Mots clés :

Rationnement, restrictions, réquisitions, carte individuelle d’alimentation, rationnement de pain, rationnement de lait, rationnement de viande, rationnement de sucre, rationnement de tabac, taxe sur les blés et farines, taxe sur les beurres , cultivons notre potager, semez des pommes de terre, rationnement de l'essence, rationnement de pain, ticket de pain, ticket de pétrole, ticket de sucre, Victor Prouvé, restrictions, pain, sucre, tabac, charbon, taxation de la chicorée

histoire militaire4

 File d'attente due au rationnement en 1917.

Nous saurons nous en passer

Après le contrôle de la production et la taxation des prix (maxima) des denrées de consommation courante (pétrole, farine, beurre, lait, pain, etc... ) pratiqués dès 1915, sont institués à partir de 1916-1917, afin de limiter les abus liés à la rareté des produits, des cartes de rationnement, d’abord à Paris puis en province. Leur distribution est l’une des rares occasions données pendant la guerre de dénombrer la population en établissant des listes nominatives, il est vrai, dans un surcroît de travail pour les mairies. Ainsi, en janvier 1917 à Lanrigan, au sujet des cartes de sucre « cette denrée si nécessaire dans les ménages qui ont des enfants et des malades », le maire explique qu’« il va falloir faire le recensement des consommateurs ; chacun d’eux recevra une carte, cela ne fait aucun doute, mais le sucre viendra-t-il ensuite ? ». Suite aux mauvaises récoltes en blé, le pain est rationné (300 g de 1 à 6 ans et 500 g au-delà), sa vente réglementée et un carnet de pain familial progressivement mis en place (décret du 3 août 1917). L’essence est rationnée (un litre par maison et par mois) à partir de juin 1917. Le charbon devient rare dès 1916 et cher ; à Vitré, le service du gaz qui fonctionne avec ce combustible est souvent en rupture de stock à partir de la fin 1917. À la campagne, le rationnement touche surtout les travaux agricoles (battages) et les artisans (maréchal-ferrant).

L’Etat prescrivit la fixation de prix maximum par une série de lois :

  • la loi du 16 octobre 1915 imposait la taxation de la farine ;
  • celle du 20 avril 1916 portait sur la taxation des denrées et des substances ;
  • 30 octobre 1916, arrêté du ministre du commerce sur le rationnement sur le sucre
  • celle du 29 juillet 1916 était relative à la taxation et à la réquisition des céréales ;
  • celle du 7 avril 1917 concernait la taxation du blé ;
  • 24 juin 1918, instauration de la carte de tabac ;
  • 1 avril 1918, création de la carte individuelle d'alimentation.

Dans leur département, les préfets répercutèrent ces lois et fixèrent les taxations par arrêté.
C’est ce que firent les préfets Fernand Raux puis Edmond Fabre dans le département de l’Oise aux dates suivantes :

  • le 8 août 1916, taxation de la farine ;
  • le 25 novembre 1916, taxation de la vente au détail du sucre ;
  • le 6 mars 1917, taxation des beurres et des fromages ;
  • le 28 mars 1917, taxation des pommes de terre et du sulfate de cuivre ;
  • le 21 avril 1917, taxation du pain et de la farine 
  • le 6 août 1917, taxation des céréales, des farines, du son et du pain ;
  • le 5 septembre 1917, rectificatif sur la taxation du pain ;

La carte individuelle d’alimentation

En mars 1918, les chefs de famille doivent remplir une déclaration pour les membres vivant au même foyer pour l’établissement des cartes
individuelles d’alimentation (loi du 10 février 1918 et décret du 27 juin 1918). Cette nouvelle mesure se veut « un instrument de répartition équitable des denrées indispensables à la nourriture de tous ». Elle concerne le pain et le sucre. Les premières cartes délivrées en mai sont pourtant remplacées par d’autres dès le mois d’octobre 1918 suivant pour entrer en vigueur le 1er janvier 1919.

La première version n’avait pas suffisamment pris en compte les travaux de force auxquels étaient soumis les plus jeunes (11–13 ans) et les plus de 60 ans, spécialement travaillant la terre, qui comme le dit le maire de Lanrigan, « remplacent dans les familles où ils se trouvent les hommes partis à la guerre ». Les rations ont aussi augmenté. Des coupons sont à remettre aux commerçants. En outre, les familles n’ont plus à choisir un boulanger. 

