Mots-clés :

Sens, monuments aux morts, Paul Landowski, Association Le Burnous, 

 Lire les articles :

L'inauguration des monuments aux morts : une journée historique

Maxime Réal del Sartre, sculpteur de monuments aux morts 

Charles-Henri Pourquet, sculpteur de monuments aux morts

Monument dit "de la Victoire"
ou "de la fraternité Franco-Marocaine"
Edifié à Casablanca à partir de 1921
inauguré le 20 juillet 1924
par le Maréchal LYAUTEY
démonté en 1961 par les soins du Consulat
Général de France, transporté à Senlis par
la Marine et par l Armée reédifié sur cette
place par les soins de l Armee, de la Ville
de Senlis et de l'Association le Burnous
Remis le 11 novembre 1965 au Maire de Senlis,
M. Yves CARLIER, par le Président du Burnous
le Général Yves SIMON

Pl Mohamed V Maroc13

 Matériaux : pierre de Lens pour les statues équestres, en marbre de l'oued Yquem pour le socle.

Sculpteur :  Paul Landowski

Landosky

Paul Landowski, 1932

Le démontage et la réédification du monument font l’objet d’une négociation et finalement d’une entreprise commune menée par le Consulat général de France à Casablanca, l’Armée,
la Ville de Senlis et l’Association Le Burnous.

Le choix de la ville de Senlis et de l’emplacement exact désigné pour accueillir le monument, la place du 3e Houzards, sont liés notamment à la localisation de régiments de spahis dans cette ville.

Le monument rebaptisé Monument de la fraternité franco-marocaine est donc implanté devant leur ancienne caserne devenue en 1964 celle d’une unité de blindés légers.

Photographies anciennes, place de la Victoire, Casablanca

Pl Mohamed V Maroc16

 Le monument se situe à gauche de la croie bleue.

Le monument est édifé place administrative qui déviendra place Lyautey

puis place Mahomed V, après l'indépendance du Maroc.

 Pl Mohamed V Maroc15

Pl Mohamed V Maroc14

Pl Mohamed V Maroc2

  Pl Mohamed V Maroc1

 Inauguration du monument à la Victoire et à la Paix,

le 20 juillet 1924 par le Maréchal Lyautey

Pl Mohamed V Maroc11

 Pl Mohamed V Maroc10

 Revue France-Maroc, décembre 1921

Photographies récentes, Place du 3e Houzard, Senlis (60300) 

Monum maroc Senlis

Monum Senlis0

 Devant

OFFICIERS SOUS OFFICIERS ET SOLDATS
APRÈS AVOIR RÉSOLUMENT ARRÊTÉ L'ENNEMI
VOUS L'AVEZ PENDANT DES MOIS AVEC UNE FORCE ET UNE ÉNERGIE
INLASSABLES ATTAQUÉ SANS RÉPIT, VOUS AVEZ
GAGNÉ LA PLUS GRANDE BATAILLE DE L'HISTOIRE
ET SAUVÉ LA CAUSE LA PLUS SACRÉE LA LIBERTÉ
DU MONDE SOYEZ FIERS D'UNE GLOIRE
IMMORTELLE VOUS AVEZ PARÉ VOS DRAPEAUX
LA POSTÉRITÉ VOUS GARDE SA RECONNAISSANCE
12 NOVEMBRE 1918 G.O.G.A. Maréchal FOCH

ALORS QU'EN FRANCE VOS COMPAGNONS
D'ARMES RENDAIENT L'ALSACE LORRAINE
À LA PATRIE VOUS LUIS AVEZ AU MAROC
NON SEULEMENT GARDÉ LA SITUATION
ACQUISE EN 1914 MAIS VOUS Y AVEZ
LARGEMENT ÉTENDU LA ZONE PACIFIÉE
VOUS AVEZ FAIT PREUVE D'UNE ENDURANCE
D'UNE VAILLANCE D'UNE ABNÉGATION ET
D'UN ESPRIT DE DISCIPLINE DONT JE SUIS
LE TÉMOIN ET LE GARANT Maréchal LYAUTEY

Monum Senlis4

Hommage aux morts

Pl Mohamed V Maroc18 

Pl Mohamed V Maroc17

Monum Senlis2

Côté gauche : La Victoire

BELGIQUE - LA MARNE - L'ARTOIS

LE GÉNÉRAL COMMANDANT
EN CHEF DU GROUPE DES
ARMÉES DE L'EST CITÉ
À L'ORDRE DES ARMÉES
LE 33E CORPS D'ARMÉE
COMPRENANT ... ET LA
DIVISION MAROCAINE
8E ZOUAVES, 'E ET ÈE TIRAILLEURS
2E RÉGIMENT DE MARCHE DU 1ER ETRANGER
POUR AVOIR POUR LA CONDUITE
ÉNERGIQUE DE SON CHEF
LE GÉNÉRAL PÉTAIN
FAIT PREUVE AU COURS
DE SON ATTAQUE DU 9 MAI
D'UNE VIGUEUR ET D'UN
ENTRAIN REMARQUABLES
QUI LUI ONT PERMIS DE
GAGNER D'UNE HALEINE PLUS
DE TROIS KILOMÈTRES
DE PRENDRE À L'ENNEMI
25 MITRAILLEUSES
6 CANONS ET DE FAIRE
2000 PRISONNIERS
ORDRE GÉNÉRAL DU
10 MAI 1915 DU G.O.G.
JOFFRE

