Mots clés :

Téry, les Allemands chez nous, l'invasion allemande, les Hommes du jour, directeur de L'Œuvre, 

Gustave Téry, 1870 1928

 Gustave Téry3

 Téry portrait

 Portrait de Gustave Téry, 1924

Voir sa biographie :

http://tybalt.pagesperso-orange.fr/LesGendelettres/biographies/Tery.htm

Publications de Gustave Téry

Jean Jaurès Téry   Ecrits_de_T_ry

http://gallica.bnf.fr/Jean Jaurès 

Les allemands chez nous par Gustave Téry

Les all chez nous

Préface Téry   Fouriers de l'invasion

Les boches en Bretagne1   Les boche en Bretagne2

Même à Brest   Les allemands dans nos mines

En Bourgogne   La guerre sans fusils

Textes tirés du document suivant :

http://gallica.bnf.fr/Les allemands chez nous

oeuvre invasion all   oeuvre invasion all1

quelques redites   quelques redites1

Et j'entends déjà nos excellents patriotes de la vingt-troisième heure nous reprocher sérieusement d'avoir douté de notre pays.

Préparons-nous à ce joyeux paradoxe. Qui sait ? On en viendra peut-être à nous remontrer un jour prochain qu'en dépit de nos préjugés sur la culture du patriotisme, le meilleur moyen de faire pousser le drapeau, c'est encore de le planter sur le fumier...

Gustave Téry, révoqué de l'Education Nationale

Le conseil académique de Laon révoqua M. Gustave Téry en 1913, professeur de philosophie au lycée de Laon pour outrage au chef de l'Etat, M. Fallières.

Téry révoqué

Journal de la Meurthe et des Vosges, 24 mars 1914

Revocation Téry1

Révocation Téry2

 Les Hommes du jour

 Téry1

 Gustave Téry a de l'encéphale,

un encéphale qui travaille sans cesse,

qui calcule, suppute, envie, ambitionne et complote.

 G Téru1

G téry2

G Tér3

G Téry4

Lire le document :

http://gallica.bnf.fr/Homme du jour Téry

g téry hommes de jour

 

Les Hommes du jour, 18 décembre 1915

 

Gustave Téry, directeur de L'Œuvre

L’Œuvre fut lancée le 13 mai 1904 par Gustave Téry, ancien rédacteur du Journal et du Matin, d’abord mensuel, ce périodique devint hebdomadaire (1910), puis quotidien (septembre 1915).

Devenu un quotidien, L’Œuvre vit augmenter ses tirages :

  • 55 000 exemplaires (1915),
  • 89 000 (1916),
  • 125 000 (1917),
  • 116 000 (1918),
  • 135 000 (1919),
  • 230 000 (1936),
  • 274 000 (1939).

Le journal fut rédigé par de brillants journalistes : Robert de Jouvenel , Georges de la Fouchardière, Henri Béraud, André Billy.

Son slogan « Les imbéciles ne lisent pas L’Œuvre » (1915), ses manchettes accrocheuses et la forte personnalité de ses journalistes garantirent son succès. Gustave Téry mourut en juin 1928 et fut remplacé par Henri Raud.

L’Œuvre afficha à l’origine des idées radicales-socialistes et pacifistes : pendant la Première Guerre mondiale y parut Le Feu d’Henri Barbusse, publié en feuilleton sous le titre Le Journal d’une escouade.

L’Œuvre fut favorable au Cartel des gauches (1924) et au Front populaire (1936). En politique extérieure, le journal restait pacifiste : le 4 mai 1939, un de ses journalistes, Marcel Déat, publia « Mourir pour Dantzig ? ».

Usant de l'ironie, luttant contre la censure et le bourrage de crâne, anti-conformiste ce journal radical proposait à ses lecteurs 4 pages d'articles.

Le 10 juin 1940, L’Œuvre quitta Paris pour Saint-Étienne puis Clermont-Ferrand ; le journal parut à nouveau à Paris le 24 septembre 1940. Marcel Déat, son directeur depuis le 5 juillet 1940, l’engagea dans la voie de la Collaboration. 

L’Œuvre tirait en moyenne à 130 000 exemplaires, entre 1941 et 1944. Ses locaux étaient situés au 9, rue Louis-le-Grand, Paris-II e.

L’Œuvre cessa de paraître le 17 août 1944.

Gustave Tery mourut en juin 1928 et fut remplacé par Henri Raud. L'Œuvre (Gérant F. Potignat - Directeur François Nardot) afficha à l'origine des idées radicales-socialistes et pacifistes : pendant la Première Guerre mondiale et malgré la censure, y parut Le Feu d'Henri Barbusse, publié en feuilleton sous le titre Journal d'une escouade, rectifiant ainsi l'image de la guerre dans les tranchées.

Les premiers numéros de L'Œuvre avant guerre.

La France n'est plus qu'une colonie allemande   pour une mère

Ce que n a pas dit Calmettte   Caillaux à l argent

 Le bottin du favoritisme   Mme Brignon

 L'oeuvre N20    Téry La chambre mort née

Publications de journaux de 1915 à 1944

L oeuvre 24 09 1915

 

 Les imbéciles ne lisent pas L'Œuvre 

 

lisez l oeuvre

  Oeuvre 25 Fév 1917

L oeuvre 25 nov 1929

l oeeuvre immeuble

 Le siège du journal en 1923, 1940-1944,

9 rue Louis-le-Grand, Paris 2 ème

Les feuilletons de L'Œuvre

 Oeuvre Gustave Théry

 L'oeuvre mariée  Oeuvre2

  

 Voir l'article sur Le feu d'Henri Barbusse :

http://87dit.canalblog.com/archives/2016/08/15/34179405.html

 

Voir les éditions de ce journal de 1915 à 1944 :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34429265b/date&rk=922751;2

 

Tombe Gustave Téry

 Tombe de Gustave Téry, Pléneuf-Val-André (22)