Les soldats en permissions ou en déplacement sont également soumis au régime de la carte d’alimentation. Le ravitaillement civil prend officiellement fin en octobre 1920. La commission régionale d’étude relative à la cherté de la vie, créée en 1920, établit l’année suivante que le coût moyen d’un ménage de quatre personnes a été multiplié par 2,5 entre 1914 et 1919 et par 3,2 entre 1914 et 1920.

carte d'alimentation8

  DSC_3416   carte indi alim cultivateur

Carte indviduelle d'alimentation pour un enfant de 7 ans.

Carte indviduelle d'alimentation pour une femme cultivatrice de 81 ans.

 carte indiv alim1

Carte individuelle d'alimentation pour une jeune fille de 18 ans.

carte indiv alim   verso carte d'alimentation

Carte individuelle d'alimentation pour vieillard de 70 ans.

 carte alim jeunes

Carte d'alimentation pour enfants de 3 à 13 ans inclus.

 Billet de nécessité

 la vie simple

Article du journal Le Finistère, novembre 1917

Don't waste food

Ne gaspillez pas la nouriture quand les autres ont fain, 1917, Etats-Unis

Rationnement des combustibles

En 1917, l’essence destinée à l’usage quotidien (chauffage et électricité) est limitée à un litre par ménage et par quinzaine, sur présentation d’un bon de consommation. 

17-novembre-1916

 Le Petit Journal, 17 novembre 1916

carnet essence    DSC_3418

ticket de pétrole

 Par décret du 16 avril 1917, l’essence destinée à l’usage quotidien pour le chauffage et l’électricité est limitée chaque quinzaine à un litre par ménage, sous réservé des quantités disponibles, et sur présentation d’un bon de consommation.

restriction essence   economisons le gaz

 15-novembre-1916-768x1380

 Le Petit Journal, 15 novembre 1916

 a propos du rationnement

Le Petit Journal, 7 décembre 1916

 lille ravit charbon

Affiche placardée en avril 1917 pour appeler la population à économiser le charbon

 9197009775_68540ea512_k

 9199738006_fd60cec3b9_k

 histoire militaire3

Recherche du charbon à l'Opéra

appro en feu de bois

Aux popul de Cantal

 Le préfet Maurice Hélitas fait placarder dans le Cantal cette mesure qui vise à économiser l'essence et le pétrole. Ces produits ont été rationnés de 1917 à fin 1918. Des tickets de rationnement de 5 litres sont édités. Avec la mécanisation du conflit (aviation, chars d’assaut et transport de troupes), l’essence et le pétrole deviennent des produits hautement stratégiques.

17 novembre 1916

Le bon feu

Affiche de J-L Forain, imprimerie Arts et films H. Vidalie

Le poele pop

Affiche de Chleis, imprimerie Arts et films H. Vidalie

Affiche All Charbon

 Le charbon, c'est du pain, Allemagne 1918

Affiche save coal

L'éclairage coûte du charbon, Etats-Unis, Coles Phillips, 1917

Rationnement de pain

Le pain et la farine sont limités à partir de 1917.

Carte de pain

Pain boulot

Avis à la population concernant la fabrication du pain

Préfecture du département de la Seine, affiche du 7 août 1914.

appel agriculteurs

 Cultivateurs, livrez patriotiquement vos grains.

Consommateurs, imposez-vous vigoureusement les restrictions réclamées

par le Gouvernement de quelque nature qu'elles soient.

Lille ration pain

 Affiche placardée en mai 1915 pour informer la population des points de distribution du pain.

Appel aux Rennas pour le pin

Appel du maire de Rennes pour la restriction de pain, 24 décembre 1917

100026-17

  fabric beurre finistère

Affiche parue le 24 février 1917.

Réglementation sur la fabrication et la vente de pain.