OFFICIERS SOUS OFFICIERS ET SOLDATS
APRÈS AVOIR RÉSOLUMENT ARRÊTÉ L'ENNEMI
VOUS L'AVEZ PENDANT DES MOIS AVEC UNE FORCE ET UNE ÉNERGIE
INLASSABLES ATTAQUÉ SANS RÉPIT, VOUS AVEZ
GAGNÉ LA PLUS GRANDE BATAILLE DE L'HISTOIRE
ET SAUVÉ LA CAUSE LA PLUS SACRÉE LA LIBERTÉ
DU MONDE SOYEZ FIERS D'UNE GLOIRE
IMMORTELLE VOUS AVEZ PARÉ VOS DRAPEAUX
LA POSTÉRITÉ VOUS GARDE SA RECONNAISSANCE
12 NOVEMBRE 1918 G.O.G.A. Maréchal FOCH

 

 Monum Senlis1

Côté droit : La guerre des tranchées

CHAMPAGNE - VERDUN - LA SOMME

LE 3E BATAILLON DU 8E TIRAILLEURS
BATAILLON D'ÉLITE A
PRIS UNE PART GLORIEUSE
À TOUS LES COMBATS LIVRÉS
DANS LA RÉGION DE BOUDENIB
AU COMBAT DE GAOUX LE
9 AOÛT 1918 TANDIS
QU'UNE DE SES COMPAGNIES
SE SACRIFIAIT POUR
PROTÉGER LE REPLI
D'AUTRES ÉLÉMENTSA SOUTENU AVEC DEUX
DE SES COMPAGNIES LE
CHOC D'UN ENNEMI
FANATIQUE PAR UN PREMIER
SUCCÈS A NÉANMOINS
CONTINUÉ SANS SE LAISSER
DÉMORALISER PAR SES
PERTES A PROGRESSER
ET A COURONNÉ SES
EXPLOITS DE LA JOURNÉE
EN PARTICIPANT
BRILLAMMENT À
L'ENLÈVEMENT DE LA
POSITION ENNEMIE
LIAUTEY

LE 1ER RÉGIMENT DE TIRAILLEURS MAROCAINS
SOUS L'ÉNERGIQUE
IMPULSION DE SON
CHEF LE LIEUTENANT COLONEL
CIMETIÈRE A EMPORTÉ
D'UN ÉLAN LES TROIS
LIGNES DE TRANCHÉES
DE LA PREMIÈRE POSITION
ALLEMANDE PUIS A
SUCCESSIVEMENT
FRANCHI DEUX RAVINS
PROFONDS LE PREMIER
BATTU PAR UN FEU VIOLENT
DE MITRAILLEUSES LE
SECOND ABRUPT BOISÉ
ET ÉNERGIQUEMENT
DÉFENDU PAR UN ENNEMI
DISPOSANT D'ABRIS
PROFONDS AUQUEL IL A FAIT
PLUS DE 500 PRISONNIERS
MALGRÉ LES PERTES S UBIES
A ABORDÉ SANS DÉSEMPARER
LA DEUXIÈME POSITION
ALLEMANDE NE S'ARRÊTANT
QUE PAR ORDRE POUR PERMETTRE
L'ARRIVÉE DE TROUPES VOISINES

Pl Mohamed V Maroc21

Pl Mohamed V Maroc25

 Le départ

Pl Mohamed V Maroc22

Pl Mohamed V Maroc26

 En colonne

Pl Mohamed V Maroc27

 La Paix

 Sculptures à l'arrière du monument

Voir les liens : 

https://statues.vanderkrogt.net/object.php?webpage=ST&record=frpi017

https://papyrandonneur.wordpress.com/2018/01/30/monument-a-la-victoire-et-a-la-paix-de-casablanca-de-14-18-de-paul-landowski/

https://statues.vanderkrogt.net/object.php?webpage=ST&record=frpi017

Lire le document :

insitu 1360

Les statues équestres

En ronde bosse, la partie supérieure du monument représente deux cavaliers se faisant
face et se serrant la main. D’un côté, un soldat français en uniforme de soldat avec un
casque Adrian classique, modèle qui s’est imposé à partir de 1915, fusil en bandoulière,
capote et ceinture à cartouchière, pantalon culotte, guêtres qui recouvrent des bandes
molletières pour arriver jusqu’aux brodequins ; de l’autre, un spahi en uniforme
d’apparat, chéchia de feutre cachée par un empilement de chèches qui laisse apparaître
les nouaders, burnous sur une veste, cartouchière avec son brêlage, sarouel
traditionnel de forme arabe, jambières de cuir (houseaux) permettant de protéger
ensuite les jambes jusqu’aux brodequins.

Le cheval du soldat français lève la tête tandis que celui du spahi la baisse, ce que certains ont interprété comme un signe de soumission ; mais la poignée de main est ferme, les bustes des hommes droits et leurs visages posés se regardent franchement : on peut supputer que le cheval baisse la tête pour permettre au spectateur de voir le geste central de la composition, à savoir la poignée de main. Notons que les supports des deux chevaux sont agrémentés de rameaux d’olivier qui symbolisent la paix retrouvée grâce à l’entraide des deux soldats.

On peut aussi remarquer que la queue du cheval du soldat français est coupée tandis
que celle du spahi ne l’est pas : ce détail, qui n’apparaît pas sur les plâtres sculptés du
musée-jardin Paul Landowski mais est visible sur la photographie du monument
réalisée lors de son inauguration, peut être imputé soit au hasard – la queue s’étant
cassée lors de la réalisation de l’oeuvre, soit à la volonté de traduire des usages
différents selon les cultures, la caudectomie étant fréquente au début du XXe siècle en
Europe.