Mots clés :

tanks, char, Char schneider, char St Chamond, char Renault FT17, Char Peugeot, chars d'assaut, Mark anglais, général Estienne, char radio, char TSF, char signal, char allemand A7V,  char porte phare, char fascine, 

developpement AS

L’idée de créer un engin capable de franchir les trous d’obus, les réseaux de barbelés et les tranchées revient à un Anglais, le lieutenant-colonel Swinton. Après une première démonstration infructueuse en février 1915, Swinton réussit à intéresser le premier lord de l’Amirauté Winston Churchill…Un groupe d’étude, constitué d’ingénieurs civils et militaires, travaille sur le projet. Après de nouveaux tâtonnements, le prototype est amélioré et le 26 janvier 1916, une autre démonstration, devant des officiels, s’avère cette fois-ci très concluante. Malgré les réticences de lord Kitchener, le roi George V demande et obtient la fabrication en masse de la machine.

Pour préserver le secret l’engin est appelé tank (réservoir) « par analogie avec la forme du réservoir à essence d’une marque de motocyclettes de l’époque » (L et F Funcken).

Ces tanks avaient d’abord été équipés de périscopes composés par des miroirs de verre qui se révélèrent dangereux (éclats de verre lors de leur destruction). Les miroirs furent remplacés par des plaques de métal poli.

Caractéristiques des chars d'assaut français 

Types de chars produits pendant la Grande Guerre :

  •  1916 : Fouche type C, Schneider CA1, Saint-Chamond, FCM A/1A/1B (FCM =Forges et Chantiers de la Méditerranée)
  • 1917 : Renault FT
  • 1918 : Saint-Chamond 25 t, Peugeot char léger

char fr 14-18

   caract des chars

caract des chars1

Les Mark anglais

Le Mark I est né à Londres au sein de la marine britannique sous la direction desvaisseaux terrestres. Après de nombreux essais infructueux, l'idée majeure du char lourd à chenilles enveloppantes naît dans l'esprit d'un correspondant de guerre, le lieutenant colonel Ernest D. Swinton. Une maquette en bois est présentée au comité le 15 septembre 1915 et le premier prototype appelé "Mother" est essayé le 2 février 1916 devant le roi et les hautes autorités gouvernementales.

Le char est commandé à 100 exemplaires sous la dénomination "Mark I" et sa construction débute au camp d'Elveden, près de Thetford. Les Britanniques, soucieux de garder le secret, les appellent d'abord Water Carrier (porteur d"eau).
Plusieurs autres appellations sont envisagées avant que Swinton, à la veille de Noël 1915, utilise le nom de "Tank". Les 100 premiers exemplaires sont prévus pour être équipés du canon de six livres à tir rapide de marine. En avril 1916 il est décidé de construire des exemplaires uniquement équipés de mitrailleuses (appelés Female par opposition aux chars Male armés de canons) et destinés à défendre les chars Male contre les fantassins ennemis.
Les Mark I entrèrent en action durant la bataille de la Somme (Pozières), le 15 septembre 1916.
Caractéristiques :
Dimensions : Longueur 9,75 m, Largeur 4,12 m, Hauteur 2,41 m
Poids : 28 t.
Vitesse : 5,95 km/h
Autonomie : 38 km
Armement : 2 canons de 6 livres et 4 mitrailleuses ou seulement 6 mitrailleuses
Blindage : 6 à 12 mm
Equipage : 8 hommes

Deux sortes de char :

Le mâle avec canons et mitrailleuses, et la femelle avec uniquement mitrailleuse, et hermaphrodite avec les deux.

Le mâle : 2 canons Qf de 6 pounders (57 mm)
4 mitrailleuses Hotchkiss de 8 mm. Au départ des Vickers calibre 303’ (7,69 mm)
La femelle : 4 mitrailleuses Vickers 7,7 mm.
1 mitrailleuse Hotchkiss de 8 mm.
Poids en ordre de marche pour le mâle 28,45 T, la femelle 27,45 T.
Moteur Daimler 6 cylindres, 105 chevaux à 1000 TPM.
Vitesse : 5,95 Km/h.
Autonomie : 38 Km.
Blindage : de 6 à 12 mm.
On accède dans le tank par l’arrière, malgré les dimensions intérieur de l’engin, l’espace était très rempli a cause du moteur qui prenait énormément de place, ainsi que les huit hommes d’équipage.

 Tank britannique Matin 24 11 1916

Le Matin, 24 novembre 1916

chars anglais

Chars hermaphrodites. 

