Mots-clés :

A.Y. Jackson, Canada, peintre, Vimy, Lievin, Mont des Cats,

Lire les articles :

Peintures canadiennes et britanniques

Affiches canadiennes

Paul Nash, peintre officiel britannique

Biographie de A. Y. Jackson, 1882 - 1974

Né à Montréal, troisième d'une famille de six, son intéret pour l'art graphique lui est venu de son frère Harold, qui s'adonnait à la lithographie. Études à l'école publique de Montréal jusqu'a l'âge de douze ans, et commenca à cet âge, un travail dans une compagnie de lithographie  locale, ou il pouvait durant ses temps libre esquisser des copies de dessins trouvés dans les journaux.

Le reste est  l'histoire de l'art au Canada, presque tout entière. Une biographie détaillée de l'artiste est incluse dans le merveilleux Dictionnary of Canadian artists compilation signée Colin S. Macdonald.

http://www.galeriemolinas.com/artist.php?id=125

A. Y. Jackson, futur membre du Groupe des Sept, a plus tard affirmé que l'attaque avait été « comme un merveilleux feu d'artifice ».

Les horreurs de la guerre ne lui étaient pas étrangères; il s'est enrôlé au Corps expéditionnaire canadien en 1915 et a été blessé l'année suivante, puis est devenu l'un des premiers artistes de guerre officiels du Canada en 1917.

 Jackson    Alexander-Young-Jackson

 Ses œuvres

19710261-0189post-2560x2079

 Maison à Ypres.

Une maison bombardée à Ypres domine cette peinture de A.Y. Jackson. Des cavaliers sur leur monture se déplacent à l'arrière-plan.

Seul membre du Groupe des Sept à avoir été au combat, Jackson s'enrôla en 1914 et fut blessé à la bataille du mont Sorrel en juin 1916.

Il fut artiste de guerre officiel pour le Bureau canadien des archives de guerre de 1917 à 1919.

peinture can4

Attaque au gaz, Liévin, mars 1918.

Dans un article publié en 1953 dans Canadian Art, A.Y. Jackson écrivait: "Je ne suis allé avec Augustus John un soir voir une attaque au gaz que nous avons lancée contre les lignes allemandes. C'était comme un merveilleux feu d'artifice, avec les nuages de gaz et les fusées allemandes de toutes les couleurs. "

 peinture can8

Crête de Vimy vue de la vallée de Souchez. 

peinture can16

Le Pimple, Le Bourgeon, soir. 

Des soldats progressent les uns derrière les autres vers le Pimple, une position au nord de la crête de Vimy. Le Pimple, qui ne faisait pas partie au départ des objectifs du Corps canadien pour le 9 avril 1917, fut ajouté plus tard pour éviter que les Allemands contre-attaquent et reprennent la crête.

Des troupes canadiennes attaquèrent le 12 avril, sous une tempête de neige, expulsant les défenseurs allemands d'élite de leurs positions creusées.

peinture can29

Camouflaged huts, Villers-au-Bois, 1917.

Les influences et la formation européennes de Jackson transparaissent dans cette peinture de 1917 de Villers-au-Bois, près d'Arras, en France.

Avec leur formes animées et toutes en courbes, ces arbres ressemblent aux cyprès de la peinture de 1912 de Jackson, Collines d'Assise, Italie

peinture can30

A Copse, Evening, 1918.

Une file de soldats (à droite) marche à travers un paysage boueux, criblé de trous d'obus et désolé, tandis que des projecteurs au loin balaient le ciel nocturne.

Le titre de cette peinture de A.Y. Jackson suggère que cette zone était naguère très boisée, puissante illustration de la dévastation du paysage naturel due à la guerre.

peinture can31

The green crassier, mars 1918.

peinture can32

Vimy Ridge, Souchez Valley, 1918.

Le 12 octobre 1917, un jour après avoir terminé l'esquisse, Jackson réalisa cette étude pour une peinture. Travaillant à partir de l'esquisse, il réarrangea les éléments du paysage : la tranchée est sur la droite; les arbres sont plus grands et placés en diagonale; les nuages sont blancs et ronds.

Il ajouta quelques maisons et une rangée de soldats à cheval sous les arbres.

peinture can33

Cathedral at Ypres, Belgium,1918.

jacksonypres16117

 Cathedral at Ypres, Belgium, 1918.

19710261-0182-2560x2052

Tranchées près d'Angres, mars 1918.

A.Y. Jackson a peint ce paysage en ruine sur le front occidental, montrant des tranchées allemandes prises à l'ennemi et des barbelés serpentant à travers le terrain.

Le champ de bataille, crème et orange, offre un contraste avec la bande de ciel d'un bleu intense dans cette peinture de tranchées allemandes abandonnées.

Pour animer ce paysage de guerre, Jackson ajouta des contours foncés aux formes naturelles des tranchées, des barbelés, des piquets et des monticules de terre brune et blanche.

19710261-0170-2560x1965

 Screened road, Route « A » camouflée (inachevé).

Cette peinture montre les filets de camouflage utilisés pour dissimuler les mouvements des soldats aux yeux de l’ennemi.

Green Crassier, 1918 Jackson

 Green Crassier, 1918.

A Y J Lorette

Lorette Ridge (Study), 1918.

En peignant sur un panneau de bois, Jackson reprenait la méthode qu'il avait utilisée lorsqu'il travaillait à l'extérieur, avant la guerre.

Il modifia légèrement son point de vue, de sorte que l'église d'Ablain-Saint-Nazaire, visible sur l'esquisse originale, a disparu.

A Y J Arc

Cite Jeanne D'Arc, Hill 70 in the Distance

19710261-0186

 Taillis le soir

Une file de soldats (à droite) marche à travers un paysage boueux, criblé de trous d'obus et désolé, tandis que des projecteurs au loin balaient le ciel nocturne.

Le titre de cette peinture de A.Y. Jackson suggère que cette zone était naguère très boisée, puissante illustration de la dévastation du paysage naturel due à la guerre.

A Y J Lievin

Lievin, March, 1918.

A Y J Kermel

The Kemmel-Vierstraat Road, 1917.

Cette œuvre de 1917 ressemble à la peinture Route de campagne, Europe de Jackson, exécutée en 1908. Les soldats marchent sur une route camouflée près d'Ypres.

Les arbres tordus et sinueux, à droite, s'allongent de manière spectaculaire dans les tourbillons crémeux de peinture bleue et brune qui constituent le paysage.

A Y J mont des Cats

Mont des Cats

A Y J Road

Study for Vimy Ridge from Souchez Valley, 1918.

À partir de l'étude, Jackson peignit cette vue de la crête de Vimy dans son studio de Londres, en Angleterre. On voit immédiatement les différences de couleurs entre l'esquisse et l'étude, et la peinture.

La peinture fut achevée dans le style impressionniste, que Jackson avait étudié en Europe, avant la guerre. Il affirma plus tard que ce style était « inefficace » pour dépeindre des conflits et qualifia ces peintures, comme celle-ci, de « charmants paysages ».

Voir les liens :

https://www.museedelaguerre.ca/collections/resultats-de-recherche/?q=artist%3AJackson%2C+M.+Alexander+Young&page_num=1

http://zone47.com/crotos/?p=1&p195=1032442&s=A.%20Y.%20Jackson

https://www.museedelaguerre.ca/premiereguerremondiale/objets-et-photos/