Mots-clés :

Vitraux, maîtres verriers, vitraux du Souvenir, vitraux patriotiques, Vitrail de l'église de Trédaniel, Vitrail de l'église de Jugon-les-Lacs, Vitrail de l'église de Brezolles, Vitrail de Saint-Germain-sur-Meuse, Vitraux de Brandeville, Vitrail de Neuvilly-en-Argonne, Vitraux de l'église Saint-Martin de Vimy,  Vitraux de Laimont, Vitraux, Le Gravre (44), Vitrail (détail) dans l'église de Dohem, Vitraux de l'église Saint-Christophe de Nort-sur-Erdre (44), Vitraux patriotiques de Bretagne, Bretagne, Vitrail de l'église de Tréguier (22), Vitrail dans l'église de Trébeurben (22), Vitrail de l'église de Limerzel (56), Vitrail de Saint-Jean-de-Folleville (76), Vitraux de la Chapelle Saint Yves Paris XIVe, Vitrail de Préaux-du-Perche (61), Vitraux de l'église Sainte-Marguerite Paris XI ème, Le Souvenir Français 1914-1918, Vitraux Le Gravre (44), Vitrail de la Chapelle de Ty Mamm Doue en Kerfeunteun (Kemper, Quimper), famille Champigneulle, Vitraux de la chapelle de l'ossuaire de Douaumont, Vitrail de Sassey-sur-Meuse, Vitrail de Lamorville, Vitrail de Neuvilly-en-Argonne

Lire les articles sur les lieux de mémoire :

http://87dit.canalblog.com/archives/index.html#categories

Principaux thèmes des représentations des vitraux du Souvenir :

  • les vitraux « déclaratifs » : les plus simples une liste de noms autour de lauriers ou de fleurs.. ou une inscription votive au bas d’un vitrail, du type : « à la mémoire des enfants de la paroisse...»
  • les vitraux intégrant les poilus dans l’histoire « sainte » de France dans la « gesta Dei per francos ». Dans les vitraux de ce type les soldats (souvent mourants) sont soutenus par St Michel (patron de la France), ou par Jeanne d’Arc, St- Louis.

Dans l’esprit des Français de l’époque, c’était une revanche sur la défaite de 1870, la révolte du « Droit » contre la barbarie allemande (les Français ont accepté bien facilement les pires propagandes (voir la légende des « boches » coupeurs de mains d’enfants..). Face à la guerre, oublié l’anticléricalisme des années 1882-1906, catholiques et laïcards se réconcilient dans une « Union sacrée » et 25.000 prêtres (les « curés sac au dos ») vont servir sous les drapeaux (à 50% comme brancardiers et aumôniers).

  • les vitraux soulignant la valeur « sacrificielle » de la mort des soldats : les soldats mourants sont accueillis par la Vierge et/ou par le Christ, Notre Dame de Lourdes, le Sacré-Cœur.

A l’époque, dans les prêches paroissiaux comme dans les mandements des évêques revient l’idée d’une guerre sanction divine contre une France infidèle à sa vocation de « fille aînée de l’Eglise. »  La guerre peut être le moyen d’une régénération.
Le sacrifice de sa vie, offert généreusement par le soldat croyant, peut être une sources de salut pour la France. Quelques vitraux souligne la parenté entre le sacrifice du poilu et celui du Christ, avec des formules-choc…et fondées en théologie ( ?) : une croix au dessus d’un mourant et « Victime avec Celui qui est mort pour tous » et plus sobrement encore « les deux sacrifices »

A noter qu’on trouve aussi dans les églises des monuments sculptés (une Pieta, un brancardier au chevet d’un mourant) avec la liste des morts.

Voir l'article sur les monuments aux morts en France :

http://87dit.canalblog.com/archives/2015/07/13/32352029.html

Les maîtres verriers

Après la Grande Guerre une dizaine d'ateliers parisiens se maintenait sur le marché de la verrerie d'art parmi lesquels :

  • Hirsch
  • Félix Gaudin (1851-1930)
  • Daumont-Tournel
  • Gabriel Legrise
  • Dagrant
  • Lardeur
  • Didron
  • Lavergne
  • Champigneulle devenu Société artistique de peinture sur verre

La famille Champigneulle, verriers de père en fils

Famille verrier Champigneulle

Peintre verrier né à Metz en 1853, décède à Savonnières en 1905. Louis-Charles-Marie Champigneulle est le second fils de Charles-François Champigneulle, maître-verrier originaire de Metz, associé à Maréchal de Metz et ensuite établi à Bar-le-Duc.