Vente de patisserie

Le préfet Maurice Hélitas fait placarder dans le Cantal cette mesure qui vise à limiter le superflu et donc à économiser les denrées alimentaires de première nécessité (beurre, lait farine et sucre). Les pâtisseries, comme dans les autres départements français, sont fermées plusieurs jours par semaine. Se mettent alors en place des comités de répartition du sucre, de la farine, du blé et du charbon. La pénurie d’aliments et d'autres articles se développe assez rapidement après le début de la guerre. Dès 1915, on prévoit de rationner le pain. En 1916 la pénurie est telle que le marché noir se développe, les citoyens étant réduit à manger du pain noir. La récolte est mauvaise et la pêche est interdite.

En 1917, la population française est répartie en 6 catégories pour la mise en place de tickets de rationnement.

Le ravitaillement est l’obsession du gouvernement qui craint le mécontentement de la population et des soldats. 

 feuille de pain pour perm1   feuille de pain pour perm

Tickets de pain pour les permissionnaires

 Feuilles de tickets de pain

 

Discipline alim 1919

 ne gaspiller pas le pain

Affiche de S.Vincent, école communale, 252 Av Daumesnil Paris

 On ne fait plus de gateaux

Plus de pâtisseries en Belgique à patir d'octobre 1916.

A cause de l'esprit moralisateur de la Commission for Relief in Belgium, qui ne voulait plus fournir de la farine pour fabriquer des pâtisseries, considérées par elle comme des produits de luxe et donc inutiles, les pâtissiers belges furent contraints de fermer boutique à partir du 27 octobre 1916. Apparamment, selon les témoignages d'époque, la majorité des Belges ne s'en portaient pas plus mal. Ils trouvaient également qu'en temps de guerre et de misère, il n'y avait plus de place pour des frivolités. Ainsi il y aurait plus de farine pour faire du pain.

 DSC_3946

DSC_3413

 Carte journalière de pain délivrée par la mairie de Corbeil pour février 1918

ticket pain7

Carte journalière de pain pour le mois de mai 1918

Pour un ticket de 100 g, le client peut choisir un pain parmi quatre sortes proposées ou 50g de farine. Les autres pains sont interdits à la vente. Le boulanger ne peut vendre du pain sans ticket ou contre des bons périmés. La quantité ne peut excéder celle indiquée sur le ticket. En cas d’infraction au décret du ravitaillement national, les fautifs encourent une amende de 16 à 2000 Francs et/ou risque d’emprisonnement de 6 jour à 2 mois.

economisons le pain

9196954415_03be3df0fe_k

 taxes des blés

restriction de consommation de pain

 ordre de réquisition vitré

Ordre de réquisition de 300 kg de pain envoyé au maire de Vitré le 7 août 1914

Rationnement de lait

Une commission de distribution du lait est prévue dès août 1914 pour le cas où le lait viendrait à manquer. Celui-ci serait alors distribué en priorité aux malades, aux enfants en bas âge et aux personnes âgées. 

DSC_3412

Rationnement de sucre

Le sucre est rationné en 1916.

Si vous voulez du sucre

 Hygiéne de guerre Prové

 Mangeons moins de sucre. Le sucre est un superflu.

 DSC_3417

 rationnement sucre finistère

Bon spécial de sucre pour les malades,

vieillards titulaires d'une carte d'alimentation de la catégorie C

 carte de sucre5

carnet de sucre5 

Carnet de sucre de Gustave Effel

Carnet de sucre de Gustave Effel

 carnet de sucre

15-mai-1916-637x1500

 Le Petit Journal, 15 mai 1915

Taxation des beurres

taxation des beurres

Affiche parue le 1 er février 1917 sur la taxation des beurres

Réglementation de la vente et de la consommation de la viande

réglemenation dur la viande

manger moins de viande

Rationnement de tabac

carte de tabac

ticket de tabac

 restriction tabac

 Taxation de la chicorée

 Taxation Chicorée

Voir les liens :

http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/oise14_18/restrictions_en_temps_de_guerre.php

http://www.rtbf.be/14-18/thematiques/detail_alimentation?id=8296364 

Récolte des orties

 

Affiche placardée en mai 1918 concernant la consignation des orties

Fabrication de l'huile en Allemagne

 

Noyau de crises2

 

Les noyaux de cerises donnent de l'huile.

