Chantant des ritournelles au sortir des tranchées,

Réconfortant un peu les poilus qui sont las

Bref, ces petits oiseaux nous avaient enchantés.

Mais, il suffit hélas, d’un criminel obus

Pour que ceux qui avaient soulagé nos souffrances

Soient pleurés de nous tous, pourtant rudes poilus

Et ne puissent avec nous chanter la délivrance. 

Souvenir d’Argonne (1915) 

René Martin 

Source : Le Bulletin Meusien du 10 novembre 1916 

Ce sont les Poilus de l’Argonne 

Ce sont les Poilus de l’Argonne

De Bolante et des Meurissons

Souriants, quand le canon tonne

Ce sont les Poilus de l’Argonne

Qui savent se battre en chansons.

 

Ce sont les Poilus de l’Argone

Quand à l’assaut nous les lançons

Le « Boche » sait que l’heure sonne ;

Leur courage fameux lui donne

A l’avance le grand frisson ;

Le canon scande de ses sons

Les refrains que leur cœur entonne ;

Ce sont les Poilus de l’Argonne

Qui savent se battre en chansons.

 

Ce sont les Poilus de l’Argonne

De Bolante et des Meurissons.

Les airs de moderne Gorgone

Que leur Kaiser en vain se donne

Touchent leur cœur moins qu’un glaçon

Ils en feraient plusieurs tronçons

D’un simple coup de leur dragonne.

Ce sont les Poilus de l’Argonne

Qui savent se battre en chansons.

 

Ce sont les Poilus de l’Argonne

De Bolante et des Meurissons

Souriants quand le canon tonne

Ce sont les Poilus de l’Argonne

Qui savent se battre en chansons 

HERKA, du 7ème d’Infanterie 

Source : Rigolboche n°26 (Février 1915) – BDIC

Dans la forêt d'Argonne

 En Argonne0

 En Argonne30

En Argonne31

 En Argonne1

En Argonne2

En Argonne3

En Argonne4

En Argonne5

En Argonne6

En Argonne7

En Argonne8

En Argonne9

En Argonne10

En Argonne11

En Argonne12

En Argonne13

En Argonne14

En Argonne15

En Argonne16

En Argonne17

En Argonne18

En Argonne19

En Argonne20

En Argonne21

En Argonne22

En Argonne23

En Argonne24

Voir le lien :

https://www.wdl.org/fr/item/20045/ 

 Un poilu de la forêt d Argonne

 

Poilus de l'argonne préface1

Poilus de l'argonne préface2

panorama foret d argonne

Ruines de Clermont en Argonne

 Cagna en Argonne

combat en foret d'argonne

poste sanitaire en foret d argonne

Voir le lien :

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54872928?rk=21459;2