Louis-Charles-Marie Champigneulle a commencé sa carrière à Bar-le-Duc. Il l'a continuée à Paris à l'atelier 96, rue Notre-Dame-des-Champs où il a été très actif. Honoré par des médailles nombreuses, membre du jury d'attribution des récompenses pour les œuvres présentées au titre de l'art verrier aux expositions universelles de Paris, il a réalisé des œuvres multiples et splendides répertoriées en partie par le service du patrimoine artistique. Il réalise les vitraux de l'église de Bouvines en coopération avec son frère Emmanuel dont l'atelier était situé à Bar-le-Duc. Ce dernier a réalisé des vitraux de style Art nouveau.

CH Champigneulle

Famille Champigneulle

Charles Champigneulle, 3 ème à partir de la gauche, après guerre.

Signature Ch Champigneulle

A nos morts,la paroisse reconnaissante

Vitraux patriotiques de Saône-et-Loire

vitrauxouvenir1

vitrauxouvenir2

vitrauxouvenir3

Vitraux patriotiques de l'Isère

Vitraux Isère1

Vitraux Isère2

Vitraux Isère3JPG

Vitraux Isère4

Vitraux Isère5

Vitraux patriotiques de Bretagne

Vitraux en Bretagne

Vitrail Loire-Altlantique1

Vitraux Loire-Atl2

Vitraux Loire-Atl3

 Vitraux Loire-Atl4

Lire le document :

http://www.onac-vg.fr/files/uploads/vitraux-du-souvenir-loire-atl..pdf

 Vitrail Le Gavre1    Vitrail Le Gavre2

Vitraux, Le Gravre (44)

Vitrail de gauche : Le Sacré-Coeur de Jésus bénit une troupe de soldats debout s'apprêtant à livrer combat. Par contraste avec Jésus, le visage du chef est réaliste : il s'agit du général Foch. Les autres visages identifiables sont ceux de Gâvrais.
Réalité terrestre et représentation divine se côtoient dans le vitrail pour accroître sa portée symbolique.

Vitrail de droite : La vierge de Lourdes accompagne l’assaut des Français du 118e de Quimper et du 154e de Bar-le-Duc, drapeaux tricolres en tête, contre les Allemands avec leurs casques à pointe. La scène se passe à proximité d'un village en ruines.

La Vierge accompagne l'assaut des poilus dont certains ont des visages identifiables.
Là aussi mélange de réalisme et d'imaginaire symbolique : l'officier ne charge pas "sabre au clair" mais avec un revolver ….
La scène évoque plus une guerre de mouvement qu'une sortie de tranchée, alors que la couleur des uniformes la situe après la mi-1915.

Auteur du monument : Henri Uzureau, verrier nantais.

Vitrail Nort sur erdre

Vitraux de l'église Saint-Christophe de Nort-sur-Erdre (44)

Les vitraux patriotiques de la partie Nord du transept sont dûs au verrier Allery de Nantes (rue Saint-Clément). Il avait déjà réalisé ceux du choeur et du transept Sud (Jeanne d'Arc) en 1902, un an avant la consécration de l'église.

Les 7 lancettes représentent des scènes "synthétiques" ou inspirées de la réalité qui racontent la guerre 14-18 (de gauche à droite). Les 2e et 3e lancettes évoquent ainsi un assaut en Champagne, drapeau en tête : il peut s'agir, selon le commentateur de la Semaine Religieuse De Nantes (28 mai 1921) de l'assaut mené par le colonel Desgrées du Loû avec ses hommes du 65e RI de Nantes. Cet assaut, lancé le 25 septembre 1915, a fait la une de L'Illustration du 20 novembre 1915, puis celle de L'Ouest-Éclair du 25 septembre 1915 (le directeur de L'Ouest-Éclair est le frère du colonel).

Dans le fond, la cathédrale de Reims en feu permettrait de situer la scène en Champagne ; c'est alors commettre un anachronisme, car la cathédrale du sacre fut bombardée par l'artillerie allemande dès septembre 1914. Mais la représentation de la cathédrale en feu est aussi une icône au service d'une idée.