Les différences entre les Marck I, II, III, IV, V. :

  • Le I : utilisé de septembre 1916 à Mai 1917.
  • Le II : différence, plus grand patins et construit à 50 exemplaires.
  • Le III : le même que le II, avec un blindage renforcé, fabriqué à 50 pièces.
  • Le IV : construit en plus grand nombre, poids de 27,5 t, 8 hommes, le « mâle » 2 canons de 6 livres (57,7 mm) et 4 mitrailleuses, la « femelle » 6 mitrailleuses (Vickers calibre 303 puis Hotchkiss française de 1914 calibre 8 mm).

 char mark1

plan mark

 plan mark2

mark ang

intérieur markv

Char Schneider CA 1

Mis au point en quelques semaines à partir du tracteur d’artillerie d’origine américaine, Baby Holt, le char Schneider est le premier engin blindé de combat utilisé par l’armée française. Il a été réalisé pour ouvrir des passages à l’infanterie en écrasant les réseaux de barbelés et en détruisant les résistances adverses. Sa forme évoque les navires de guerre avec une proue métallique et il est armé d’un canon de 75 court et de deux mitrailleuses Hotchkiss.

Il est mis en oeuvre par un équipage de 6 servants, ceux-ci sont abrités des éclats d’obus et de la ferraille du champ de bataille mais pas des balles anti-char allemandes K de 13 millimètres ni des coups directs d’artillerie. D’une masse de 14.6 tonnes, il est propulsé par un moteur à essence de 70 chevaux, lui conférant une vitesse de 6 kilomètres/heure sur terrain plat.
Engagés pour la première fois à Berry-au-Bac le 16 avril 1917, sous les ordres du commandant Bossut, les 121 chars Schneider sont confrontés à un violent tir de barrage et à de multiples difficultés techniques et météorologiques. La première ligne allemande est néanmoins atteinte et franchie. La progression s’arrêtera là faute de soutiens.

Au final, les deux tiers des chars ont été détruits par l’artillerie ou ont pris feu. Les leçons de cet échec seront tirées et après diverses modifications, les chars Schneider sont engagés en 1918 avec succès en Picardie et dans le Soissonnais.

montage chars schneider

 Montage des premiers Schneider chez Somua à St-Ouen, été 1916.

4000 sont commandés sous l'appellation de "tracteur à chenilles", type Estienne.

  Char sneider CA

  intérieur ca1

intérieur ca1-1

 plan scneider ca1-1

plan scneider ca1

Char Saint-Chamond

Le Saint-Chamond est le deuxième blindé produit pour l’Armée Française au cours de la Première Guerre mondiale. Il est beaucoup plus lourd et plus long, mais aussi mieux armé que le premier, le char Schneider. Son armement est puissant : un 75 mm de campagne placé à l’avant et tirant dans l’axe, quatre mitrailleuses. La propulsion est fournie par un moteur Panhard à quatre cylindres essence, de 90CV, qui actionne une dynamo fournissant l’énergie nécessaire à deux moteurs électriques reliés aux barbotins du train de roulement. Ce char est donc « un véhicule hybride » avant l’heure !

Quatre cents exemplaires sont fabriqués par la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt (FAMH), à Saint-Chamond. Le Saint-Chamond est engagé les 5 et 6 mai 1917 au Moulin de Laffaux avec quelques succès, sans toutefois arriver à percer les lignes adverses. Il parvient néanmoins à convaincre le commandement français de poursuivre dans l’emploi des chars. Son rôle sera plus efficace pendant les mois d’été 1918, après la reprise de la guerre de mouvement, où avec son canon de 75 mm il est capable d’engager directement l’artillerie de campagne adverse. Il peut donc être considéré comme un précurseur des canons d’assaut utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale.

st chamont en construction

St-Chamond en construction aux usines Crochat.

Mise en place du moteur thermique Panhard accouplé à la génératrice Crochat-Collardeau.

  Char1

 Char Chaumont1

plan st chaumont1

plan st chaumont2

plan st chaumont3

henru cochat illustrtion

Cate postale, publicité des établissements Henri Crochat

Char Renault FT

En 1916 le général Estienne a l’idée de développer un char plus léger chargé d’exploiter la percée réalisée en accompagnant l’infanterie dans la profondeur du dispositif ennemi. Ce projet fut mené à bien par louis RENAULT en un temps record. En avril 1917, le prototype du FT 17 commence ses essais au moment où les premiers engagements de chars montrent la pertinence du concept de l’engin léger et manoeuvrier. Ce char est engagé pour la première fois le 31 mai 1918 en forêt de RETZ et obtient d’emblée des succès. Employé en masse en été et en automne 1918 sur le front, il participe de façon décisive à la victoire.
Cet engin appelé « Char de la Victoire » a été fabriqué à plus de 4000 exemplaires sous deux versions : char mitrailleuse Hotchkiss de 8mm et char canon de 37mm semi-automatique. De conception révolutionnaire avec un moteur à l’arrière, une tourelle centrale et pivotante, le FT 17 peut être considéré comme l’ancêtre de tous les chars actuels qui ont repris sa conception architecturale.

jean estienne

géné estienne

 

DSC_2949

DSC_2950

 char trannche

 Franchissement d'une tranchée de 1m50.

