Mots-clés :

Lille, Léon Trulin, fusillers, comité Jacquet, affiches, Allemagne, restriction, destructions,

Lire les articles :

1917, le temps des mutineries

1916 : Verdun, l'année infernale

Restrictions et rationnement à l'arrière du front 

La population lilloise ressort profondément marquée, traumatisée même, par quatre années d’une occupation sans limite.

Le bilan social et humain est catastrophique : on estime que 80% des adolescents ont une taille et un poids bien inférieurs à la moyenne, la puberté est ralentie, les maladies infectieuses, notamment pulmonaires, sont largement répandues…

La natalité a fortement diminué, l’exode et la mortalité ont vidé la ville de 40% de sa population qui ne compte plus que 125 000 habitants (218.000 habs en 1911).

 Lille bataille

La bataille de Lille

 Lille porte de Douai

 Attaque de la porte de Douai, le 12 octobre 1914

 Der_Künstler_Curt_Schulz-Steglitz_—_Der_Weltkrieg_–_Strassenkampf_in_Lille

Combat de rue dans Lille de Curt Schulz-Steglitz, 1914

Incendie_de_Lille_le_13_octobre_1914

La conquête de Lille par l'armée allemande

Lille occupée 

Pendant la Grande Guerre, Lille subie l’occupation allemande. Pendant les quatre années de guerre les Lillois ont vécu une cohabitation forcée avec les forces du Reich.

Plus de charbon pour se chauffer, ni gaz ni électricité pour s’éclairer.  

L’état de guerre, la proximité du front, Lille est située à moins de 20 kilomètres de la ligne des combats ; la transformation de la ville en base arrière de l’armée allemande, imposent la présence quotidienne de très nombreux soldats et de civils allemands qui tiennent commerce dans le centre-ville.

Les rituels tels que les revues et les relèves de la garde sur la Grand-Place font sourire. En revanche, l’obligation de loger des officiers, de répondre aux réquisitions et aux perquisitions, de participer aux revues d’appel des hommes mobilisables ou de céder la place dans les tramways ou dans les églises agacent une population qui doit se soumettre à une autorité étrangère.

Lille les maitres du nord

Les parades militaires

Lille occupation All

Lille défilé

 Lille All fanfare

Lille parade2

Lille parade All1

 Information de la population via les affiches

Lille a la pop

Lille a la pop1

  Affiches placardées à Lille

lors de la première occupation allemande de septembre 1914

Lille a la pop2

 Affiche placardée le 18 octobre 1914

Lille nouvelles 1915

Lille Logement All1

Lille Logement All

 Affiches concernant le logement chez l'habitant

Les controles de la population

 Lille a la pop3

 Carte d’identité obligatoire sous l’occupation

Lille laisser passer

Lille réquisitions3

Lille a la pop5

Affiche placardée en février 1915

pour informer des condamnations pour détention de pigeons

Les restrictions

Les restrictions concernent l'alimentation et les sources d’énergie.

La ration de pain est fixée entre 300 et 500 grammes par jour et par personne. De plus, ce pain, fabriqué à partir d’ingrédients de médiocre qualité est peu nutritif et source de problèmes digestifs.

Dans le même temps, les rations d’autres aliments tels que le lait, la viande ou les oeufs diminuent fortement pour finir par disparaître à peu près totalement. 

Le gaz est strictement rationné et son utilisation est interdite par l’occupant pour la cuisine et le chauffage. Le pétrole et les bougies sont introuvables et la ville vit donc au rythme du soleil. Le charbon est très difficile à se procurer et la ration est limitée à 300 kilos par mois et par famille ce qui est insuffisant pour se chauffer l’hiver.

L’hiver 1916-1917, très rigoureux, est l’un des plus difficiles à surmonter.

Lille a la pop4

Affiche placardée en mai 1918 concernant la consignation des orties

Lille pain 1916

Lille a la pop6

Affiche placardée en mai 1915

pour informer la population des points de distribution du pain

Lille a la pop7

Affiche placardée en avril 1917

pour appeler la population à économiser le charbonLille info

Lille réquisitions3

Lille réquisitions4JPG

Lille Selles

 

 

Lille journal

Les fusillers de Lille 

Eugène_Jacquet_et_ses_amis_

Eugène Jacquet est grossiste en vin et secrétaire général de la Fédération du Nord de la Ligue des Droits de l’Homme. Avec notamment l’aide de trois de ses amis, Georges Maertens, Ernest Deconninck et Sylvère Verhulst, il met rapidement en place un réseau de renseignements et d’évasion, qu’on appellera par la suite le « Comité Jacquet ».

Pendant près d’un an, ils permettront à de nombreux militaires alliés égarés de prendre
la fuite par la Belgique vers les Pays-Bas.

Le comité Jacquet

Des centaines de personnes, nordistes comme belges, se sont organisées pour héberger, nourrir et faire passer aux Pays-Bas des centaines de soldats coincés en zone occupée.