Le 22 septembre 1914, L'Express de l'Ouest, quotidien nantais régional catholique titre : "Un crime de barbares. Ils ont détruit la cathédrale de Reims".Vers la droite, la 7e lancette représente le but de la guerre : la cathédrale de Strasbourg, à délivrer comme le tombeau du Christ.
La verrière patriotique est inaugurée en mai 1921.

Le vicaire : "Nulle part le souvenir des morts n'est mieux à sa place qu'à l'église, parce que l'église fut pour eux la maison de famille, et parce que c'était vraiment la cause de Dieu qu'ils avaient servie, pour elle qu'ils avaient combattu" (SRDN, 28 mai 1921).

  Très grandevitrail quimper2

 Chapelle de Ty Mamm Doue en Kerfeunteun (Kemper, Quimper)

Sous la protection de Jeanne d'Arc, des combattants français, fantassins, zouaves ainsi qu'un Tommie, sur le champ de bataille, devant un char FT 17, survolés par des aéroplanes - dans la partie inférieure, procession du Pardon annuel et prières pour le retour des soldats.

Le vitrail du côté sud-est de la chapelle est un ex-voto en hommage au 118e Régiment d’Infanterie de Quimper en « souvenir reconnaissant des combattants de la guerre 14-18 ». C’est une œuvre commandée à H. M. Magne (1877-1943), vitrier réputé et réalisée dans les ateliers Champigneulle à Paris en 1921. 

Voir le lien :

http://www.lavieb-aile.com/article-le-vitrail-patriotique-et-processionnel-de-la-chapelle-de-ty-mamm-doue-124652996.html

 vitraux tréguier

Vitrail de l'église de Tréguier (22)

Dans la cathédrale Saint-Tugdual, chapelle Saint-André - 3 vitraux en lien avec la guerre 1914-1918 le premier illustre l'action d'un aumônier militaire au front, le second illustre les activités des réligieuses soignant un blessé, le troisième montre un navire coulé.

vitrail Dinan

Eglise Saint-Malo de Dinan

Le vitrail représente dans sa moitié inférieure un hommage aux soldats par une scène de bataille et une d'enterrement avec un prêtre, une femme, une mère et une orpheline et dans sa partie supérieure le ciel avec quatre personnages : un évêque (Saint-Malo), l'archange saint Michel, Jésus, Jeanne d'Arc "Aux enfants de Dinan morts pour la France".

On aperçoit des soldats français de la Première Guerre Mondiale. Ces derniers portent l'uniforme bleu. On peut relever des numéros de régiments sur leurs cols. Ainsi, nous savons que ces soldats appartenaient aux 47e, 48e et 94e Régiments d'Infanterie. On retrouve une autre référence au 94e Régiment sur le drapeau brandi par l'un des soldats, qui affiche ce numéro.

On trouve un autre homme, vêtu, lui, d'un uniforme moutarde. Il s'agit d'un soldat de l'infanterie coloniale.

Ces soldats, à terre, dans un décor qui semble renvoyer aux tranchées, lèvent les yeux vers les quatre divinités, semblent implorer leur aide. L'un des hommes, couché sur le sol, les mains sur sa poitrine, paraît mort. On aperçoit un canon sur la droite, proche de flammes. Il y a également de la fumée, ces soldats sont au cœur d'une bataille.

Ce vitrail, daté de 1921, a été réalisé par Henri Marcel Magne, de l'atelier messein de Champigneulle. Après la mort de Charles Champigneulle, les vitraux de l'atelier étaient encore signés Ch. Champigneulle malgré tout. On peut y lire « Aux enfants de Dinan morts pour la France ».

 Vitrail Plélo1       Vitrail Plélo2

Dans cette église de Plélo (22), on peut voir deux vitraux patriotiques réalisés à la gloire des poilus de la guerre 14-18.

Ils ont été peints par Louis Balmet et sont disposés de chaque côté de la nef.

Ils sont reproduits sur toute la grandeur de la fenêtre. Cela souligne la volonté de l’artiste à mettre en valeur la foi catholique face à la mort. En effet, dans l’enfer d’une tranchée, des soldats s’activent à renforcer et à défendre leur position. Les couleurs les plus vives de cette verrière sont celles des déflagrations des obus qui sèment la terreur aux abords de l’endroit où se trouvent les poilus de la grande guerre.

Description.

Au premier plan :

Un soldat agonise, les mains jointes, le regard rivé sur le crucifix que lui tend l’aumônier militaire qui lui administre les derniers sacrements.

