Mots clés :

Bilan humain, bilan des troupes coloniales indigènes, bilan financier, état des pupilles, fusillés, Mathurin Méheut, morts pour la France, orphelins, perte par classe, pertes françaises par armes, Pertes par RI et RIT, prisonniers, veuves, Belgique,

Le Petit Journal Hommage aux morts

Tant de morts !

67 millions de combattants :

42 millions chez les alliés,

25 millions chez les puissances centrales.

5,2 millions de morts chez les alliés,

3,4 millions de morts chez les puissances centrales.

 

Voir l'article sur les monuments aux morts en France

http://87dit.canalblog.com/archives/2015/07/13/32352029.html

 

Pertes militaires GG

Bilan humain mondial

Victimes ede

victimes 1 er gg

Parts des morts parmi les mobilsés

Bilan 14-18Le bilan 1418

Bilan4 morts

Bilan3 morts

 retour à verdun

Les disparus, L'Histoire, septembre 2016

bilan miroir

Le Miroir, 16 mars 1919

Bilan humain France

bilan 14-18

En France, pendant la Première Guerre mondiale, le tribut payé par les poilus est impressionnant : 1 322 000 morts, 4 266 000 blessés (la moitié d'entre eux blessés deux fois), 1.100.000 invalides dont 60.000 amputés, 70 000 tués venus d'Afrique du nord et des milliers de Sénégalais.

Plus de la moitié des instituteurs mobilisés, 833 polytechniciens, 143 de l'ENS sont tombés au combat.

Ce conflit des plus meurtriers n’a pas épargné les populations civiles.

En Belgique, qu’ils ont envahie malgré sa neutralité, les Allemands ne s’attendaient à aucune résistance, mais les Belges ralentissent la progression de l’ennemi, qui exerce des représailles sur la population : 200 civils sont tués dans l’incendie de Louvain, 400 otages sont exécutés à Tamines, 200 à Andenne, 670 à Dinant, hommes, femmes et enfants confondus. En août et septembre 1914, lors de leur avancée en Belgique et dans le nord de la France, les Allemands incendient des villages, bombardent des villes sans défense, et font rien moins que 6 000 victimes civiles. 

Sur 1.383.000 morts :

  • 674.000 tués au feu
  • 225.000 morts suite à des blessures
  • 175.000 morts suite à des maladies : typhoïde, grippe, tuberculose, paludisme ...
  • 225.000 disparus

Pourcentage de tués par rapport au nombre de mobilisés : 

morts fr 14-18Lire le document :

Répartition des pertes françaises

MPF morts pour la fr

Le département qui a payé le plus lourd tribut à la Première Guerre mondiale est la Lozère : 6 239 natifs du département sont tombés, soit 5,08% de la population de 1911. Suivent la Mayenne (4,48%), la Vendée (4,37%) puis les Côtes-d’Armor (4,26%), premier département de Bretagne. 

  Pourcentage de morts part régions 14-18

 Répartition régionale

Pourcentage de prisonniers par rapport au nombre de mobilisés :

prisonniers

On estime que près de 900 Français sont décédés par jour pendant cette guerre (les disparus ne sont comptabilisés).

Si on ajoute le nombre des disparus au nombre des tués on obtient : 1182 décès par jour.

L'infanterie fut le corps d'armée le plus touché : un officier sur trois et un soldat sur quatre furent tués.

Il y eu en France 700.000 veuves de guerre

Bilan_grd_guerre

Statistiques de la Documentation Française

Morts pour la France

L'expression " monuments aux morts " s'applique ici aux édifices érigés par les collectivités territoriales - le plus souvent les communes - pour honorer la mémoire de leurs concitoyens " morts pour la France ", sauf dans les départements d'Alsace et de Moselle où, pour des motifs historiques, cette notion est remplacée pour la guerre de 1914-1918 par celle de " morts à la guerre ".

S'appuyant sur l'esprit de la loi du 25 octobre 1919, un usage s'est imposé, depuis la Première Guerre mondiale, comme référence pour les décisions municipales en la matière : l'inscription d'un nom se justifie pleinement lorsque le défunt, décédé au cours d'une guerre ou d'opérations assimilées à des campagnes de guerre, est titulaire de la mention "Mort pour la France", et est né ou domicilié légalement en dernier lieu dans la commune considérée. Certaines municipalités ont parfois étendu cette possibilité aux victimes dont le décès est consécutif à un fait de guerre, dès lors que les deux conditions susvisées (octroi de la mention "Mort pour la France" et lien direct avec la commune) sont respectées. L'article 2 de la loi du 28 février 2012 fixant au 11 novembre la commémoration de tous les morts pour la France précise désormais les modalités de cette inscription : "Lorsque la mention "Mort pour la France" a été portée sur son acte de décès dans les conditions prévues à l’article L. 488 du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, l’inscription du nom du défunt sur le monument aux morts de sa commune de naissance ou de dernière domiciliation ou sur une stèle placée dans l’environnement immédiat de ce monument est obligatoire. La demande d’inscription est adressée au maire de la commune choisie par la famille ou, à défaut, par les autorités militaires, les élus nationaux, les élus locaux, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre par l’intermédiaire de ses services départementaux ou les associations d’anciens combattants et patriotiques ayant intérêt à agir". Loi n° 2012-273 du 28 février 2012 :