  Char renault FT

char ren FT

char ft1  char ft4

La visibilité du pilote était assurée par trois fentes de visée.

Moteur, engrenages, radiateur et réservoir d'essence n'étaient accessibles que de l'extérieur.

 char ft2  char ft3

L'intérieur de la caisse était divisé en deux parties distinctes : compartiment de combat et compartiment moteur.

Sur le côté droit, le pot d’échappement à l’extérieur du blindage. 

 char ft7  char ft8

Grande roue tendeuse lisse à l’avant. 

 Petite roue motrice dentée à l’arrière.

Chars Renault Spéciaux :

  • Porte Phare : sur mat fixé à la coupole .
  • Char radio : la coupole est supprimée et remplacée par une caisse qui reçoit les appareils radios .
  • Char porte fascine
  • Char avec canon de 75. Le recul du canon exige de modifier la coupole et de lui donner une caisse d’expansion à l’arrière

  char tsf

 Char radio, TSF

Prototype essayé et approuvé en décembre 1917.

char 298

Char signal. Le char érige un mât d'où pend l'antenne raccordée à un gros grelin de cordage,

afin de la garder au sol pour faire contact.

char fascine

 Char FT, porte fascine

char ft phare

Char FT, porte phare

fabbricatio renault ft

L'atelier de montage des chars FT 17.

La mise au point fut longue, sa fabrication très difficile. Après ses tergiversations, l'Etat en fera une priorité, commandera plus de 4 000 chars dont il répartira la fabrication avec Berliet, Somua et Delaunay-Belleville. Au total, près de 3 000 chars furent livrés aux armées. Ils entrèrent en action le 31 mai 1918, à un moment critique. Dès juillet 1918, Foch émettait un ordre général constatant "sa haute valeur offensive", pendant que Ludendorff lui-même constatait publiquement sa redoutable efficacité. Photo de 1918. 

     Char renault 18 HP

 Char Ft

 Ft17 face à ses concurents

 

19181026-L__illustration-009-CC_BY

 Char Peugeot

char peugeot

 Le chat Peugeot est du à Oemichen. Il concurence le Renault FT. Photographie prise dans l'usine de Beaulieu.

Char allemand, le Sturmpanzerwagen A7V 

char allemand

char allem

Sa mise en service fut très tardive (le premier exemplaire fut livré le 1er octobre 1917). Le haut commandement allemand ne croyait pas à l'utilité du char d'assaut. Il y eut plus de chars de prise alliés (Beutepanzer) Mark IV utilisés par les forces allemandes que d'A7V. 

Char all Le miroir 16 05 1918

 

Le Miroir, 26 mai 1918

Voir les sites :

http://www.chars-francais.net/

http://www.unc-boissire-montaigu.fr/les-chars-d-assaut--1916.html

Lire les documents :

MA char renault

La victoire par les tanks

char mark1 

GG chars

Les chars vus par la presse

   Messidor Tank

   Lectures pour tous tanks

 Patrie Tanks Somme

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63136859.r=La%20guerre%20des%20tanks

19170101-De_oorlog_in_beeld-004-CC_BY

 19170101-De_oorlog_in_beeld-005-CC_BY

 19170602-L'evenement_illustre__revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-006-CC_BY

 19170901-De_oorlog_in_beeld_=_la_guerre_illustree_=_the_war_pictorial-018-CC_BY

19170901-De_oorlog_in_beeld_=_la_guerre_illustree_=_the_war_pictorial-017-CC_BY

 19171201-De_oorlog_in_beeld-028-CC_BY

 19180901-De_oorlog_in_beeld-024-CC_BY

 19161202-L__illustration-001-CC_BY

19170602-L__illustration-010-CC_BY

19171201-Brief_van_den_soldaat__aan_zijne_verdrukte_medeburgers-001-CC_BY

19180119-L'evenement_illustre__revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-005-CC_BY

19180119-L'evenement_illustre__revue_hebdomadaire__documentaire__artistique_et_litteraire-004-CC_BY

19180701-De_oorlog_in_beeld_=_la_guerre_illustrée_=_the_war_pictorial-004-CC_BY

 Le Miroir Tank

 

Le Miroir 29 juillet 1917

Le premier tank Flameng

 

Peinture de François Flameng

 hero land

 

Voir l'article sur les armements :

http://87dit.canalblog.com/archives/2012/10/11/25475557.html