Détails :

On notera aussi l’inclinaison anormale de la croix rouge sur le brassard de l’infirmier. En imposant la même inclinaison à cette croix et au crucifix, Balmet souhaite souligner la complémentarité des deux secours apportés au soldat qui agonise : l’aide des hommes et le réconfort de la religion.

Au bas du vitrail :

La partie inférieure des deux vitraux est occupée par les portraits de quatre soldats de la commune de Plélo, morts pour la France.

La famille Le Glatin a donné à la France trois de ses fils :

  • Louis François Marie, né le 8 février 1874 à Plélo, sert comme adjudant au 74ème Régiment d’Infanterie Territoriale, lorsqu’il tombe au Chemin des Dames, dans le département de l’Aisne, le 27 mai 1918. Il avait quarante-quatre ans.
  • Jean-Louis Marie, né le 27 janvier 1887 à Plélo, est sapeur au 6ème Génie lorsqu’il meurt à l’hôpital numéro cinq d’Amiens, le 23 mai 1915. Il avait vingt-huit ans.
  • Auguste Jean Marie, né à Saint-Donan le 29 septembre 1892, est 2ème classe au 19ème Régiment d’Infanterie, lorsqu’il est tué par l’ennemi le 29 août 1944, à Maissin en Belgique. Il avait vingt-deux ans.

Le quatrième homme est un homme d’église. Il s’agit de l’abbé Charles Hetet, né le 28 octobre 1892 à Châtelaudren et affecté comme 2ème classe au 161ème Régiment d’Infanterie. Il meurt le 15 octobre 1915 à Saint-Hilaire-Le-Grand dans la Marne. Il avait vingt-deux ans.

Cela nous rappelle que certains hommes d’église ont donné leur vie pour défendre leur nation.

Un recensement mené conjointement par une association de recherches et d’études sur la vie des bretons de la grande guerre et le service des archives de l’évêché a évalué à 150 le nombre d’ecclésiastiques des Côtes d’Armor, morts pour la France. (95 prêtres et 55 séminaristes).

Vitrail du souvenir Trédaniel

 Soldat trédaniel    Vitrail du souvenir Trédaniel1

Vitrail de l'église de Trédaniel (22)

 Vitrail Jugon 22

Vitrail de l'église de Jugon-les-Lacs (22)

Sur ce vitrail, on notera la représentation du champ de bataille dominé par ND des Tranchées, et les 20 portraits de soldats. (Cliché Erik Galesne).

Le vitrail est inauguré le 29 août 1920. Il comporte vingt noms, dont dix-huit sont accompagnés de portraits des défunts. Les deux derniers noms sont ceux des deux frères Blin, morts aux Dardanelles et à Bar-le-Duc, et ne sont représentés que par un cercle rouge.

 Vitrail de tréberden    Vitrail Limerzel 56

Vitrail dans l'église de Trébeurben (22)

 Vitrail de l'église de Limerzel (56)

Le Christ bénit les tombes abondamment fleuries.

Lire le document :

Vitraux ille-et-vilaine

Vitraux patriotiques du Pas-de-Calais

 vitrail PC Dohem église vitrail détail

Vitrail (détail) dans l'église de Dohem

Vitrail Vimy2

Vitraux de l'église Saint-Martin, Vimy

« Au Canada, Valeureux dans la guerre, Généreux dans la Paix - Vimy à jamais reconnaissante - Les anciens combattants et prisonniers de Vimy »
Le vitrail de gauche est signé Jean MAUNÉ

Vitrail Auchy les Mines   Vitrail Méricourt1

Vitrail d'Auchy les Mines  

Vitrail de Méricourt 

  Vitrail de Billy-Berclau    Vitrail de Noyelles-sous-Lens

 Vitrail de Billy-Berclau

Vitrail de Noyelles-sous-Lens

Voir les liens :

http://lader.skyrock.com/tags/9gcNQuVAIpE-Les-vitraux-du-souvenir.html

http://www.wikipasdecalais.fr/index.php?title=Cat%C3%A9gorie:Image_vitrail_comm%C3%A9moratif 

Autres vitraux patriotiques remarquables

 vitrail St Yves Paris

Vitraux de la Chapelle Saint Yves, Paris XIVe

 Chapelle Saint Yves, le maitre-autel signé Richard Desvallières, les vitraux exécutés par Marguerite Huré, sur les cartons de George Devallières, au 11-13 rue Saint Yves, XIVe ardt. Les croix semblent plantées à la hâte sur une terre labourée par les bombardements et les tranchées. On peut penser que la figuration des barbelés est une rime volontaire avec la couronne d'épine du Christ, les cocardes, elles, étant une sorte de Sacré-Cœur, représenté sur un vitrail de la chapelle.