www.legifrance.gouv.fr

http://www.defense.gouv.fr/site-memoire-et-patrimoine/memoire/sepultures-et-monuments-aux-morts/les-monuments-aux-morts

Lire le document :

ONACVG CONDITIONS MENTION MORT POUR LA FRANCE

Morts par années 14-18Morts par jour   1967                            956                             690                  450                      730

Pertes françaises par mois :

Pertes par mois1

 Pertes par mois 14-18

 Evolution des pertes 14-18

 Echèle : Chemin des Dames ; Avril 1917, 51700 tués

Nbre de morts 1914

Pertes importantes en 1914

Pertes par classes

Bilan par classe morts

 Les causes de décès, telles qu'elles apparaissent sur les fiches, sont assez peu précises (« Tué à l’ennemi », ou par un laconique « tué ». On peut y ajouter « Mort sur le terrain » ou encore « Disparu au cours d’un combat » ou tout simplement « Disparu »). Cependant, ce sont majoritairement des morts sur le champ de bataille (86 % des décès selon Stéphane Audoin-Rouzeau). La deuxième cause de décès est la mort par maladie « suite de maladie contractée en service » : pneumonies, tuberculose, maladies vénériennes, typhus, grippe espagnole. 

On trouve aussi des fiches concernant des civils, principalement morts dans des bombardements (« tués par obus » ou « blessés par éclats d’obus » ou « intoxication par gaz »), mais aussi portant la mention « fusillé ». Plus rares sont les civils morts en combattant les allemands avec la mention tué à l’ennemi.

Pertes Troupes indigènes GG

 L'apport colonial

 participaion réunion GG

Prisonniers de guerre en 1918

Prisonniers de guerre

Lire les documents :

Le terrible bilan 14-18

Pertes humaines  14-18

http://www.cairn.info/Bilan

Bilan de la guerre   Monument St Martin d'estréaux 42

Monument aux mort de Saint-Martin-d’Estréaux (42)

  Guillaume II le faucheur

Les 30 crimes du Kaiser

Le Petit Parisien du 17 Mars 1919

 Pertes armée de terre

Pertes armée de mer

Pertes tere et mer

Pertes pent la guerre 14-18

Situation au 1er Novembre 1918

Pertes françaises par armes :

Pertes globales 14-18

 

Pertes par armes

 

  • Marine                                                                                         0.70%
  • Civils                                                                                           0.10%
  • Service de santé (section d'infirmiers militaires, médecins..)     0.40%
  • Artillerie                                                                                      5.70%
  • Génie                                                                                           1.90%
  • Aviation, Aérostation                                                                  0.30%
  • Infanterie                                                                                    88.40%
  • Cavalerie ( cuirassiers, dragons, hussards, chasseurs)                 1.00%
  • Divers ( Train, Etat-major, gendarmerie....)                                 1.00%
  • Régiment inconnu                                                                         0.40%

Répartition des tués dans l'infanterie

  • Chasseurs : 8.6%
  • Bataillons coloniaux, régiments coloniaux, régiments d'infanterie coloniale, zouaves, tirailleurs, spahis..... : 17.6%.
  • Régiments d'infanterie territoriale : 3.5%.
  • Légion étrangère : 0.8%.
  • Divers (Groupe cycliste, régiments russes, groupes spéciaux) : <0.1%.
  • Régiments d'infanterie : 69.5%.

Les 393 régiments d'infanterie ont perdu, à eux seuls, à peu près 800 000 hommes.

Les régiments les plus touchés sont les régiments d'active (de 1 à 176) avec 560 000 morts.

Lire le document : 

Pertes par RI et RIT

Certains régiments qui lors de la mobilisation étaient formés de 3000 soldats ont été entièrement décimés, renforts compris :

1 RI de Cambrai : 2215 soldats, 8 RI de Calais/Boulogne : 3494 soldats, 18 RI de Pau/St Jean de Port : 3190 soldats,

21 RI de Langres : 3195 soldats, 26 RI de Nancy/Toul : 3683 soldats, 35 RI de Belfort : 3185 soldats,

67 RI  de Soissons/Condé-sur-Aisne : 3683 soldats, 91 RI de Mézières : 3352 soldats, 131 RI d'Orléans/Pithiviers : 4166 soldats,

149 RI d'Epinal : 3579 soldats.

Lire le document :

Pertes par batailles

Intensité des combats 14-18

Bilan 1918-1

Bilan 1918-2

Bilan 1918-3

Le journal des mutilés et réformés, 8 Mars 1924

L'armée française comptera 4.300.000 blessés dont la moitié l'ont été au mois deux fois.