Affiches de E.F. Julius Gipkens, 1917, Allemagne

Noyaux de cerises1

En 1917, les Allemands manquent de tout. Ils manquent cruellement de pain et d'huile. Ils doivent se priver de vêtements, de chaussures, de savon.

Recettes économiques publiées par la Ville de Paris

Cartes postales

Ensemble de recettes patriotiques invitant les ménagères à économiser l'énergie et les denrées au profit de ceux qui en ont le plus besoin, en particulier la viande, à réserver aux combattants.

100012-2

Economiser le combustible

Economiser la viande

Eonomiser la viande

Economiser le lait

Economiser le lait1

Cultivons notre potager !

Les pommes de terre sont rationnées dès 1916.

En 1917, le mot d’ordre national est « Ne laisser aucune terre inculte et improductive ». Les terres doivent produire le maximum de céréales, pommes de terre, fruits et légumes.

   semez des pommes de terre

Semez des pommes de terre. Pour les soldats. Pour la France.
Lithographie coloriée. Hauteur : 1.1 m, Largeur : 0.7 m
Cette affiche est dessinée par Georges Henri Hautot (1887-1963) en 1917.

semez du blé   cultivons notre potager

X15_BHVP_2_AFF_010585

Les pommes de terre à Montbéliard

Les pommes de terre sont rares et chères dès septembre 1914 ; les estimations montrent que la production locale ne peut couvrir que 17 % des besoins. Pour approvisionner la population, la municipalité organise à plusieurs reprises des livraisons depuis le Mans ou Rennes. Entre octobre 1914 et mars 1915, 320 tonnes environ sont importées. En 1917, les terrains du Champ de Foire sont mis en culture et permettent de produire des pommes de terre qui sont vendues ensuite au temple Saint-Martin.

Toute la population est encouragée à planter des pommes de terre afin de compenser les déficits en céréales.

apothéose pomme de terre1    apothéose pomme de terre2

 apothéose pomme de terre3

Le Petit Journal, 24 décembre 1916

Frères patates

La population bruxelloise est heureuse que les pommes-de-terre soient de retour en 1916.

C’est un grand jour, aujourd’hui : on fête les patates nouvelles, et c’est un pittoresque spectacle, l’attroupement, aux portes des magasins communaux, de milliers de ménagères, et d’hommes aussi, et d’enfants qui viennent, pour la première fois, chercher leur ration de 300 grammes. Il faut se mêler à cette foule et parmi elle, attendre patiemment son tour – deux heures ! – pour bien pénétrer l’âme populaire et se rendre compte de l’état toujours robuste des esprits après deux ans de tyrannie et de souffrances. Sans doute, il y a des lamentations ; presque toutes les bourses sont plates ; la gêne si pas la misère, est au foyer ; et, dans le nombre, combien qui ont, le cœur fendu par l’interminable absence d’un mari ou d’un fils appelé au champ de combat ! Mais de l’ensemble des réflexions échangées, des menus propos, des plaisanteries alternant avec les sombres pensées, se dégage une impression de courage indomptable et de confiance illimitée. Il semble que tous ces gens aient adopté pour devise : je tiendrai bon !  

Humour

 les restrictins maréchaux

les restrictins maréchaux1

les restrictins maréchaux2

les restrictins maréchaux3

 les restrictins maréchaux5

les restrictins maréchaux6

les restrictins maréchaux7

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10509251d?rk=21459;2

 19170203-L__illustration-001-CC_BY

19170203-L__illustration-002-CC_BY

19170203-L__illustration-003-CC_BY

Composition française des écoliers

  la carte de pain

  les soldats tiennent

  sujet

 jardinage st mayeux

 Equipe agricole scolaire, 1917

L'affiche de Victor Prouvé

Prouvé Sachons nous restreindre

  Affiche de Victor Prouvé, imprimerie Berger-Levrault, Paris-Nancy, 1918. 73 x 58 cm

L'affiche de Victor Prouvé joue sur le sacrifice garant de la victoire. Dans le détail, sa composition oppose deux milieux sociaux distincts : des bourgeois à gauche, un foyer populaire à droite. C'est à une forme d'"Union sacrée" de la restriction qu'appelle l'artiste.

jeu de l alimentation

La vie chère

 Les prix en Belgique