Il s'agit d'un retable marouflé derrière l'autel éclairé par quatre vitraux signés Marguerite Huré - Si ces vitraux rappellent ceux de la Chapelle de l'Ossuaire de Douaumont, ils sont différents par leur réalisation et leurs couleurs qui font ressortir les cocardes du Souvenir Français - Cette montée au ciel du Poilu a été réalisée en 1931 - Un soldat de la Grande Guerre, à qui George Desvallières a souhaité donner le visage de son fils Daniel tué le 19/03/1915 au Reichackerkopf (Alsace), allongé, drapé dans un drapeau tricolore, monte au ciel dans les bras d'un ange au-dessus d'un enchevêtrement de croix et de barbelés sur un sol bouleversé.

Vitrail de Brezolles

Vitrail de l'église de Brezolles (28)

Ce vitrail, signé Ch. Lorin (Chartres 1922) a été installé en 1924. Il est illustré par une vue allégorique de la mort au front, devant la cathédrale de Reims. Les portraits de 16 combattants entourent le vitrail alors que 16 autres noms figurent dans la partie inférieure.

Trois médailles sont aussi visibles : à gauche la médaille militaire (haute distinction militaire), au milieu l'insigne de chevalier de la légion d'honneur, et à droite la croix de guerre qui récompensait les méritants et les familles des victimes.

 Vitrail St Jean 76

 Vitrail de Saint-Jean-de-Folleville (76)

Vitraux St Margue

Le Monument aux morts est entouré de deux verrières rendant hommage aux soldats de la guerre 1914-1918.
Ils sont dus à l'atelier J.M.J Vosch et datent de 1924.

vitraux 80-1    vitraux 80-2

Vitraux de l'église Sainte-Marguerite Paris XI ème

 Le Souvenir Français 1914-1918, " A EUX L'IMMORTALITE"

On y lit : « A nous le souvenir, à eux l’immortalité ». Devise de l’association « Le Souvenir français » créée en 1887 pour « garder la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour la défense de la patrie ».

Sont résumés tous les symboles que nous avons trouvés : le Christ, Marie, Jeanne d’Arc, les anges, un poilu, une veuve, un aumônier dans les tranchées et, symbole de la barbarie prussienne, la cathédrale de Reims qui figure souvent en arrière plan dans la France entière.

Vitrail de Signy

Vitrail de Signy-l'Abbaye (08)

A Signy-l’abbaye, un soldat meurt en tenant le drapeau tricolore. En dessous, la liste des enfants de la paroisse morts pour la France et l’inscription : « Souvenez-vous de Françoise Boussus, victime de la guerre »
Françoise Boussus avait suivi à Paris ses parents qui habilitaient les Ardennes lors de l’exode en 1914. Elle fut victime du bombardement de l’église Saint-Gervais-Saint-Protais le 29 mars 1918, bombardement qui, le vendredi saint, en plein chemin de croix, fit soixante-quinze morts et quatre-vingt-dix blessés.
Elle avait dix-neuf ans.

Vitrail Fey 54    Vitrail Fey1 54

Vitraux de Fey-en-Haye (54)

Le village de Fey-en-Haye entièrement détruit pendant la guerre a été cité à l’ordre de l’Armée en 1921. L’église a été reconstruite en 1923-24 et un double vitrail de J. Gruber rappelle la cérémonie d’inauguration du monument de la Croix des Carmes par le président du Conseil Raymond Poincaré (né non loin de là à Bar-le-Duc).

Il exalte, le 23 septembre 1923, le souvenir des combattants de Bois-le-Prêtre qui ramenèrent dans leur ligne la Croix des Carmes, une croix de bois dont les restes ont été enchâssés dans un monument qui commémore la bataille du Bois-le-Prêtre.

Vitrail Préaux du Perche

Vitrail de Préaux-du-Perche (61)

" À la mémoire de l'Abbé Alphonse Riguet. Aumonier militaire de la 9e Division. Tombé au champ d'Honneur le 25 mars 1918 – Mourir pour ses frères, c'est le suprême dévouement "

Vitraux St Margue

Le Monument aux morts est entouré de deux verrières rendant hommage aux soldats de la guerre 1914-1918.