Tout ça est géré depuis Lille, par Eugène Jacquet et son comité.

Le « comité Jacquet » assure l’hébergement des fugitifs belge, la confection de faux papiers et l’accompagnement vers les Pays-Bas. Autant d’infractions passibles de mort car l’autorité allemande les assimile à des actes de trahison.

Ce groupe, qui n’est pas unique dans le Nord occupé, a des ramifications dans la zone fortifiée, dans les villes comme dans les zones rurales.

En juillet 1915, quatre des principaux membres dont Eugène Jacquet et Georges Maertens sont arrêtés.

Condamnés à mort pour trahison, ils sont fusillés à Lille le 22 septembre 1915.

lille_mon_fusilles_4

 

Léon Trulin

 Turlin Kriegsverrat1    Léon Turlin

Avis d'exécution de Léon Trulin.

La date de naissance, erronée, est sans doute basée sur celle que Trulin a fait inscrire sur sa carte d'identité afin de se rajeunir.

CI Léon Turpin Portrait L Turlin

 Statue L turlin    Léon Turlin statue

 Statue Léon Turlin, à l'entrée de la rue Léon Turlin, Lille

A l'adolescent chargé de gloire

Quand on lui a signifié le jugement, Léon Trulin a dit simplement :

« J'ai fait ça pour ma patrie ». Puis, il a écrit sur son petit carnet : « Le 7 novembre 1915, à h 10, heure française, reçu arrêt de mort vers 3 h 1/4 ».

Et au-dessous ces lignes : « Je meurs pour la patrie et sans regret. Simplement je suis fort triste pour ma chère mère et mes frères et sœurs qui subissent le sort sans en être coupables ».

Léon Trulin, né à Ath en 1897, est fusillé le 8 novembre 1915, à l'âge de 18 ans, dans les fossés de la citadelle de Lille, pour des actes de résistance. Son destin crée une grande émotion à Lille et il fait l'objet de nombreux hommages.

  • E. Martin-Mamy, La Vie et la Mort du Jeune Léon Trulin, dans la Revue Les Annales du 29 décembre 1918 [1] [archive]

 

Lille, à ses fusillés

Fussillers lille anc

 Monum fusillers Lille29

Monum fusillers Lille129

En 1940, les allemands détruisent à coups de pioche et de dynamique le monument.

La carte postale des années 1950 montre ainsi des fusillés décapités... Ils ont retrouvé leur visage en 1960 et sont installés, boulevard de la liberté. 

 Historique : 

  • 1915 : 22 septembre, les membres du comité Jacquet sont fusillés.
  • 1924 : projet d'un monument en leur honneur.
  • 1926 : commande. Discussions avec les proches des disparus.
  • 1929 : 31 mars, inauguration.
  • 1940 : 25 août, le monument est détruit par les Allemands lors de la 2e occupation de Lille.
  • 1960 : reconstruit à l'identique (mais personnages sans moustaches) par la veuve du sculpteur, Germaine Oury-Desruelles.

Erigé au bout du boulevard de la Liberté (square Daubenton).

lille_mon_fusilles_2

Fusillers Lille1

Ce monument commémore le sacrifice de cinq résistants de la Première Guerre mondiale :

Les quatre membres du comité JACQUET, fusillés le 22 septembre 1915 (de gauche à droite sur le monument) :

  • George MAERTENS, commerçant,
  • Eugène DECONYNCK, lieutenant,
  • Sylvère VERHULST, ouvrier (belge),
  • Eugène JACQUET, marchand de vins,

Le jeune étudiant belge Léon TRULIN, fusillé le 8 novembre 1915 à l'âge de 18 ans (représenté à terre).

Sculpteur : Félix DESRUELLES, signé. 

lille_mon_fusilles_6    lille_mon_fusilles_7    lille_mon_fusilles_8    lille_mon_fusilles_9

 George MAERTENS, Eugène DECONYNCK, Sylvère VERHULST, Eugène JACQUET. 

lille_mon_fusilles_13

Léon Turlin

Matériaux : pierre d'Euville

Prix : 200 000 francs

H.139

L. 206

Pr. 52,5 cm

Description du monument :

Les quatre hommes sont adossés contre un pan de mur, symbolisant les fossés de la Citadelle de Lille, lieu de leur exécution.

  • Eugène Jacquet a les mains dans les poches, il repousse sa veste et campe la poitrine en avant, il regarde ses bourreaux en face et attend la mort avec courage.
  • Sylvère Verhulst, plus humble, tête baissée et bras ballants, semble résigner à affronter la mort.
  • Ernest Deceuninck, les bras croisés sur la poitrine, regarde la mort en face comme Jacquet.
  • Georges Maertens, lève les yeux au ciel et se tient immobile.

L'inauguration, prévue tout d'abord pour septembre 1928, fut reportée au 31 mars 1929.

L'inauguration eut lieu à 11 h 30 du matin, square Daubenton, où le comité Jacquet, ayant à sa tête M. Moithy, était rassemblé.

