Mots-clés :

It's a Long Way to Tipperary, Anglais, Britannique, chansons, Jack Judge, Harry Wiliams,

Lire les articles :

Chants publiés par le bulletin des Armées

La Grande Guerre en chansons et poésies

Théodore Botrel, le chansonnier des armées

 Entrée en guerre des Britanniques, le 13 Août 1914

It's a Long Way to Tipperary

 C'est loin jusqu'à Tipperary

Ecrite en 1911 par Jack Judge et Harry Wiliams, It’s a long, long way to Tipperary était au départ une ballade irlandaise sentimentale et que Florrie Forde, une artiste de music hall populaire à l'époque, décida d’intégrer dans son tour de chant lors de sa tournée de l'île de Man en 1913. 

Cette chanson fut ensuite popularisée par les Connaught Rangers lorsqu'ils traversèrent Boulogne-sur-Mer le 13 août 1914. L'air est dès lors régulièrement repris par d'autres soldats de l'Armée britannique et cette chanson d’amour devint alors un des plus célèbres chants de marche des troupes alliées anglo-saxonnes lors de la Première Guerre mondiale.

B800016201_CP00185

B800016201_CP00187

B800016201_CP00186

It is a long way

 It's is a long way 

It'is a long way1

 (Chorus) 

It's a long way to Tipperary,
It's a long way to go.
It's a long way to Tipperary
To the sweetest girl I know !
Goodbye, Piccadilly,
Farewell, Leicester Square !
It's a long long way to Tipperary,
But my heart's right there.

Up to mighty London
Came an Irishman one day.
As the streets are paved with gold
Sure, everyone was gay,
Singing songs of Piccadilly,
Strand and Leicester Square,
Till Paddy got excited,
Then he shouted to them there :

(Chorus) 

Paddy wrote a letter
To his Irish Molly-O,
Saying, "Should you not receive it,
Write and let me know !
If I make mistakes in spelling,
Molly, dear," said he,
"Remember, it's the pen that's bad,
Don't lay the blame on me !"

(Chorus)

Molly wrote a neat reply
To Irish Paddy-O,
Saying Mike Maloney
Wants to marry me, and so
Leave the Strand and Piccadilly
Or you'll be to blame,
For love has fairly drove me silly :
Hoping you're the same !

(Chorus)

  Version française

  Refrain 

C'est loin jusqu'à Tipperary,
C'est bien loin pour y aller.
C'est loin jusqu'à Tipperary,
À la plus douce fille que je connaisse !
Au revoir, Piccadilly,
Adieu, Leicester Square !
C'est loin jusqu'à Tipperary,
Mais mon cœur est là-bas.

 Jusqu'à la puissante Londres

Est un jour venu un Irlandais.
Comme les rues sont pavées d'or,
Bien sûr, tout le monde était gai,
Chantant des chansons de Piccadilly,
Strand et Leicester Square,
Jusqu'à ce que Paddy s'énerve,
Puis il leur a crié là-bas :

(Refrain)

 Paddy a écrit une lettre

À son irlandaise Molly-O,
Disant : "Si tu ne la reçois pas,
Écris et dis-le moi !
Si je fais des fautes d'orthographe,
Molly, ma chérie, dit-il,
Souviens-toi, c'est que la plume est mauvaise,
Ne rejette pas la faute sur moi !"

(Refrain)

 Molly a bien répondu

À l'irlandais Paddy-O,
Disant Mike Maloney
Veut m'épouser, aussi
Quitte le Strand et Piccadilly
Ou ce sera de ta faute,
Car l'amour m'a rendue bien bête :
J'espère que c'est pareil pour toi !

(Refrain)