A gauche : Hommage aux soldats de 1914-1918, «À nous le souvenir»

A droite : Hommage aux soldats de 1914-1918 accueillis par les saints du Paradis
«À eux l'immortalité»

Ils sont dus à l'atelier J.M.J Vosch et datent de 1924.

Vitraux patriotiques de la Meuse

Vitraux de la chapelle de l'ossuaire de Douaumont

Vitraux Douaumont1

Vitraux Douaumont2

http://www.museedeseineport.info/MuseeVirtuel/Salles/DesvallieresG/Douaumont/Douaumont.htm

 Voir l'article sur l'ossuaire de Douaumont :

http://87dit.canalblog.com/archives/2016/10/05/34404129.html

 

Vitrail 55 Mangiennes

Vitrail de l'église deMangiennes (55)

Vitrail réalisé par Joseph Benoit, maître-verrier de Nancy en 1926 - La scène fait vivre une attaque de 1916 sous les yeux de Notre-Dame des Victoires et Jeanne d'Arc - C'est un aumônier militaire (abbé Charles Umbricht) qui d'un signe de main lance la charge et de l'autre élève son crucifix au dessus des soldats et du champ de bataille avec en arrière plan un village lorrain détruit - " Don de Madame Marie Doyen "
Le vitrail, hormis le visage de l'aumônier, imberbe, est identique au vitrail de l'église Sainte Jeanne d'Arc de Lunéville.

Marbotte

Situé dans la nef de l’église Saint-Gérard. Les vitraux commémoratifs évoquent le Marbotte ancien, qui fut une commanderie de l'ordre des Templiers, ainsi que le martyr des 30 000 morts français du secteur appartenant principalement au 8e corps (vitraux inaugurés le 27 août 1922 et le 28 août 1932).

Vitrail imposte Marbotte

L'imposte dans l'église Saint-Gérard - Drapeaux, casque, médaille militaire et croix de guerre, palme et branche de chêne.

Vitrail Marbotte2 

Situé à gauche dans le choeur, le Sacré-Coeur de Jésus domine un soldat mourant en uniforme à pantalon rouge de 1914.

Atelier Graff et Adam, Bar-le-Duc, 1922

Vitrail Marbotte3

Situé à droite dans le choeur, la Vierge des douleurs avec, au-dessous,le premier pèlerinage de la veuve et des orphelins à la tombe de l'époux et du père.

Atelier Graff et Adam, Bar-le-Duc, 1922

Vitrail Marbotte4

"Debout les morts !". Saint-Michel soutient les troupes françaises en uniforme de 1915 assaillies par des soldats allemands portant le casque à pointe. C'est au cours d'un assaut allemand au Bois Brûlé le 8 avril 1915 que l'adjudant Péricard (95e régiment d'infanterie), dans une défense désespérée, lance son exhortation devenue célèbre. Sentant ses hommes faiblir et ne voyant que des morts et des blessés autour de lui, il ranime les courages au cri de "Debout les morts !", formule du jargon militaire par laquelle le caporal de jour réveille les conscrits dans leur chambrée le matin.

Jules Adam, peintre-verrier à Paris et Bar-le-Duc, 1925-1926

Vitrail Marbotte5   

Tranchée de la Soif. Jeanne d'Arc soutient la résistance des soldats français cernés par les Allemands. Au premier plan, le commandant d'André. Détail macabre : des débris humains sortent de terre. Cette tranchée prend son nom lorsque le commandant d’André (commandant le 2e bataillon du 172e R.I.) se trouve encerclé, avec une de ses compagnies (la 7e), du 20 au 22 mai 1915. Les hommes font face aux assauts allemands, sans vivres et sans eau pendant trois jours, avant de se rendre, encerclés.

Jules Adam, peintre-verrier à Paris et Bar-le-Duc, 1925-1926.

Vitrail Marbotte6

La prière aux morts du 8e corps dans l'église du souvenir. Un prêtre assisté d'un enfant de choeur célèbre l'Eucharistie. Au registre supérieur, Saint Gérard patron de la commune implore la médiation de la Vierge en faveur des âmes des soldats. Les morts sont étendus sur le sol de l'église, dans l'attente d'une inhumation (vitrail dédié à l'abbé Marquet, fondateur de l'oeuvre du souvenir de Marbotte, 1920-1926).

