Mots clés :

Vimy, mémorial, Canada, l'esprit de sacrifice, Walter Allward,

Ce monument emblématique conçu par Walter Seymour Allward honore la mémoire de plus de 66.000 membres du Corps expéditionnaire canadien morts au cours de la Première Guerre mondiale, et non seulement celle des soldats tués lors de la bataille de la crête de Vimy. Édifié entre 1922 et 1936, ce monument compte vingt figures allégoriques symbolisant des valeurs telles que la justice, la paix, l’honneur et l’espoir.

C’est l’un des deux seuls lieux historiques nationaux du Canada outre-mer – l’autre, également en France, est le Mémorial terre-neuvien de Beaumont-Hamel.

Plan de Vimy

 

Vimy Bassin minier

 Vimy aujourd'hui, vue sur le bassin minier

Croix Créte de Vimy

Croix érigée en 1917

Croix de Vimy 1917

Monum 26 07 1936 Vimy

Monument commémoratif érigé à l'emplacement de la croix ci-dessus.

Inauguration du monument, le 26 juillet 1936

Inauguration Monum Vimy2

Monum Vimy 1936-1    Monum Vimy 1936-5

 Le Petit Journal Vimy

Le Petit Journal Vimy1

Le Petit Journal Vimy2

Le Petit Journal, 27 juillet 1936

 Le Matin Vimy Le Matin, 27 juillet 1936

La prise de la crête de Vimy par les troupes canadiennes (avril 1917)

Dès le début du conflit, les Allemands s’emparent des hauteurs des collines d’Artois qui deviennent des positions essentielles de leur ligne de défense. En mai 1915, l’armée française reprend pied sur le plateau de Notre-Dame-de-Lorette après des mois de lutte acharnée. La crête de Vimy reste cependant aux mains des Allemands malgré la percée des soldats de la Division marocaine.

A partir de 1916, la défense du front d’Artois est assurée par le Corps Expéditionnaire Britannique. Une opération d’envergure est planifiée au printemps 1917 afin de soutenir l’offensive française dans l’Aisne au Chemin des Dames : la célèbre « bataille d’Arras ». Sur un front qui s’étend de Notre-Dame-de-Lorette jusqu’à Croisilles (village à 10km au sud d’Arras), les quatre divisions canadiennes commandées par le Général Julian Byng se voient confier le secteur de Vimy. Deux divisions allemandes leur font face.

L’assaut est lancé le 9 avril 1917 à 5h30 (heure britannique) du matin après 4 jours de bombardements intenses sur les tranchées allemandes.

Le Corps Canadien attaque la crête de manière frontale, aidé sur son flanc gauche par une division britannique placée sur les hauteurs de Givenchy-en-Gohelle (cote 120 surnommée The Pimple « le Bourgeon»). Les conditions de combat sont difficiles à cause de la neige qui rend le terrain boueux. Pourtant, vers 13 heures, les Canadiens sont maîtres de la crête dans sa totalité. The Pimple est repris le 12 avril. C’est une éclatante victoire mais les pertes sont effroyables : 10 602 victimes dans les rangs canadiens, soit 3 598 tués et 7 004 blessés ; 20 000 morts et 4 000 prisonniers du côté allemand.

Au-delà de la supériorité numérique des Alliées face aux troupes allemandes, le succès de cette bataille est surtout dû à sa formidable préparation : création de souterrains dès l’hiver 1916 pour le cantonnement et le mouvement des troupes, répétitions en conditions réelles à l’arrière et entrainement physique, instructions précises données aux hommes, déploiement considérable d’artillerie selon la tactique du « barrage roulant » en appui de l’infanterie (près d’un million d’obus sont tirés, tous calibres confondus).

En 1920, le site est choisi comme lieu d’implantation d’un mémorial national en l’honneur des soldats canadiens tombés en Europe pendant le conflit. La capture de la crête de Vimy revêt un caractère particulier puisque, pour la première fois depuis le début de la guerre, les quatre divisions canadiennes combattent ensemble en tant que corps d’armée distinct. Aujourd’hui encore, cette victoire est considérée comme majeure dans l’histoire de la nation canadienne.

Vimy actuel colline

Cette colline fut le théâtre de sanglants combats en octobre 1914, de mai à septembre 1915 et le 9 avril 1917, jour où les Canadiens du général Bing s’illustrèrent courageusement. 

Les 110 hectares de cette butte sont sous drapeau canadien depuis 1922 et le drapeau à la feuille d’érable rouge flotte sur cette enclave en terre de France.

Le Mémorial, le plus prestigieux monument canadien en Europe, a été élevé à la mémoire des 66.655 Canadiens morts pendant la Première Guerre, sur une terrasse dominant de 147 mètres, la plaine d’Artois. C’est l’oeuvre de Walter Allward, sculpteur de Toronto, inaugurée par le roi d’Angleterre Edouard VIII, le 26 juillet 1936. La forme vint à l’esprit de l’artiste en rêve :

« Sur le dessus du mur, se tient une figure héroïque représentant le Canada qui médite d’un air morose sur la tombe de ses courageux morts… Derrière elle, se dressent deux pylônes qui symbolisent les deux forces armées, canadienne et française, alors qu’entre les deux, au bas, souffle l’Esprit du Sacrifice, qui, dans un ultime effort, lance un flambeau à ses camarades. Regardant vers le haut, ils aperçoivent, entonnant l’hymne de la Paix, les figures de la Paix, de la Justice, de la Vérité, de la Connaissance,… pour lesquelles ils ont combattu… »

Bataille de la crête de Vimy

Chemin de mémoire Vimy

Monum Vimy6

 Vue générale

Vimy_Memorial_(September_2010)_cropped

Ce monument est le lieu de commémoration des 11.285 soldats canadiens morts sans sépulture en France au cours de la Première Guerre mondiale. Leurs noms sont gravés sur le socle en calcaire du monument.