La municipalité était représenté par M. le Maire, M. Salengro, entouré de nombreux adjoints et conseillers municipaux. 

Monument aux victimes civiles de l'explosion des 18 ponts

lillevdbmonmorts13-02-08-023_524c0181e2710

lille-18ponts__0054_54c1132ca961a

lille-18ponts__0048_54c1111846f2e

Monum Lille 18 ponts

 

Monument aux victimes de l'explosion des 18 ponts en 1916

L’EXPLOSION DE LA POUDRIÈRE DES 18 PONTS : 

11 janvier 1916, 3h30 : Lille est secouée par une violente explosion, entendue jusqu’en Hollande. Une grande lueur jaune illumine le ciel…  

L’explosion (sans doute accidentelle) creuse un cratère de 150 mètres de diamètre et de 30 mètres de profondeur, en bordure du boulevard de Belfort. 21 usines et 738 maisons ont été soufflées dans le quartier de Moulins. 

On relève 104 morts dans la population civile, 30 chez les Allemands, et près de 400 blessés dont 116 grièvement.

Matériaux : pierre Calcaire

Sculpteur : Edgard Boutry

Prix : 140 000 francs

Inauguré en 1929 par le maire Roger Salengro

breye-3_m_42a_524c079d10ddb

Les destructions

Lille rue Faidherbe

Lille destructions1

 Lille destructions5

Lille destructions8

Lille destructions9

Lille Sestructions1

Lille destructions7

 Lille 18 ponts

 Lille 18 ponts

 Carte postale du bastion des 18 ponts, entre octobre 1914 et janvier 1916.

Visite du Prince Rupprecht de Bavière, commandant en chef de la sixième armée, au bastion des Dix-huit Ponts.

Cette photographie a été faite deux mois avant l'explosion. Elle ne montre que dix arcades ; les autres se continuaient à gauche dans la même forme. 

Lille destructions3

 Lille explosion du 11 01 16

 Lille destructions2

 Lille rue de Trévise

Lille explosion1 du 11 01 16

 Lille explosion1

Lille explosion2

 Rues avoisinantes le bastion suite à l'explosion

Explosion du dépôt de munitions des 18 ponts, nuit du 10 au 11 janvier 1916 :

Les 18 ponts étaient un immense bastion aménagé dans les remparts, au niveau de l’actuel boulevard de Belfort dans le quartier Moulins, rempli de munitions et d’explosifs, bien entendu réquisitionné à ce moment-là par les Allemands.

Il était constitué de 18 grandes arches réparties sur 2 étages (d’où son nom) et de profonds souterrains. Dans la nuit du 10 au 11 janvier vers 3h30 du matin, le dépôt explose. La déflagration est énorme (elle a même été entendue jusqu’aux Pays-Bas) et en quelques secondes, c’est tout un quartier qui est détruit.

Le dépôt a totalement disparu pour laisser place à un immense cratère de 150 mètres de diamètre et environ 30 mètres de profondeur. 21 usines et plus de 700 maisons sont totalement soufflées et des centaines d’autres voient leurs vitres brisées ou leurs toitures endommagées.

On dénombre une centaine de morts et plus de 400 blessés plus ou moins gravement.

Cette explosion est très traumatisante pour la population, déjà très affaiblie par l’occupation : de nombreux habitants se retrouvent partiellement ou totalement sans abri, sans nourriture ni vêtement (en plein hiver) et sans aucune ressource, ce qui provoquera une vague de demandes de secours supplémentaires auprès de la municipalité, déjà débordée et ruinée.

Lille destructions0

Lille destructions4

Dans la nuit du 23 au 24 avril 1916, un incendie se déclare au 2e étage de l’hôtel de Ville. Le bâtiment est vétuste ; un court ‐ circuit électrique aurait provoqué la catastrophe ; les pompiers, ralentis par le couvre‐feu, n’ont pas eu suffisamment d’eau sous pression pour sauver le bâtiment.
Seule la salle du conclave et les services financiers ont pu être sauvés.
On ne déplore aucune victime.

Les archives de la ville et une partie des fonds de la bibliothèque sont détruits.
La destruction de l’hôtel de Ville, bien que sans rapport direct avec l’occupation allemande, fait vite figure de symbole.

Alfred_Grohs_Dess

Lille_-_2052_-_Boulevard_de_la_Liberte_-_La_Belle_Jardiniere_incendiee_en_1914

Lille café

Lille centre

 Lille rue

Voir liens et documents :

https://bel-memorial.org/cities/abroad/france/lille nord/lille monum fusilles.htm

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/lille/histoires-14-18-leon-trulin-adolescent-martyr-guerre14-18-846725.html

https://eugeneturpin.blogspot.com/p/lexplosion-des-18-ponts.html

Guide des sources de la Première Guerre mondiale, Archives municipales de Lille

Le comité Jacquet, le réseau de résistance lillois de la Grande Guerre

Desruelles, Monument aux fusillés

Il y a cent ans, explosion des Dix huit Ponts