Joseph Benoit maître-verrier à Nancy, 1932

Vitrail St Germain sur Meuse

Vitrail de Saint-Germain-sur-Meuse

Offert par la société des Amis de l’église : "A nos Morts, Guerres 1914-1918 – 1939-1945" - Le Christ qui veille sur le village en flammes -"Et pourtant je vous ai dit, aimez-vous les uns les autres" - Au premier plan, un soldat soutient un camarade blessé ou mourant, un vieillard et une maman portant un enfant errant dans les rues dévastées.

 Vitrail de Sassey

Vitrail de Sassey-sur-Meuse

Vitrail datant de 1924 réalisé par l'atelier Adam, Gambut et Lavallard associés, peintres-verriers à Bar-le-Duc (55)
Le soldat est agenouillé devant Notre-Dame de la Salette. L'arrière plan du vitrail représente le village de Sassey, le pont et au loin son église. Tout au fond, silhouette de l'église de Mont-devant-Sassey. La famille du soldat lui fait de grands signes.

Vitrail Neuvilly-en-Argonne

Vitrail de Neuvilly-en-Argonne

Réalisé en 1932 par le maître-verrier Joseph Benoît pour l'église Saint-Pierre-Saint Paul à la demande de la commune qui l'a financé. Ce vitrail rend hommage au village meurtri par la guerre et à tous les soldats tombés pour le défendre.
Une famille et deux camarades de combat se penchent sur la tombe d'un Mort pour la France.

Vitrail de B

Vitrail de Billy-sous-Mangiennes

Ce vitrail est l'œuvre de Joseph Benoit, maître verrier de Nancy (54) qui l'a signé en 1927 - Élevé au dessus de la plaque commémorative aux Morts pour la France de la commune, il représente Jeanne d'Arc et Sainte Thérèse de Lisieux assistant les soldats dans leur attaque. En arrière plan est représentée l'église du village, pas encore amputée de son clocher. Inscription: " A nos Morts Glorieux, les paroissiens reconnaissants ".

Vitrail de Brandeville1    Vitrail de Brandeville2

 Vitraux de Brandeville

Vitrail de gauche :

Le maître-verrier de Nancy Georges Janin a réalisé en 1929 ce vitrail pour l'église Saint-Martin - "A la mémoire des soldats de la garnison de Montmédy, 29 août 1914" - Sur fond d'église et de citadelle, la garnison de Montmédy (fantassins, artilleurs, douaniers, gendarmes et chasseurs-forestiers) affrontent les troupes allemandes lors du combat de Brandeville (29/08/1914) - près de 600 d'entre eux y laisseront la vie.

Vitrail de droitre :

Dans l'église Saint-Martin - Vitrail réalisé en 1929 par le maître-verrier Georges Janin de Nancy (54) - Dans un village en ruine, une religieuse assiste un soldat mourant pour lequel Notre-Dame des Délivrances intercède auprès du Christ pour qu'il le reçoive en son Paradis - Inscription: "Offert par la Paroisse à ses enfants Morts pour la France 1914-1918" - ce vitrail fait partie d'un vitrail au catalogue de la maison Janin - on le retrouve, presque à l'identique dans l'église Saint-Christophe de Merles-sur-Loison (55).

Vitrail Avocourt1

Vitrail d'Avocourt

Dans l'église Sainte-Blaise, chapelle des Morts pour la France - Vitrail de 1927, œuvre du maître-verrier nancéien Georges Janin - Est évoqué le ravitaillement en eau des combattants durant la bataille de Verdun - Pendant qu'un soldat remplit son bidon à la fontaine, trois camarades l'attendent - Celui du milieu qui a les mains croisées a pour visage celui du père Delawoeyre, curé du village qui, durant la guerre, a servi comme aumônier - Par ce vitrail, la commune a souhaité faire revivre sa fontaine "rescapée", ses enfants Morts pour la France et montrer son attachement au passé.

Vitrail Etain

Vitraux d'Etain

Réalisé en 1933 par les frères Grüber de Nancy, en hommage aux soldats de la Grande Guerre et en l'honneur du Maire, Mr Henri Didion, Président des Anciens Combattants. Le côté gauche du vitrail représente un prêtre donnant l'extrême-onction à un soldat mourant et la partie droite, sur fond de l'église Saint-Martin, Marie priant sur la tombe d'un soldat. Don de la famille Tabutiaux.