 

Voir l'article sur les blessés de guerre :

http://87dit.canalblog.com/archives/2015/01/22/31362869.html

 

Ei

La France mutilée, 6 Janvier 1924

Bilan Belgique

Pour la Belgique, les pertes s’élèveraient à environ 40 000 militaires (dont 9 000 Africains) et 23 000 civils.

Environ 0,6 % de la population belge périt donc pendant la guerre. 

  • 100 000 immeubles détruits ou gravement endommagés;
  • 1 300 édifices publics à reconstruire;
  • 40 367 soldats tués ou morts de leurs blessures ou de maladies
  • entre 36 000 et 50 000 mutilés et invalides
  • environ 100 000 hectares de terres bouleversées par les obus, couvertes de fils barbelés ou inondées
  • Le cheptel de chevaux et de bêtes à cornes réduit de moitié, celui de porcs diminué de deux tiers
  • 26 des 57 hauts-fourneaux dévastés
  • 1 100 kilomètres de chemins de fer détruits
  • 1 419 ouvrages d’art démolis

Certaines villes comme Visé, Dinant, ou Louvain ont beaucoup souffert de la guerre, mais la majorité des destructions ont eu lieu en Flandre Occidentale, où le front s’est figé sur 60 kilomètres de long durant 4 ans.

Source : La Libre Belgique, 10 novembre 2012. 

Les fusillés de la grande Guerre

Monument fusillés Lille

 Monument aux morts des fusillés, Lille

De gauche à droite : Georges Maertens, Ernest Deceunick, Sylvère Verlhust, Eugène Jacquet,

Léon Trulin gît sur le sol.

Ces cinq poilus furent fussillés par les allemands pour espionnage et résistance.

923 exécutions sur 3.046 condamnations à mort.

C'est le chiffre donné par J. Dintilhac, en 1929 d’après l’Annuaire statistique de la France de 1923. ainsi réparties : 

  • 200 pour 324 condamnations à mort en 1914
  • 392 pour 648 en 1915
  • 156 pour 890 en 1916
  • 132 pour 883 en 1917
  • 43 pour 301 en 1918

Fusillés de la Grande Guerre

 Autre estimation

Ils avaient été fusillés "pour l'exemple".

Au total, environ 650 soldats ont été abattus pour des faits relevant de la désobéissance militaire durant la Première Guerre mondiale, pour un total de 740 fusillés au cours du conflit, en comptant les crimes de droit commun et l'espionnage. 

 

Voir l'article sur les fusillés :

http://87dit.canalblog.com/archives/2016/03/21/33541049.html

 

Bilan financier

Destructions massives de : 

  • 11.000 édifices publics (mairies, écoles, églises,...)
  • 350.000 maisons
  • 62.000 kms de routes
  • 2.500.000 hectares de terrains agricoles
  • 596.000  hectares de terrains bâtis
  • 5.000 kms de voie ferrées
  • 1.858 kms de canaux, à reconstruire, à réparer, à déminer, à restaurer

Le petit journal le prix des guerres

   Le Petit Journal illustré, 31 août 1919

 Le Petit Parisien le gouffre du budget

Le Petit Journal illustré, 25 Juillet 1920

 7 m par mois

 Plus de sept millards par mois en 1914

 Les dépenses de guerre

 Le Matin, 20 Mai 1916

   Dépenses de guerre

 Fortunes Nationales

 DSC00545

DSC00550

Faire payer l allemagne

Lire les documents: 

Le coût abyssal de la grande guerre

Saignée dans_l'économie

Phrase de conclusion :
Coq aigle-1 14

L'aigle noir (Allemagne) se jettera sur le coq (France) qui perdra beaucoup de plumes mais frappera de son ergot ; il serait bientôt  beaucoup épuisé sans l'aide du léopard (Angleterre). L'aigle noir perdra sa couronne et mourra dans la solitude et la démence. Alors commencera une ère de paix et de prospèrité pour l'univers. Il n'y aura plus de guerre.

...et 22 ans plus tard, nouveau conflit !

Coq aigle 14-18

80m morts 2nd guerre mondiale

Voir l'article, bilan breton :

http://87dit.canalblog.com/bilan breton

 

Voir l'article, histoire des monuments aux morts :

http://87dit.canalblog.com/archives/2015/07/13/32352029.html