On peut aussi y lire ceux de certains des 3.598 soldats qui ont péri à la bataille de la crête de Vimy.

VimyMonument

 Le cœur du monument

Monum Vimy5

 Vimy monum45 

  Vimy monum44

 Vimy momum74    vimy_28

vimy_17

 L'esprit de sacrifice

Vimy monum 45

 La plaine d'Artois vue du Monument... Liévin, Lens, les terrils de Loos...

 vimy_20

 Le Canada pleurant ses enfants

Momum Vimy74

 L'une des figures qui se démarque de l'ensemble commémoratif est celle d'une femme. Tournée vers l'est, en direction de la plaine de Douai, la Mère Canada penche la tête vers le sol. Son regard triste sculpté dans la pierre symbolise cette jeune nation canadienne qui pleure la disparition de ses fils. Sur la face ouest du mémorial sont sculptées les figures d'un homme et d'une femme représentant les parents des soldats tombés.

Vimy monum55-1

 Femme en pleurs

Vimy monum55-2

Homme en pleurs

Walter Allward, 

Walter Seymour Allward, né le 18 novembre 1876 et décédé le 24 avril 1955, considéré comme le sculpteur de monument le plus important du Canada du début du XXe siècle, a remporté le premier prix du concours lancé en 1920 par la commission canadienne des mémoriaux de champs de bataille. Le projet de Allward, trop compliqué pour être érigé sur les huit sites devant initialement accueillir le même monument, ne sera créé qu’en un exemplaire, sur la crête de Vimy. Si le monument de Vimy est l’œuvre principal de Walter Seymour Allward, il est également connu pour le South African War Memorial de Toronto et le Bell Telephone Memorial de Brantford en Ontario.

Walter Allward 193

 Allward en 1913

L'architecte Allward a fait construire le mémorial sur le point le plus élevé de la crête de Vimy, la cote 145. Le monument comporte plusieurs composantes symboliques telles que des figures humaines, des objets militaires et des écritures, le tout évoquant les valeurs pour lesquelles les soldats canadiens de l'époque se sont sacrifiés.

Le premier élément qui frappe le regard au loin est constitué par deux immenses colonnes en calcaire, hautes de 30 mètres et pesant 6.000 tonnes, situées sur une base rectangulaire cimentée pesant elle-même environ11.000 tonnes. Le calcaire utilisé pour l'érection de ces colonnes fut importé d'une ancienne carrière romaine située près de la mer Adriatique dans l'actuelle Croatie. Ces colonnes représentent respectivement le Canada et la France. Au sommet de celles-ci se trouvent des statues représentant entre autres la Vérité et la Connaissance. 

La base rectangulaire de sept mètres de hauteur qui stabilise la structure, représente le mur défensif érigé face à l'ennemi. Sur chacune des faces de cette base sont inscrits les noms des 11.285 soldats canadiens tués en France et n'ayant pas de sépulture connue.

Vimy à la vaillance

Vimy mur2

Vimy mur

Poèsies

Ici à Vimy

Je vois des générations gravir les noms sur votre dos de marbre
Un fils pleure, et des halos
Se forment autour de vous.
Sous les vieux érables et le cratère des obus, vous reposez
Dans ce lieu criblé de trous ;

Ici à Vimy.

Fiers dans la mort et fiers encore sous la terre,
Fiers aussi vous seriez, jeunes hommes de me voir ici
Armé d’un respect qui comprend ;

Ici à Vimy.

J’erre doucement dans le murmure de la brise matinale
Entendez, sous mes pieds, le pas léger de ma tristesse
Et sachez que je vous porte vivants en moi ;

Ici à Vimy.

The Silent Toast. 

Et du rugissement et du tumulte,

Ou de la nuit noire, obscurcie par la pluie,

Un visage revient sur la piste embrasée

Et fixe de nouveau son regard dans le leur.

Et l’amour qui passe dans celui d’une femme

Et les liens que maquille la mort,

Se saisissent de l’âme par un étrange pouvoir

Et ne parlent plus le langage de l’homme. 

La vision disparaît dans l’immobilité,

Une fois encore, les tables brillent,

Mais c’est une lumière divine

Qui illumine les yeux des invités au banquet.

FREDERICK GEORGE SCOTT,  1 re Division canadienne.

 CRÊTE DE VIMY, Avril 1917

Le célèbre poète et aumônier de la 1re division dédia ce poème à ceux qui se battirent et moururent sur la crête de Vimy.

La crête de Vimy

Vimy monum1

Vimy monum2

Monum Vimy3

 Monument de Vimy11

Monument de Vimy12

Canada vimy pièce1

Canada vimy pièce2

 

Voir les liens :

http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-376/Monument_commémoratif_du_Canada_à_Vimy.html#.WovxJ0xFw5t

 

Voir l'article :

 

Avril 1917 : Ceux de Vimy