Vitrail de Vencouleur

  Vitrail de Vancouleurs

Dans l'église Saint-Laurent, réalisé et signé en 1921 par l'atelier Graff et Adam, peintres-verriers de Bar-le-Duc - Le thème retenu est le Retour du Vainqueur - Celui-ci est agenouillé devant la statue de Notre-Dame des Victoires - En arrière plan dans son village, la famille du soldat accourt vers lui - "Patrie, retour du Vainqueur, famille - Notre Dames des Victoires priez pour nous, 1914, Pax, Reine de la Paix priez pour nous, 1918 ".

Vitrail Fromeréville-les-Vallons1    Vitrail Fromeréville-les-Vallons2

 Vitraux de Fromeréville-les-Vallons

Vitrail de gauche :

Église Saint-Alban - 1927 - Œuvre du peintre-verrier A. Schmit-Besch. Un ange dépose une palme sur le corps d'un officier tombé au champ d'honneur. Dans le bas du vitrail, vue de l'église et du cimetière de guerre d'après une plaque photographique.

Vitrail de Droite :

Daté 1927, ce vitrail de A. Schmit-Besch a été offert par les familles des MPLF de la commune. Il représente l'apparition du Sacré-Cœur à un soldat mourant. En bas du vitrail représentation du cimetière militaire de Fromeréville tel qu'il existait derrière l'église, d'après une plaque photographique. Ce cimetière a été déplacé après guerre sur la route de Béthelainville et, en 1983, les tombes dispersées entre la NN de Landrecourt et celle de Glorieux.

 Vitrail Laimont

 Vitraux de Laimont

Dans l'église Saint-Rémi - Vitrail baptisé le 3 juin 1921, œuvre des Maîtres-verriers Graff et Adam, il représente Sainte Odile offrant l'Alsace et la Lorraine libérées aux maréchaux Joffre et de Castelnau. En fond apparaissent les villes de Verdun, Metz, Strasbourg ainsi que les armes de Lorraine, de Metz, Strasbourg et Verdun.

 MoyenneVitail de Lamorville

Vitrail de Lamorville

Dans l'église Sainte-Madeleine, vitrail réalisé en 1934. Notre Dame de la Délivrance implore le Christ d'accueillir en son Paradis un soldat mourant. Dans le bas du vitrail, deux anges portent une couronne d'épines - "A nos Morts glorieux 1914-1918.

Vitraux en Argonne

L’Argonne a été durement touchée par les combats de la 1ère Guerre Mondiale. De nombreux villages sont détruits, certains édifices religieux sont abîmés. Au fur et à mesure de la reconstruction, les villages revivent, les maisons sont reconstruites, les églises également. Les habitants et les familles souhaitent honorer les disparus, remercier de la victoire. C’est pourquoi de nombreux vitraux dans les églises rappellent les évènements de la Grande Guerre.

L’association des Amis du Verre d’Argonne vous propose de découvrir lors des Journées Européennes du Patrimoine des 16 et 17 septembre 2017 les vitraux commémoratifs de la Grande Guerre présents dans 20 églises ou chapelles de l’Argonne Ardennaise, Marnaise et Meusienne :

  •  Ardennes : Ballay, Cornay, Condré les Autry, Tailly, Thénorgues, Senuc
  •  Marne : Belval, Florent-en-Argonne, La Harazée
  •  Meuse : Avocourt, Beauzée-sur-Aire, Clermont-en-Argonne (Chapelle de l’hospice et l’église Saint-Didier), Esnes-en-Argonne, Fleury-sur-Aire, Lavoye, Le Neufour, Senard, Triaucourt-en-Argonne

Vitraux dans le Cantal

DSC08420

DSC08422

DSC08432

DSC08433

Vitraux del’église de Saint-Jacques-des-Blats dans le Cantal [au pied du Puy Griou et du Plomb du Cantal].

Les vitraux sont de François Taureilles de Clermont-Ferrand et datent de 1925.

  • Apparition de Jeanne d'Arc à un soldat [don paroissial]
  • L'éducation de la Vierge [don d'André Bruel]

Le vitrail en hommage aux combattants de 14/18 porte la mention « Ste Jeanne d’Arc protégez-nous ». 

Détail : sur les 2 médaillons supérieurs, le crucifix porte 2 drapeaux tricolore.

Ces 2 vitraux sont les seuls de l’église à faire référence au drapeau français…

Voir les liens :

http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/index.php 

http://www.academieduvar.fr/Produits/heures/heures2014/Vitraux1418Brun.pdf